Critique Revenir

Revenir
Quand la parole ne peut dire, reste alors le langage du corps. Film tout en pudeur, Revenir de la cinéaste Jessica Palud ne s'autorise que l'essentiel : un drame familial dépouillé, entre espoir et résignation. Une première oeuvre singulière, portée...

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Pierre LARVOL

Critique du Film

Partir est une épreuve, revenir en est une autre. Premier long-métrage de la réalisatrice française Jessica Palud, Revenir fait du silence le témoin de drames intimes. Une douleur sourde et distante au cœur d'une ferme isolée, où les non-dits entretiennent la confusion des sentiments. Un drame rural à l'apparence d'une parenthèse, aride, parfois poétique et toujours pudique.

Douze ans plus tôt, Thomas partait de la ferme de ses parents. Lorsque sa mère tombe malade, il décide de revenir. Si elle est ravie de revoir son fils, son père lui reste interdit : son visage est fermé, les échanges limités. C'est également une occasion pour Thomas de rencontrer la veuve de son frère, Mona, ainsi que son neveu, le jeune Alex. Librement tiré du roman L'amour sans le faire de Serge Joncour, le film de Jessica Palud joue du silence de ses interprètes. Face au passé trouble de Thomas, incarné par un touchant Niels Schneider, une mère qui s'occupe tant bien que mal de son fils, jouée par une excellente Adèle Exarchopoulos. Dans cette ferme vide et éloignée, on peine à envisager des perspectives : l'argent ne rentre plus, un décès s'annonce et les relations sociales sont mises à l'épreuve par des non-dits. L'espoir existe cependant, l'arrivée de Thomas fait vaguement renaître plusieurs figures : celle d'un père pour Alex, d'un mari pour Mona et d'un fils pour Michel (Patrick d’Assumça), le père de Thomas. S'articulant autour d'un jeu de regards, devenant quelque part charnel et primaire, le rapport entre Thomas et Mona ne semble pas appartenir au domaine du langage : un lien sensible rapproche ces deux âmes.

Ne manquant pas de rappeler un cinéma naturaliste, Revenir ménage les aspérités de son récit par une forme de poésie visuelle. Tourné dans la Drôme, le film fait de la chaude lumière du département un intéressant allié : une manière de contraster les enjeux dramatiques et de conférer à l'œuvre une véritable personnalité. Le symbolisme du cadre permet une fois encore de dépasser les mots et de faire exister d'une autre façon les rapports entre les personnages : la forêt où le fils part à la recherche du père, la boue où gît le temps d'une pulsion un besoin d'amour, les décors entrent ainsi en résonances avec les récits des personnages.

Quand la parole ne peut dire, reste alors le langage du corps. Film tout en pudeur, Revenir de la cinéaste Jessica Palud ne s'autorise que l'essentiel : un drame familial dépouillé, entre espoir et résignation. Une première oeuvre singulière, portée par de vibrants taiseux. 

Informations

Détails du Film Revenir
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 77 '
Sortie 22/01/2020 Reprise -
Réalisateur Compositeur
Casting Adèle Exarchopoulos - Niels Schneider - Patrick d'Assumçao
Synopsis C’est la ferme où Thomas est né. C’est sa famille. Son frère, qui ne reviendra plus, sa mère, qui est en train de l’imiter, et son père, avec qui rien n’a jamais été possible. Il retrouve tout ce que qu’il a fui il y a 12 ans. Mais aujourd’hui il y a Alex, son neveu de six ans, et Mona, sa mère incandescente.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques