Critique Yesterday

Yesterday
Voulant s'inspirer du côté romantique de (500) jours ensemble (en nettement moins réussi) et de l'aspect biopic de Rocketman, Yesterday déçoit car, à l'origine, il possédait tous les ingrédients nécessaires à l'élaboration d'un divertissement...

Verdict Note : Moyen. Moyen.

Par Justine VIGNAL

Critique du Film

Les scarabées ont disparu

On attendait le dernier film de Danny Boyle comme le Messie. Le cinéaste oscarisé pour Slumdog Millionaire et à la filmographie éclectique (127 heures, Steve Jobs, Trainspotting) s'associant à Richard Curtis au scénario (Love Actually, Good Morning England) pour une comédie fantastique sur les Beatles : quelle promesse alléchante !

Appartenant au genre de l'uchronie, Yesterday s'ancre dans un monde parallèle où les Beatles n'auraient jamais existé. Jake Malik, un musicien à la carrière au ras du sol, décide de s'approprier les tubes mythiques du groupe le plus populaire de l'histoire de la musique.

Voulant s'inspirer du côté romantique de (500) jours ensemble (en nettement moins réussi) et de l'aspect biopic de Rocketman, Yesterday déçoit car, à l'origine, il possédait tous les ingrédients nécessaires à l'élaboration d'un divertissement surprenant. Malheureusement, ces bonnes pistes restent peu exploitées ou mal gérées.

Si dans ses premiers moments, Yesterday séduit énormément et reste entraînant grâce à des moments musicaux agréables, en termes de mise en scène et de narration, il ne parvient pas à rester à la hauteur de l'originalité de son idée première. À notre grande déception, le film se complaît dans une élaboration scénaristique mille fois vue.

Tout y était pour plaire au plus grand nombre : le pauvre artiste raté, puis son succès planétaire et même Ed Sheeran qui débarque dans sa cuisine, la pseudo-histoire d'amour impossible puis sa résolution ''surprise'', le dilemme moral de voler un trésor même si personne ne peut le savoir... Des points intrigants mais traités d'une manière qui ne sort en rien de l'ordinaire. Pour passer d'une ville à une autre, leurs noms s'affichent en incrustation (pas très jolie). Quelques maladresses font même sortir de l'histoire du fait d'incohérences et surtout, de non-résolutions : à part les Beatles, le Coca-Cola et les cigarettes n'existent plus et, si la planète ne s'en porte pas plus mal, ces éléments qui disparaissent n'ajoutent rien et n'aboutissent sur aucune chute finale (pas d'intérêt spécial de "surprise" spectatorielle). Le film ne crée rien de particulièrement nouveau, si ce n'est déterrer les Beatles pour en tirer profit, en racontant une histoire très conventionnelle.

Yesterday frustre car son ancrage dans le fantastique musical donnait matière à inventions et prises de risques mais Danny Boyle ne donne pas l'impression de s'être terriblement tué à la tâche pour ce faux biopic. À croire que le réalisateur reste traumatisé après l'échec critique et public de T2 Trainspotting. Certes, il propose un divertissement qui ne nous paraît pas désagréable (surtout à écouter) mais il se révèle dépourvu de substance, de vrai corps. Toutes les péripéties, tous les rebondissements qui arrivent à nos protagonistes sont attendus. Une histoire d'amour se tient là, sans que nous ne nous sentions vraiment impliqués, par manque d'éléments en prise avec notre empathie.

Non sans rappeler la comédie française Jean-Phillipe dans laquelle Johnny s'était aussi évaporé, Yesterday se repose plus sur son postulat de base, certes détonant, mais insuffisant scénaristiquement car laissé tel quel, en proposant une soupe d'ingrédients artificiels. Quelques dialogues et moments amusants sortent du lot : on peut profiter de la musique Shape of You, sonnerie du téléphone d'un Ed Sheeran égocentrique, mais cela ne hisse pas le film au rang de chef-d’œuvre pour autant. Une bonne idée, si elle n'est pas développée et maîtrisée sur la durée, peut difficilement convaincre.

L'unique point qui emballe réside dans la capacité du film à faire redécouvrir le génie et l'étendue de la sensibilité artistique du groupe mythique. Sur le fond, Yesterday rend un bel hommage aux Beatles mais cela ne suffit pas à en faire un bon film. Il laisse un goût sans saveur. Voulant s'inspirer du côté romantique de (500) jours ensemble (en nettement moins réussi) et de l'aspect biopic de Rocketman, le film déçoit car, à l'origine, il possédait tous les ingrédients nécessaires à l'élaboration d'un divertissement surprenant. Malheureusement, ces bonnes pistes restent inexploitées ou mal gérées. Relevons tout de même la belle prestation d'Himesh Patel, plutôt crédible et très bon chanteur. Le film est un "summer movie" joyeux mais passable en comparaison avec les œuvres précédentes du réalisateur.

Informations

Détails du Film Yesterday
Origine Angleterre Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Aventure - Comédie - Fantastique
Version Cinéma Durée 117 '
Sortie 03/07/2019 Reprise -
Réalisateur Danny Boyle Compositeur Daniel Pemberton
Casting Lily James - Himesh Patel - Ed Sheeran
Synopsis Hier tout le monde connaissait les Beatles, mais aujourd’hui seul Jack se souvient de leurs chansons. Il est sur le point de devenir extrêmement célèbre. Jack Malik est un auteur-compositeur interprète en galère, dont les rêves sont en train de sombrer dans la mer qui borde le petit village où il habite en Angleterre, en dépit des encouragements d’Ellie, sa meilleure amie d’enfance qui n’a jamais cessé de croire en lui. Après un accident avec un bus pendant une étrange panne d’électricité, Jack se réveille dans un monde où il découvre que les Beatles n’ont jamais existé… ce qui va le mettre face à un sérieux cas de conscience.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques