Critique Doctor Sleep

Doctor Sleep
Si le soin apporté à la reconstitution de l'univers de Shining témoigne de la passion de Mike Flanagan pour le film de Kubrick, l'hommage ne s'accompagne malheureusement pas d'un renouveau convaincant. Porté sur les apparences, Doctor Sleep manque...

Verdict Note : Maladroit sur de nombreux points. Maladroit sur de nombreux points.

Par Pierre LARVOL

Critique du Film

Adapté du roman éponyme de Stephen King, Doctor Sleep du réalisateur Mike Flanagan se veut être l'audacieuse suite du chef d'œuvre horrifique de Kubrick, Shining. Entre cinéma et littérature, le cinéaste tente de concilier les œuvres tout en creusant son propre sillon. Comme perdu dans le labyrinthe enneigé de l'Overlook, Doctor Sleep cherche en vain une raison d'être : une autre victime du sinistre hôtel, piégé dans le passé.

Si le soin apporté à la reconstitution de l'univers de Shining témoigne de la passion de Mike Flanagan pour le film de Kubrick, l'hommage ne s'accompagne malheureusement pas d'un renouveau convaincant. Porté sur les apparences, Doctor Sleep manque cruellement de fond.

Le petit Danny Torrance a suivi la voie de son père : noyé dans l'alcool et la violence, il a délaissé son passé et son don, le Shining. Une fuite intime, loin des traumatismes et des esprits de l'Overlook Hotel. Alors que Danny retrouve avec l'aide d'une âme charitable le chemin de la paix et de la sobriété, ses incroyables facultés reviennent timidement. C'est ainsi qu'il rencontre Abra, une courageuse jeune fille capable elle aussi de communiquer par le pensée. Lorsqu'une tribu nommée le Nœud Vrai apparaît, Abra se rapproche aussitôt de Dan : elle court en effet un grand danger, son pouvoir ayant attiré ces monstres en quête d'immortalité. Un nouvelle épreuve pour Danny Torrance.

Loin de l'Overlook Hotel, le fils Torrance n'a plus grand chose à dire. Suspendu sur un fil entre l'œuvre cinématographique de Kubrick et le récit de Stephen King, Doctor Sleep cherche une forme de synthèse. Une adaptation par ailleurs libre du roman éponyme qui, asséché par le scénario de Mike Flanagan, peine à tenir debout sans la béquille Shining. Difficile en effet pour les nouveaux venus d'exister face à une écriture aussi superficielle et un héritage aussi lourd : bien que long, le film ne parvient que rarement à entrer dans l'intimité de ses personnages, délaissant ainsi l'émotion. Eparpillé et redondant, le récit tente alors tant bien que mal de créer un pont entre le passé de Danny Torrance et la nouvelle mythologie propre à Doctor Sleep. Face à l'Overlook et sa horde d'esprits menaçants, la tribu du Nœud Vrai fait un peu grise mine. Heureusement l'envoutante incarnation de Rebecca Ferguson dans le rôle de Rose Claque sauve la décevante tribu de l'oubli. Quant au personnage de Danny Torrance, si Ewan McGregor habite de manière solide son rôle, il doit toutefois composer avec la pauvreté de ce dernier : il gesticule alors comme les autres avec en toile de fond une vaine quête de rédemption.

Hommage appuyé à Shining, Doctor Sleep nous ramène dans l'univers visuel de Kubrick. Que cela soit les motifs du tapis, l'inoubliable coulée de sang de l'ascenseur, la chambre 237 ou encore la salle de réception de l'Overlook Hotel, on retrouve les endroits et scènes clés du film de Kubrick. Le cinéaste Mike Flanagan va même jusqu'à invoquer le père Torrance : de joyeuses retrouvailles. Dommage qu'une fois encore tout cela ne reste que dans le domaine de l'apparence. Au jeu des hommages, on préfère la plus ludique scène de Ready Player One. Jonché de références et clins d'œil, Doctor Sleep existe aussi pour lui le temps de quelques fulgurances visuelles. Esthétiquement soigné, le film bénéficie d'une photographie globalement réussie et d'un travail sonore efficace. La bande originale, jouant sur les sonorités de Shining, manque cependant d'originalité.

Si le soin apporté à la reconstitution de l'univers de Shining témoigne de la passion de Mike Flanagan pour le film de Kubrick, l'hommage ne s'accompagne malheureusement pas d'un renouveau convaincant. Porté sur les apparences, Doctor Sleep manque cruellement de fond. Le récit, peu engageant, souffre d'une écriture vague et superficielle. Quant au frisson, il apparaît au détour d'une porte brisée et du souvenir d'un visage mythique. Les fantômes à la rescousse d'une œuvre mineure.

Informations

Détails du Film Doctor Sleep
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Thriller
Version Cinéma Durée 152 '
Sortie 30/10/2019 Reprise -
Réalisateur Mike Flanagan Compositeur
Casting Ewan McGregor - Rebecca Ferguson
Synopsis Encore profondément marqué par le traumatisme qu'il a vécu, enfant, à l'Overlook Hotel, Dan Torrance a dû se battre pour tenter de trouver un semblant de sérénité. Mais quand il rencontre Abra, courageuse adolescente aux dons extrasensoriels, ses vieux démons resurgissent. Car la jeune fille, consciente que Dan a les mêmes pouvoirs qu'elle, a besoin de son aide : elle cherche à lutter contre la redoutable Rose Claque et sa tribu du Nœud Vrai qui se nourrissent des dons d'innocents comme elle pour conquérir l'immortalité. Formant une alliance inattendue, Dan et Abra s'engagent dans un combat sans merci contre Rose. Face à l'innocence de la jeune fille et à sa manière d'accepter son don, Dan n'a d'autre choix que de mobiliser ses propres pouvoirs, même s'il doit affronter ses peurs et réveiller les fantômes du passé…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques