Critique Sublimes Créatures (Beautiful Creatures)

Sublimes Créatures
Avec Sublimes créatures, les studios Summit Entertainment nous montrent une fois de plus que les sagas pour adolescents sont devenues leur spécialité. Adaptation cinématographique du livre 16 Lunes de Kami Garcia et Margareth Stohl, ce nouveau film...

Verdict Note : Maladroit sur de nombreux points. Maladroit sur de nombreux points.

Par Céline Michelant

Critique du Film

Avec Sublimes créatures, les studios Summit Entertainment nous montrent une fois de plus que les sagas pour adolescents sont devenues leur spécialité. Adaptation cinématographique du livre 16 Lunes de Kami Garcia et Margareth Stohl, ce nouveau film fantastico-romantique dans la lignée des Twilight mêle magie et romance sur fond de guerre de Sécession.

Malgré quelques jalonnements poétiques qui viennent égayer la narration, « Sublimes Créatures » est moue et sans rythme.

Contrairement à ses ainés, le long métrage réalisé par Richard LaGravenese présente une histoire légèrement plus mature que les précédentes. Ethan Whate mène une vie ennuyeuse dans le trou perdu qu’est Gatlin, petite ville enfouie dans le sud profond de l’Amérique. La ville est aux mains d’une communauté religieuse très croyante à la limite de la secte. Un jour, une mystérieuse inconnue, Lena Duchannes, s’installe dans la ville. Détestée de tous, le jeune homme va se rapprocher de cette mystérieuse nouvelle arrivante et découvrira qu’elle est une enchanteresse maudite qui, le jour de ses 16 ans, sera vouée à la lumière ou aux ténèbres.

En rien moralisateur et en aucun cas défendeur de la célèbre religion manichéiste chère à Hollywood, le film évolue vers une histoire ou le bien et le mal coexistent parfaitement. Cela se reflète dans tout le film à travers l’héroïne elle-même, mi-ténébreuse mi-lumière.

Il lui confère même une identité qui se veut plus mature à travers des citations du poète Buckowski et des références au livre Abattoir 5 de Vonnegut mais le tout est brouillé par une mise en scène plate et une direction d’acteur floue.

L’histoire prend place dans une très belle atmosphère gothique avec des décors qui mêlent ancien et ultra-moderne. Le tout est enrobé par des dialogues humoristiques alliant bonnes réparties et références qui font sourire.

Mais Sublimes Créatures tombe dès le début du film dans les travers des produits aseptisés made in Hollywood. Richard Lagravanese, malgré toute son expérience (réalisateur de P.S : I Love You et scénariste de Sur La Route de Madison), essaye de hisser son film au niveau des grandes sagas comme Twilight ou encore The Mortal Instrument. Il lui confère même une identité qui se veut plus mature à travers des citations du poète Buckowski et des références au livre Abattoir 5 de Vonnegut mais le tout est brouillé par une mise en scène plate et une direction d’acteurs floue. Les personnages pourtant plus modernes que les autres films pour ados ont du mal à s’affirmer. Seule Emma Thompson arrive à sortir du lot en incarnant une enchanteresse maléfique cachée dans le corps d’une bigote. Elle est à la fois drôle, machiavélique et forte.

L’histoire prend place dans une très belle atmosphère gothique avec des décors qui mêlent ancien et ultra-moderne.

Malgré quelques jalonnements poétiques qui viennent égayer la narration, Sublimes Créatures est mou et sans rythme. C’est un film qui se laisse voir mais qui n’est en rien transcendantal dans son genre. Il semblerait même que la suite de la saga (il y a en tout 4 livres) ne verra pas le jour au cinéma.

Informations

Détails du Film Sublimes Créatures (Beautiful Creatures)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Fantastique - Romance
Version Cinéma Durée 124 '
Sortie 27/02/2013 Reprise -
Réalisateur Richard LaGravenese Compositeur Aaryk Noctivagus
Casting Jeremy Irons - Emmy Rossum - Thomas Mann - Emma Thompson - Alden Ehrenreich - Alice Englert
Synopsis Ethan Wate, un jeune lycéen, mène une existence ennuyeuse dans une petite ville du sud des Etats-Unis. Mais des phénomènes inexplicables se produisent, coïncidant avec l’arrivée d’une nouvelle élève : Léna Duchannes. Malgré la suspicion et l’antipathie du reste de la ville envers Léna, Ethan est intrigué par cette mystérieuse jeune fille et se rapproche d’elle. Il découvre que Lena est une enchanteresse, un être doué de pouvoirs surnaturels et dont la famille cache un terrible secret. Malgré l’attirance qu’ils éprouvent l’un pour l’autre, ils vont devoir faire face à une grande épreuve : comme tous ceux de sa famille, Lena saura à ses seize ans si elle est vouée aux forces bénéfiques de la lumière, ou à la puissance maléfique des ténèbres…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques