Critique Terminator : Dark Fate

Terminator : Dark Fate
Terminator : Dark Fate est un divertissement jubilatoire et prometteur qui ouvre sur un avenir de la franchise plus radieux que celui de l'humanité.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par David Speranski

Critique du Film

Depuis les deux premiers volets mythiques signés par James Cameron, la franchise Terminator s'était égarée dans des épisodes très moyens, voire complètement désastreux (Terminator Genesys du malheureux Alan Taylor, responsable pourtant de quelques-uns des plus beaux opus de Game of Thrones). Il fallait impérativement relever le niveau, sous peine de voir la franchise s'effondrer irrémédiablement. Une seule solution, d'urgence : back to basics. Retour donc au duo iconique qui a fondé le mythe, Arnold Schwarzenegger et surtout Linda Hamilton qui n'avait joué dans aucun des trois volets antérieurs, et à James Cameron, présent à nouveau pour la première fois depuis Terminator 2 au scénario et à la production, mais malheureusement pas à la réalisation (nous y reviendrons). Comment faire du neuf avec du vieux, telle est la question. 

Terminator : Dark Fate est un divertissement jubilatoire et prometteur qui ouvre sur un avenir de la franchise plus radieux que celui de l'humanité.

Or, si on reprend les fondamentaux de la franchise des deux premiers volets, c'est-à-dire, une fuite et une lutte sans fin contre un Terminator a priori invincible et indestructible (le premier Terminator) et un Terminator fluide et se recomposant automatiquement après chaque blessure ou décomposition tel le T-1000 interprété par Robert Patrick (Terminator 2), les protagonistes, hormis le duo iconique, ont complètement changé. Il s'agit donc de la même histoire, ou plus exactement du même principe dramatique, mais le film change, mute même en une variation différente, en raison de la nature des protagonistes. Au centre de l'intrigue, se trouvent donc en 2020 à Mexico, une modeste ouvrière mexicaine d'une chaîne de montage automobile, Dani Ramos et une super-soldat génétiquement augmentée, Grace, envoyée du futur pour la protéger d'un Terminator de l'espèce la plus évoluée, un Rev-9, capable de se métamorphoser et en plus de se dédoubler, qui cherche à tuer Dani de manière inexplicable. Elles croiseront pour les aider une Sarah Connor transformée en exterminatrice de Terminator.

Le film est donc complètement remodelé à la manière Girl Power mais lorsqu'on sait que, à l'instar de Ridley Scott, James Cameron a sans doute été l'un de ceux qui ont le plus fait pour imposer des femmes au centre de ses films, cela ne paraît absolument pas une concession à l'air du temps mais une continuité logique de sa vision. Natalia Reyes (découverte dans les Oiseaux de passage), Linda Hamilton (excellente dans le registre badass, revenue de tout) et surtout Mackenzie Davis, exceptionnelle (la jeune femme de San Junipero, l'épisode culte de Black Mirror), forment un trio incroyable et complémentaire, figurant par l'échelle des différentes tailles, des Dalton au féminin. Chacune porte en elle une histoire singulière que le scénario va prendre son temps à dévoiler à coup de flash-backs ou plutôt de flash-forwards. Quant aux hommes, ils sont nettement relégués aux seconds rôles, Gabriel Luna fait ainsi assez peur en Rev-9, sans atteindre le niveau d'empathie dégagé par Schwarzy dans les deux premiers volets, et Arnold Schwarzenegger revient sans doute pour la dernière fois, en guest star de luxe, débitant les punchlines et servant d'ultime recours dans les scènes d'action. 

Car Tim Miller, déjà responsable du réjouissant Deadpool, a fait un excellent travail de mise en scène. Les séquences de l'usine automobile, de la poursuite sur l'autoroute, du centre de détention et de l'affrontement final dans une usine désertée, sont magnifiquement réalisées. Il se permet de mettre en scène une histoire de manière surpuissante et aussi subtile par moments (la romance lesbienne entre Dani et Grace n'est que suggérée mais ne fait guère de doute). Le fait de montrer des Mexicains traverser une frontière américaine très poreuse représente aussi une provocation anti-Trump assez réjouissante. Cette réussite permet donc d'effacer les trois précédents volets qu'on s'est empressé d'enfouir dans les recoins les moins fréquentés de notre mémoire. De toute manière, comme l'a indiqué James Cameron, Terminator : Dark Fate est la suite immédiate de Terminator 2, le Jugement dernier, et permet à la fois de clore de belle façon une trilogie et de pouvoir en commencer une autre. Exit John Connor, Skynet, le T-1000 et bienvenue à Dani, Grace et au Rev-9. Un arc narratif est ainsi introduit et ne demande qu'à se déployer lors de deux épisodes suivants. Ne manque qu'une seule chose à Dark Fate pour passer de la catégorie du très bon divertissement à celle de grand film, la patte cinématographique de James Cameron qui préfère toujours se consacrer au tournage interminable des suites d'Avatar, plutôt que de mettre la main à ses autres franchises, Alita : Battle angel ou Terminator. On peut le regretter et penser qu'il aurait ménagé davantage de scènes de temporisation et accentué la dimension tragique de la relation entre Sarah Connor et le T-800 (le dernier plan de Schwarzy et l'échange de "regards" qui s'ensuit demeurent toutefois très émouvants). Mais tel quel, Terminator : Dark Fate est un divertissement jubilatoire et prometteur qui ouvre sur un avenir de la franchise plus radieux que celui de l'humanité. 

Informations

Détails du Film Terminator : Dark Fate
Origine Etats Unis Signalétique Sensibilité Spectateurs
Catégorie Film Genre Action - Science - Fiction
Version Cinéma Durée 129 '
Sortie 23/10/2019 Reprise -
Réalisateur Tim Miller Compositeur
Casting Arnold Schwarzenegger - Linda Hamilton - Mackenzie Davis
Synopsis De nos jours à Mexico. Dani Ramos, 21 ans, travaille sur une chaîne de montage dans une usine automobile. Celle-ci voit sa vie bouleversée quand elle se retrouve soudainement confrontée à 2 inconnus : d’un côté Gabriel, une machine Terminator des plus évoluées, indestructible et protéiforme, un « Rev-9 », venue du futur pour la tuer ; de l’autre Grace, un super-soldat génétiquement augmenté, envoyée pour la protéger. Embarquées dans une haletante course-poursuite à travers la ville, Dani et Grace ne doivent leur salut qu’à l’intervention de la redoutable Sarah Connor, qui, avec l’aide d’une source mystérieuse, traque les Terminators depuis des décennies. Déterminées à rejoindre cet allié inconnu au Texas, elles se mettent en route, mais le Terminator Rev-9 les poursuit sans relâche, de même que la police, les drones et les patrouilles frontalières… L’enjeu est d’autant plus grand que sauver Dani, c’est sauver l’avenir de l’humanité.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques