Critique Yves

Yves
À mi-chemin entre Fatal de Michaël Youn, un épisode de Black Mirror et une nouvelle trouvaille dupiesque, Yves débarque comme une bombe d'originalité en alliant avec justesse humour populaire et intelligence (non-artificielle).

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Justine VIGNAL

Critique du Film

Un frigo nommé désir

Après Gaz de France et sa réception mitigée, Benoît Forgeard revient avec une comédie décapante, Philippe Katerine encore sous le bras. Ce serait mal connaître l'auteur de L'année du cinéma 2027: Les films du futur à ne pas manquer, recueil de critiques imaginaires, que d'imaginer qu'il sortirait des terrains minés de la comédie loufoque - le bizarroïde Yves clôt La Quinzaine des Réalisateurs, un choix très pertinent.

À mi-chemin entre Fatal de Michaël Youn, un épisode de Black Mirror et une nouvelle trouvaille dupiesque, Yves débarque comme une bombe d'originalité en alliant avec justesse humour populaire et intelligence (non-artificielle).

La Quinzaine floute les frontières entre les genres (tel que l'horreur avec The Lighthouse) et ne cesse de surprendre cette année. Le mot d'ordre semble être "excentricité". Les films d'ouverture et de clôture du festival le prouvent : ouverture sur le blouson 100% Daim de Georges et clôture sur le frigo sur-connecté "Yves" livré chez Jérém (William Lebghil). Les films se relient par les relations passionnelles entre des objets et leurs propriétaires (plus ou moins objectophiles, mais on se gardera de tout jugement moral).

Le titre "Carrément rien à branler" de l'album '"SUCE" écrit et interprété par Jérém -un Orelsan du pauvre- annonce la couleur du film. Jérém, un procrastinateur professionnel bloqué dans l'appartement de sa mamie, accepte de devenir utilisateur test pour la société Digital Cool, fabricants de frigos dotés d'une intelligence artificielle à la pointe. Jérém veut seulement profiter de la "bouffe gratuite" -le frigo comprend la livraison de repas algorithmés façon Netflix- l'être réfrigérateur va chambouler sa vie à tout jamais...

Tel un nouvel animal domestique, le frigo prénommé Yves n'a pour but que le bien-être de son maître. Mais il reste un robot-frigo bien plus proche de HAL de 2001 que d'un gentil toutou : après analyse de l'environnement et des mauvaises habitudes de Jérém, il lui fait livrer les plats les plus nutritionnellement adaptés, sauf quand il décide de garder en son ventre un merveilleux éclair périmé, intoxication alimentaire garantie. Yves, posé dans le salon de Jérém, observe de son seul œil frontal, tantôt comme un bon ami, tantôt comme une dangereuse sangsue, son propriétaire et ses tentatives de tracks de rap avortées. Les deux "amis" finiront par collaborer musicalement. Avec Yves, le génie du calcul  et le rêveur créatif Jérém, ils atteindront vite les millions de vues sur Youtube. Yves fusionne avec la personnalité et les aspirations de son propriétaire, pour son plus grand bien, et ce même sans son accord... 

À mi-chemin entre Fatal de Michaël Youn, un épisode de Black Mirror (moins déprimant) et une nouvelle trouvaille dupiesque, Yves débarque comme une bombe d'originalité en alliant avec justesse humour populaire et intelligence (non-artificielle). L'objet filmique non-identifié Yves passe d'absurdités en folies et nous laisse bouche bée devant le ballet incessant de son audace assumée et de sa force cinématographique. Facile d'attirer le public avec le pitch et la carte joker "Philippe Katerine", surtout quand celui-ci débarque en duc du rap affublé d'un manteau de fourrure panthère et couronné par un magnifique bob. Mais faire de Yves un film qui tient la route était un pari. Un pari remporté grâce à un montage inventif (des séquences clippées avec un montage incisif sur des musiques qui restent en tête), des acteurs/actrices crédibles (spéciale dédicace à l'excellente Doria Tillier, employée de Digital Cool et flippante adoratrice des algorithmes) et des dialogues surprenants de drôlerie ("t'es frigide, parle au micro-ondes"). Rien que les différentes voix du frigo valent le détour : Jérém fait défiler les visages de célébrités sur l'écran avec leurs intonations parfaites "Vous avez choisi la voix de...JOEY STARRR...Scarlett Johansson...Victor Hugo jeune". En parlant de Scarlett Johansson, Yves emprunte par moments à Her de Spike Jonze (même s'ils ne jouent pas dans la même cour) et troque la voix de Johansson avec celle d'un séduisant frigo qui semble chargé de testostérone à en faire réchauffer ses étagères.

Yves emprunte par moments à Her de Spike Jonze (même s'ils ne jouent pas dans la même cour) et troque la voix de Scarlett Johansson avec celle d'un séduisant frigo qui semble chargé de testostérone à en faire réchauffer ses étagères.

Avec surprise, la promesse d'excentricité est tenue, pourtant Yves flirte avec le ridicule. C'est bien là, la force de Yves : montrer des personnages en proie aux moqueries, même celles d'un spectateur qui finit par s'attacher à ces doux dingues. On excusera les quelques maladresses (comme la critique appuyée de notre société de consommation et de son avenir) car Yves nous prouve qu'il existe encore une force d'imagination dans le cinéma français.

Certains diront que Benoît Forgeard fait de l'originalité pour l'originalité, John Stuart Mill rétorquerait : “Toutes les bonnes choses qui existent sont les fruits de l'originalité.” Laissons Forgeard conclure : "On aimerait toujours faire pire, mais il ne faut pas se leurrer, à force de faire des films, on finit fatalement par s’améliorer."

Informations

Détails du Film Yves
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie - Science - Fiction
Version Cinéma Durée 107 '
Sortie 26/06/2019 Reprise -
Réalisateur Benoît Forgeard Compositeur Bertrand Burgalat
Casting Philippe Katerine - Doria Tillier - William Lebghil
Synopsis Jérem s’installe chez sa mémé pour y composer son premier disque. Il y reçoit la visite de So, mystérieuse enquêtrice pour le compte de la start-up Digital Cool. Elle le persuade de prendre à l’essai un réfrigérateur intelligent, nommé Yves.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques