Critique Jeanne

Jeanne
Bruno Dumont a livré sa version de l'histoire, très personnelle et surtout incomparablement incarnée par son actrice, le texte de Péguy et les chansons de Christophe, montrant ainsi comment rejoindre la grâce de trois façons différentes.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par David Speranski

Critique du Film

Bruno Dumont n'a peur de rien, pas en tout cas de mettre en scène une énième version de la vie de Jeanne d'Arc, après toutes celles qui l'ont devancé. Dreyer, Victor Fleming, Rossellini, Bresson, Rivette et même Besson (!) l'ont ainsi précédé. Il avait innové quelques années plus tôt en traitant de l'enfance de Jeanne d'Arc dans Jeannette, sous forme de comédie musicale pop-rock. Cette fois-ci il s'occupe de la partie de la vie de Jeanne qui concerne tout le monde, c'est-à-dire ses batailles et surtout son procès. Il ne démérite pas dans cet exercice, atteignant à plusieurs reprises de réels moments de grâce, aidé par son interprète principale, l'étonnante Lise Leplat Prudhomme et les chansons merveilleuses du surnaturel Christophe.   

Bruno Dumont a livré sa version de l'histoire, très personnelle et surtout incomparablement incarnée par son actrice, le texte de Péguy et les chansons de Christophe, montrant ainsi comment rejoindre la grâce de trois façons différentes.

En 1429 Jeanne délivre Orléans et part livrer bataille à Paris où elle subit sa première défaite. Après son emprisonnement à Compiègne, elle doit passer en procès à Rouen où Pierre Cauchon s'acharne à lui ôter toute crédibilité. 

La formidable idée de casting consiste à avoir pris pour interpréter le rôle de Jeanne non pas l'adolescente qui jouait son rôle dans Jeannette mais celle qui jouait son rôle enfant, Lise Leplat Prudhomme. Elle éclatait déjà de présence magique dans le film précédent ; Jeanne confirme son charisme quasiment sans précédent. Le fait de faire jouer ce personnage emblématique par une actrice plus jeune que le rôle renforce à l'évidence l'empathie qui peut exister à son égard. Il suffit parfois à Bruno Dumont de filmer simplement en plan fixe le charme et la détermination qui habitent le regard de la jeune comédienne pour ne pas laisser de doute sur la conviction qu'elle est Jeanne. 

Pourtant on pourrait de prime abord ressentir quelques craintes. Dumont n'a manifestement pas le budget pour une telle épopée et le sachant, botte en touche, en ce qui concerne la reconstitution des batailles. L'essentiel, pour lui, étant d'en restituer l'esprit. On se trouve ainsi assez proches de certains films d'Eric Rohmer comme Les Amours d'Astrée et Céladon, où l'esprit remplace les moyens budgétaires. Et puis la grâce, le miracle, surviennent. Dumont cadre sa petite actrice en lui donnant l'ampleur qu'elle mérite. Car Dumont ne filme pas en fonction des faits historiques mais en s'inspirant de l'œuvre de Charles Péguy, donc d'une vision supérieure. Lors du procès, l'essentiel se joue dans des dialogues qui ont été retranscrits des minutes du procès. Jeanne a-t-elle péché par orgueil ou servi des desseins divins? La question reste entière si l'on suit attentivement le dialogue. En revanche, la capacité d'incarnation de la jeune Lise Leplat Prudhomme ne laisse pas de doutes. 

Certes Dumont continue à attribuer des rôles à des comédiens bourrés de tics mais c'est conceptuellement pour leur opposer l'ingénuité et le naturel de sa jeune actrice. Il faut avouer que cette opposition est terriblement efficace pour stigmatiser le contraste entre le vice et la vertu. En-dehors de Lise Leplat Prudhomme et du texte adapté de Charles Péguy, Dumont dispose d'un autre atout non négligeable pour convier la grâce dans son film, les chansons et la présence-même de Christophe qui apportent une touche mélodique incomparable permettant à Jeanne d'atteindre sans difficulté une autre dimension. A l'arrivée, il n'est nullement question de comparer les mérites des différents cinéastes s'étant attaqués à l'histoire de Jeanne d'Arc. Bruno Dumont a livré sa version de l'histoire, très personnelle et surtout incomparablement incarnée par son actrice, le texte de Péguy et les chansons de Christophe, montrant ainsi comment rejoindre la grâce de trois façons différentes. 

Informations

Détails du Film Jeanne
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame - Historique
Version Cinéma Durée 124 '
Sortie Prochainement Reprise -
Réalisateur Bruno Dumont Compositeur
Casting Lise Leplat Prudhomme
Synopsis Année 1429. La Guerre de Cent Ans fait rage. Jeanne, investie d’une mission guerrière et spirituelle, délivre la ville d’Orléans et remet le Dauphin sur le trône de France. Elle part ensuite livrer bataille à Paris où elle subit sa première défaite. Emprisonnée à Compiègne par les Bourguignons, elle est livrée aux Anglais. S’ouvre alors son procès à Rouen, mené par Pierre Cauchon qui cherche à lui ôter toute crédibilité. Fidèle à sa mission et refusant de reconnaître les accusations de sorcellerie diligentées contre elle, Jeanne est condamnée au bûcher pour hérésie.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques