Critique Consequences (Posledice)

Consequences
Film coup de poing à la réalisation sobre et efficace sur un scénario solidement bâti, Consequences nous relate l'histoire d'un adolescent en quête de repères et l’ambiguïté trouble de la relation entre deux jeunes garçons intimement liés...

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Sébastien LAMOTHE

Critique du Film

image1Andrej, adolescent de 17 ans, ne va plus à l'école et passe ses soirées et des nuits entières à faire la fête avec ses amis. Sa mère décide de se tourner vers la justice qui l'envoie dans un centre de réhabilitation pour jeunes. Andrej va devoir s'y faire une place en y affrontant celui qui semble être le meneur de l'établissement, un certain Zele, accompagné de son fidèle "lieutenant" Nikson, garçons frondeurs et violents qui pratiquent le racket sur leurs camarades autant que sur des adolescents extérieurs à l'établissement. Le réalisateur Darko Stante connaît d'autant mieux son sujet qu'il est éducateur dans un centre spécialisé comparable à celui qui nous est montré dans le film. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il dresse un portrait peu flatteur de l'institution et du monde des adultes qui y travaillent. Cadre favorable à l'étude des relations viriles entre jeunes mâles rivalisant de brutalité et de violence, autant qu'à la manifestation de la personnalité d'un jeune homme à l'orée de l'âge adulte.

La caméra suit de près le parcours de Andrej en plan serré dans ses relations avec ses camarades où les corps qui se frôlent, s'opposent, se confrontent, se mesurent et se jaugent – scène de la salle de musculation –  se touchent et se caressent, s'entremêlent dans un mélange fait de violence et de sensualité, comme si l'une découlait dialectiquement de l'autre, indissolublement liées par le sentiment de pudeur qui habite les personnages. On sent qu'en l'espace d'un clin d'œil l'amitié bienveillante prodiguée par Zele à Andrej peut se retourner en brutalité comme si la violence exercée à l'encontre des autres n'était que la manifestation d'une impuissance à exprimer ses sentiments et qu'inversement les moments de tendresse traduisaient une violence sourde qui trouve à s'épancher dans l'amour. C'est ce fil ténu que la réalisation parvient ici à tenir en même temps que le jeu remarquable de spontanéité des acteurs y concourt, grâce sans doute au long travail de répétition auquel ces derniers ont dû procéder entre eux durant les 6 mois qui ont précédé le début du tournage, les rôles n'ayant été distribué qu'au dernier moment, chacun connaissant donc parfaitement le caractère et la psychologie des autres personnages ainsi que la nature des relations qu'ils entretiennent.

On sent qu'en l'espace d'un clin d'œil l'amitié bienveillante prodiguée par Zele à Andrej peut se retourner en brutalité comme si la violence exercée à l'encontre des autres n'était que la manifestation d'une impuissance à exprimer ses sentiments et qu'inversement les moments de tendresse traduisaient une violence sourde qui trouve à s'épancher dans l'amour.

image2Le film participe ainsi pour une bonne part au genre du récit initiatique, celui d'Andrej, dont certains éléments discrètement évoqués nous conduisent à appréhender la part d'enfance qui subsiste chez le personnage – l'affection qu'il porte à son rongeur, le parc pour enfants où il s'endort symboliquement au milieu des jouets. En rébellion par rapport au monde adulte, Andrej considère avoir été trahi par sa mère comme il l'est indirectement par les éducateurs du centre, impuissants physiquement face à l'agressivité des adolescents dont ils ont la charge, n'ayant pour seul recours que la menace de les priver de week-end en famille ou d'appeler la police pour leur demander de ramener les jeunes "fugueurs". Affublé d'un père falot et confronté à un monde adulte qu'il ressent comme hostile, Andrej semble trouver en Zele un référent masculin auquel il puise s'identifier. Ce dont Zele sait jouer à merveille. C'est ce rapport de fascination teinté de méfiance que nous montre le film, écartant le soupçon de naïveté qui pourrait peser sur la personnalité complexe de Andrej et qui donne tout son poids au sacrifice qu'il consent à accomplir en acceptant de racketter d'autres jeunes pour le compte de Zele – à commencer par Luka avec lequel il s'est pourtant engagé dans une relation de confiance et d'amitié – retournant le sentiment de trahison qu'il subit contre le monde extérieur. Tout comme Zele paraît sincère dans l'amitié sensuelle qu'il voue, sous couvert d'obéissance à ses ordres, à son camarade. Le film échappe ainsi à une détermination caricaturale du caractère des personnages tout en menant à l'issue fatale de leur relation qu'on devine malgré tout assez aisément. 

L'histoire se partage entre soirées festives et virées agrémentées de drogue et d'alcool sur fond de musique rap ou techno, scènes qui se déroulent au centre et retours sporadiques au foyer familial, trois pôles habités par la violence, physique ou morale, une violence sourde et/ou manifeste que la réalisation parvient habilement à nous faire (pres)sentir par une tension subtilement entretenue et l'envahissement psychologique et physique, progressivement de plus en plus important, de la figure tutélaire de Zele, à l'image de son caractère obsédant dans l'esprit de Andrej à qui il confie des missions de plus en plus importantes et pressantes. Et d'assister à la chute dans la petite criminalité du jeune garçon, dont les conséquences insoupçonnées de lui-même le conduiront à son isolement final. Une réalisation sobre et efficace dans la veine réaliste sur un rythme enlevé, basée elle-même sur un scénario solide et une performance d'acteurs impeccable font de Consequences un film "coup de poing" qui prend aux tripes tout en sachant jouer de notre sentiment de compassion à l'égard du personnage, que ses accès de conscience et sa douceur enfantine – méticuleusement enfouie au fond de lui – finissent par nous rendre proche. Une réussite et un coup de maître pour ce premier film du réalisateur slovène dont nous retenons d'ores et déjà le nom.

Informations

Détails du Film Consequences (Posledice)
Origine Slovénie Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 95 '
Sortie 26/06/2019 Reprise -
Réalisateur Darko Stante Compositeur Vladimir Kosovic
Casting Matej Zemljic - Timon Sturbej - Gasper Markun - Lovro Zafred - Rosana Hribar
Synopsis Andrej, 17 ans, ne va plus à l'école et passe ses soirées à faire la fête avec ses amis. Le juge décide de l'envoyer dans un centre de réhabilitation pour jeunes où il va devoir faire sa place et se faire respecter des caïds de l'institution dont Zele se présente comme le chef. Une relation ambiguë va alors se nouer entre les deux garçons.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire
Commentaires sur " Consequences "
  • HUGO79

    HUGO79 le 14/06/2019 à 11:00

    Je joue, conséquences ,je gagne.Merci.

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques