Critique La Glace en feu (Ice on Fire)

La Glace en feu
À l’aide de données scientifiques plutôt complexes, de multiples témoignages de professionnels et d’images tantôt sublimes, tantôt terrifiantes, La Glace en feu dresse un tableau, ni optimiste ni totalement désespéré, de l’état de l’atmosphère...

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Emilie BOCHARD

Critique du Documentaire

Parler d’écologie au Festival de Cannes peut paraître une entreprise extrêmement paradoxale. C’est pourtant le défi que s’est lancé Leonardo DiCaprio qui, après avoir paradé sur le tapis rouge en compagnie de Brad Pitt et Quentin Tarantino, est revenu un peu aux choses sérieuses pour venir présenter le documentaire La Glace en feu, dont il est le producteur et le narrateur. Aux côtés de plusieurs scientifiques et de la réalisatrice Leila Conners, l’acteur hollywoodien, depuis toujours concerné par l’environnement et le réchauffement climatique, livre une nouvelle fois un film inquiet sur l’avenir de notre planète, trois ans après son excellent Avant le déluge.

Dans ce documentaire produit par HBO et donc destiné à la télévision, Conners et DiCaprio se lancent dans une recherche effrénée des solutions qui existent déjà pour réduire les émissions de gaz à effets de serre et enfin réellement inverser (et pas seulement réduire, comme le précise un scientifique) la tendance du réchauffement climatique. À l’aide de données scientifiques plutôt complexes, de multiples témoignages de professionnels et d’images tantôt sublimes, tantôt terrifiantes, La Glace en feu dresse un tableau, ni optimiste ni totalement désespéré, de l’état de l’atmosphère terrestre aujourd’hui et des moyens à mettre en place pour rendre notre air plus respirable.

À l’aide de données scientifiques plutôt complexes, de multiples témoignages de professionnels et d’images tantôt sublimes, tantôt terrifiantes, La Glace en feu dresse un tableau, ni optimiste ni totalement désespéré, de l’état de l’atmosphère terrestre aujourd’hui et des moyens à mettre en place pour rendre notre air plus respirable.

De l’Islande à la Croatie, de l’Alaska aux îles Orcades en Écosse, le documentaire parcourt le globe pour filmer les dégâts, mais aussi les espoirs qui écument à travers le monde. Certaines images sont d’ailleurs très fortes, notamment celles de ce pont suspendu au-dessus d’une grande étendue désertique, vestige de la fonte du glacier Vatnajökull en Islande, ou celles, impressionnantes, de l’évaporation dans l’atmosphère du méthane contenu dans le permafrost (sols gelés en permanence), augmentant de manière considérable la pollution de l’air et la destruction de la couche d’ozone. Selon les scientifiques, les solutions sont pourtant nombreuses : champs entiers de panneaux solaires, cultures de varech – une algue pouvant servir à la fois d’engrais, d’antibiotique, de légume et de pesticide naturel -, immenses machines pour filtrer le dioxyde de carbone présent dans l’air, ou encore charbon de bois pour fertiliser les sols sont autant de pistes à explorer pour améliorer nos conditions de vie et assurer la pérennisation de la vie sur Terre.

Cependant, si ce genre de documentaire est évidemment indispensable pour sensibiliser un large public à l’écologie, La Glace en feu paraît souvent assez hermétique pour pouvoir réellement toucher le plus grand nombre. Dans un défilé de recherches assez poussées, de vocabulaire jargonnant et de graphiques plutôt difficiles à comprendre, Conners et DiCaprio, très engagés dans leur entreprise, en oublient de miser sur la vulgarisation pour rendre leurs préoccupations plus accessibles. Le film n’échappe pas non plus à ce procédé peu subtil de l’interpellation du spectateur, dans un discours de fin où DiCaprio appelle à la mobilisation générale pour sauver ce qu’il reste de notre environnement.

Moins abouti que d’autres documentaires sur le même sujet tels que Demain, Une Vérité qui dérange ou Avant le déluge, La Glace en feu reste quand même une œuvre primordiale et précieuse, qui a le mérite d’aborder concrètement la réalité actuelle du réchauffement climatique et d'en faire une vérité scientifique. Malgré une approche peut-être un peu trop intellectuelle, le film, grâce à la puissance de ses images et à l'universalité de son propos, détient malgré tout, comme toute oeuvre audiovisuelle de cette ampleur, le pouvoir singulier d’éveiller les consciences à l’urgence écologique.

Informations

Détails du Documentaire La Glace en feu (Ice on Fire)
Origine Internationale Signalétique Tous Publics
Catégorie Documentaire Genre Indisponible
Version Cinéma Durée 98 '
Sortie 25/05/2019 Reprise -
Réalisateur Leila Conners Petersen Compositeur
Casting
Synopsis Documentaire sur le réchauffement climatique.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques