Critique Maniac (2013)

Maniac (2013)
Maniac de Franck Khalfoun offre un coup de jeunesse certain au film de 1980. Il choisit de s’adresser surtout à une génération n’ayant jamais vu le film de Lustig tout en essayant de régaler les fans de ce dernier. Dans l’ensemble, le tout offre...

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Depuis qu’Alexandre Aja s’est exilé aux Etats-Unis, il s’est enfermé dans un rôle qu’on aurait vu autre pour lui : pourfendeur de remake. Si certains ont dépoussiéré définitivement les œuvres originales (La Colline a des Yeux, Piranha), d’autres cherchent encore leur utilité malgré le talent du frenchie (Mirrors). Et quand il ne tourne pas, il produit. C’est ainsi qu’en 2007, il pousse son pote Franck Khalfoun à nous pondre un thriller psychologique froid et sauvage joyeusement baptisé 2ème Sous-Sol. Assurant la production et mettant au service de Khalfoun toute son équipe habituelle, l’ombre d’Aja planait lourdement sur le film. En 2013, la folie remake ayant touché Khalfoun, ils réitèrent tous l’expérience en décidant de s’attaquer au culte Maniac de William Lustig, sortit en 1980.

Maniac version 2013 ne propose rien de bien nouveau scénaristiquement que son grand frère ne nous ait déjà dévoilé il y a plus de 30 ans.

Maniac version 2013 ne propose rien de bien nouveau scénaristiquement que son grand frère ne nous ait déjà dévoilé il y a plus de 30 ans. La mise en place des meurtres est sensiblement la même, cela dit, la manière de raconter change radicalement. Le fait de prendre parti d’une caméra subjective pour décrire la spirale infernale dans laquelle vit Frank pendant tout le métrage est fortement déroutant. Si le found footage vous donne le tournis, on ne peut que vous conseiller d’affronter l’expérience Maniac en étant extrêmement averti : nous sommes directement placés au cœur de l’horreur et de la folie pendant 1h30 sans jamais pouvoir reprendre notre souffle. A bien y regarder, ce n’est finalement qu’une exploitation plus moderne que ce que Lustig avait déjà fait en 1980. L’œuvre originale était déjà ouvertement choquante et prenante que dérouter le spectateur en essayant de casser les codes classiques du cinéma pour la version 2013 était le meilleur des moyens pour tenter de retrouver le semblant de dégoût qu’il y avait dans l’univers malsain qui torturait Joe Spinell dans l’original.

Par-delà son statut de remake, on sent que Maniac est un bel hommage.

Par-delà son statut de remake, on sent que Maniac est un bel hommage. Le film est bourré de clins d’yeux dans ses scènes de tortures allant même jusqu’à refléter la jaquette du film de Lustig dans la portière d’une voiture. On ressent vraiment que c’est un film qui a marqué à la fois Khalfoun et Aja. Elijah Wood n’a sûrement pas été bercé par ce film. En revanche, il campe parfaitement le personnage arrivant à nous faire ressentir ses peurs, craintes et phobies uniquement avec sa gestuelle et l’intonation de sa voix (voir un film en VO n’aura jamais été plus actuel !). Il y a d’ailleurs un travail sur le son des plus remarquables dans le film (tout comme sa bande originale, glauque à souhait !). L’univers rentre en interaction perpétuelle sur les phobies de Frank et on le ressent par sa manière de respirer, de déglutir, de parler, d’utiliser ses mains…le film est vraiment démonstratif de ce côté-là et Wood assure le boulot parfaitement. En revanche, et même si en apparence on se satisfait de ce que le film nous donne, nous aurions aimé en savoir plus sur ce tueur atypique qui intrigue. Le film ne développe rien sur la profondeur du maniaque. C’était déjà le parti pris en 1980 et ça fonctionnait très bien puisqu’on en ressortait avec cette idée de gratuité assumée. Seulement, en 2013, la volonté de choquer avec juste du gratuit ne marche plus et c’est d’autant plus frustrant que le personnage de Frank est suffisamment énigmatique qu’il y a encore tout à raconter sur lui pour mieux comprendre ses gestes. Ce n’est pas commun un film qui prend parti corps et âme pour un serial killer mais on en ressort une fois de plus avec cette éternelle question qui nous trotte dans la tête depuis deux films : pourquoi la culpabilité le ronge-t-il autant ?

Visuellement, Maniac propose peut être le traitement d’image le plus intéressant pour un film de genre sorti l’année dernière.

Visuellement, Maniac propose peut être le traitement d’image le plus intéressant pour un film de genre sorti l’année dernière. Jamais malsain n’aura jamais aussi bien rimé avec Maniac. Il y a une réelle métaphore de pourriture qui se matérialise dans l’aspect du monde extérieur qui cohabite avec Frank. Maniac invite le spectateur dans les méandres torturés d’un esprit tortionnaire qui se meurt au fur et à mesure que sa folie grandie. On remarquera aussi un symbole évident d’une névrose chronique qui ne cesse jamais d’habiter le tueur même lorsqu’il n’est pas en proie à ses pulsions meurtrières. Vraiment, le visuel est très beau et sert parfaitement les nombreux effets chocs qui parsèment la pellicule. En même, quand on sait de quoi est capable la team Aja (Haute Tension en tête de gondole), il faut s’attendre à du très lourd si elle est en forme. D’ailleurs, en parlant de team Aja, une des séquences finales de Maniac ressemble beaucoup trop à une du final de Haute Tension. L’ambiance sonore est identique et l’action à l’écran est la même laissant perplexe le spectateur qui se met tout seul à l’écart de l'oeuvre l’espace d’un instant pour s’assurer qu’il ne s’est pas trompé de film…c’est maladroit ! En parlant de final d’ailleurs, la fin de Maniac laisse fortement un goût d’inachevé et / ou de bâclé qui ne lui permet pas de s’accaparer le maximum de points sur notre échelle d’exaltation.

Maniac offre un coup de jeunesse certain au film de 1980. Il choisit de s’adresser surtout à une génération n’ayant jamais vu le film de Lustig tout en essayant de régaler les fans de ce dernier. Dans l’ensemble, le tout offre suffisamment de bons points pour qu’on lui pardonne ses quelques maladresses. Un slasher brutal à réserver à un public très averti qui renoue parfaitement avec une nostalgie 80’s.

Informations

Détails du Film Maniac (2013)
Origine France Signalétique Interdit aux moins de 16 ans
Catégorie Film Genre Horreur
Version Cinéma Durée 89 '
Sortie 02/01/2013 Reprise -
Réalisateur Franck Khalfoun Compositeur ROB
Casting Elijah Wood - Nora Arnezeder - Sammi Rotibi - America Olivo - Liane Balaban
Synopsis Dans les rues qu'on croyait tranquilles, un tueur en série en quête de scalps se remet en chasse. Frank est le timide propriétaire d'une boutique de mannequins. Sa vie prend un nouveau tournant quand Anna, une jeune artiste, vient lui demander de l'aide pour sa nouvelle exposition. Alors que leurs liens se font plus forts, Frank commence à développer une véritable obsession pour la jeune fille. Au point de donner libre cours à une pulsion trop longtemps réfrénée - celle qui le pousse à traquer pour tuer.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques