Critique Alice et le maire

Alice et le maire
Drôle et souvent juste, Alice et le maire soulève avec pragmatisme la question du temps de la réflexion en politique. Avant d'agir ne faut-il pas penser ? Le portrait humain d'un élu fatigué, à l'heure d'un désarroi politique.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Pierre LARVOL

Critique du Film

Second long-métrage du réalisateur français Nicolas Pariser, Alice et le maire poursuit un travail de réflexion autour de la sphère politique entamé en 2017 avec Le Grand Jeu. Une thématique où la caricature n'est jamais loin à l'image, et c'est justement là que réside la grande force de ce film : dans sa capacité à dépeindre au contraire avec justesse et réalisme son monde.

Paul Théraneau, maire de Lyon depuis plusieurs décennies, est à un carrefour de sa carrière. Si l'énergie ne lui  fait pas défaut, il lui manque cependant du "carburant" pour avancer : il n'a en effet plus une seule idée. Pour palier à ce soucis il décide d'embaucher une jeune et brillante philosophe, Alice, pour l'aider à réfléchir. Une rencontre qui va l'amener à reconsidérer ses certitudes.

Récit engagé, Alice et le maire se rapproche du cinéma d'Eric Rohmer (L'Arbre, le maire et la médiathèque). Une histoire humaine où deux profils se croisent : celui d'une femme intellectuelle et d'un homme d'action. Un rapport construit avant tout comme une rencontre entre deux mondes, entre la pensée et l'acte. Peut-on penser et agir ? Mettant particulièrement en avant une opposition marquée entre la culture et l'univers technocrate, le film répond à cette problématique par un personnage : Alice. Elle fait bouger les lignes avec son franc parler et son pragmatisme. Ne s'arrêtant pas aux apparences, elle cherche bien au contraire à comprendre : une communication responsable et sans fioriture, loin d'un infantilisant langage Orwellien. La pensée politique est comme broyée par une machine à gaz. C'est avec un humour aussi soigné qu'efficace que le film rend compte de ce fonctionnement et du fourmillement permanent qu'induit la politique. Plus largement, le scénario aborde la difficulté d'envisager, quel que soit l'âge, l'avenir.

La mise en scène, classique, est principalement au service de ses acteurs et de la reconstitution, convaincante, de son univers. L'actrice Anaïs Dumoustier incarne avec justesse le rôle de cette jeune femme calme et curieuse. Face à elle un excellent Fabrice Luchini qui canalise son exaltation pour rendre parfaitement compte de la fatigue intellectuel de son personnage, vide d'idées. Un intéressant personnage au parcours initiatique, évoluant vers une réappropriation de sa pensée, quitte à perdre le tempo de la politique.

Drôle et souvent juste, Alice et le maire soulève la question du temps de la réflexion en politique. Avant d'agir ne faut-il pas penser ? Le portrait humain et pragmatique d'un élu fatigué, à l'heure d'un désarroi politique. Reposant autant sur le jeu sans excès de ses acteurs que sur une écriture soignée, le nouveau film du cinéaste Nicolas Pariser se range entre L'exercice de l'Etat et Quai d'Orsay, entre intelligence et humour.

Informations

Détails du Film Alice et le maire
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie Dramatique
Version Cinéma Durée 103 '
Sortie 02/10/2019 Reprise -
Réalisateur Nicolas Pariser Compositeur
Casting Fabrice Luchini - Anaïs Demoustier - Nora Hamzawi
Synopsis Le maire de Lyon, Paul Théraneau, va mal. Il n’a plus une seule idée. Après trente ans de vie politique, il se sent complètement vide. Pour remédier à ce problème, on décide de lui adjoindre une jeune et brillante philosophe, Alice Heimann. Un dialogue se noue, qui rapproche Alice et le maire et ébranle leurs certitudes.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques