Critique Une Fille facile

Une Fille facile
Rebecca Zlotowski, contrairement à ce qu'ont pu dire certaines "bonnes consciences", a sans doute eu raison de réaliser une oeuvre, qui, comme un grand nombre de bons films, est en fait un documentaire sur son actrice.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par David Speranski

Critique du Film

On avait appris avec scepticisme la naissance de ce projet associant Rebecca Zlotowski et Zahia Dehar, semblant unir des mondes en apparence complètement opposés, celui de la réalisatrice intello et estimée de Belle Epine, Grand Central et Planétarium, et celui de l'ex-escorte préférée des joueurs de l'équipe de France de football, devenue mannequin de lingerie et femme d'affaires. Il était en effet facile de se gausser et d'en faire des gorges chaudes. Pourtant, à l'arrivée, Une Fille facile s'avère une œuvre plutôt intéressante, intrigante et troublante, au contenu indécidable sur les rapports de l'argent et de la séduction, à l'image de son héroïne au passé sulfureux.   

Rebecca Zlotowski, contrairement à ce qu'ont pu dire certaines "bonnes consciences", a sans doute eu raison de réaliser une oeuvre, - peut-être plus passionnante que le surestimé Planétarium -, qui, comme un grand nombre de bons films, est en fait un documentaire sur son actrice.

Naïma a seize ans et vit à Cannes. Alors qu'elle hésite encore sur la suite de sa vie, sa cousine Sofia, de cinq-six ans plus âgée, au mode de vie attirant et mystérieux, vient passer les vacances avec elle. Leur été commun aura des conséquences sur leurs vies respectives.  

Le synopsis de cette histoire fait irrésistiblement penser à un des Contes moraux d'Eric Rohmer, où des cousines, nouvelles Reinette et Mirabelle, partiraient à la découverte des hommes lors d'un été. Rohmer est d'ailleurs une référence avouée de Rebecca Zlotowski, Une fille facile trouvant sans forcer un écho familier dans La Collectionneuse. Si l'on craignait que ce film fût trop racoleur, il l'est certes un peu, la plastique impressionnante de Zahia nous étant exposée assez souvent sous toutes les coutures, sans l'hypocrisie d'un voile pudique, mais l'essentiel ne se trouve pas là. 

Une Fille facile se penche surtout sur l'exploration d'un mode de vie et d'un comportement, sans jugement moral surplombant. Sofia (donc Zahia Dehar, au sourire de madone à la Sophia Loren et affichant les courbes affolantes d'une Brigitte Bardot) ne croit pas aux sentiments et préfère le plaisir et les aventures. Sa cousine Naïma raconte l'histoire de leur été, un peu comme Pauline (Amanda Langlet) observait les chassés-croisés sentimentaux de Marion (Arielle Dombasle) dans Pauline à la plage. Il serait facile de porter un regard moralisateur sur la liberté de mœurs de Sofia, profitant de cadeaux de donateurs pas si désintéressés que cela mais Rebecca Zlotowksi nous invite justement à porter un autre regard sur cette fille soi-disant "pas comme il faut". Et si en vivant la réalité de ses pulsions, sans se préoccuper des consciences et des autres, Sofia était dans le vrai? Et si, en ne croyant pas forcément aux sentiments, elle était finalement bien plus pure que les autres qui se commettent dans des arrangements romantiques reposant sur du sable?  

C'est ce que Rebecca Zlotowski nous montre en organisant un déjeuner où Sofia renverra comme un boomerang la violence du cynisme contre la maîtresse de maison (Clotilde Courau) qui l'a initié. Une Fille facile n'existe que pour et autour de Zahia Dehar. Celle-ci n'est peut-être une actrice capable d'interpréter un autre rôle qu'elle-même, mais Brigitte Bardot ne l'était pas davantage. Elle est plutôt un phénomène psycho-social qui interroge et renseigne sur les rapports de pouvoir, d'argent et de séduction dans notre monde contemporain. En cela, Rebecca Zlotowski, contrairement à ce qu'ont pu dire certaines "bonnes consciences", a sans doute eu raison de réaliser une oeuvre, - peut-être plus passionnante que le surestimé Planétarium -, qui, comme un grand nombre de bons films, est en fait un documentaire sur son actrice.

Informations

Détails du Film Une Fille facile
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie Dramatique
Version Cinéma Durée 90 '
Sortie 28/08/2019 Reprise -
Réalisateur Rebecca Zlotowski Compositeur
Casting Clotilde Courau - Benoît Magimel - Mina Farid - Zahia Dehar - Nuno Lopes
Synopsis Naïma a seize ans et vit à Cannes. Alors qu'elle se donne l'été pour choisir ce qu'elle veut faire dans la vie, sa cousine Sofia, au mode de vie attirant, vient passer les vacances avec elle. Ensemble, elles vont vivre un été inoubliable.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques