Critique Les Hirondelles de Kaboul (Les Hirondelles de Kaaboul)

Les Hirondelles de Kaboul
Puissante et judicieuse adaptation du livre éponyme, Les Hirondelles de Kaboul trouve un équilibre entre la gravité de son sujet et légèreté de son graphisme. Profitant des traits réels de ses interprètes, le film offre à son casting une belle...

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Pierre LARVOL

Critique du Film d'Animation

Présenté au Festival de Cannes dans le cadre de la sélection Un certain regard, Les Hirondelles de Kaboul est la libre adaptation du livre éponyme de l'auteur Yasmina Khadra. Drame d'animation se déroulant en Afghanistan, le film mélange avec une certaine habilitée la légèreté de son trait graphique avec la dureté de son contexte. Déchirante et révoltante, il s'agit d'une belle réussite pour le duo de réalisatrices Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec, qui signe ici son premier long-métrage.

Kaboul, été 1998. Fatiguée et partiellement détruite, la ville est sous le joug des talibans qui contrôlent d'une main de fer le sort de ses habitants. Parmi les décombres d'un pays soumis à la loi d'une intransigeante Charia, une lueur d'espoir : un amour, celui de deux jeunes afghâns qui veulent changer le monde. Mohsen et Zunaira partagent la volonté de s'émanciper de ce système violent et autoritaire, un événement va cependant bouleverser ce doux rêve.

Les Hirondelles de Kaboul dresse le bouleversant portrait d'un pays où l'application de la Charia est un frein à l'émancipation de ses habitants. Les coups de cravaches pleuvent, mais les larmes ont disparus : ne reste que la soumission à un régime strict où le comportement des hommes comme des femmes sont régis par des règles arbitraires. S'attardant sur deux trajectoires, celle d'un couple amoureux en proie à un mal extérieur qui envenime les rapports et d'un second malheureux d'une maladie qui ronge de l'intérieur ces liens, la douleur est la récurrente de ces destins. Traitant tout particulièrement du sort de la jeunesse et de son lendemain, l'œuvre pose la question du combat à mener pour l'avenir : faut-il rester pour combattre de l'intérieur ou fuir cette violence ? Malgré les difficultés, la nostalgie d'une époque les fait resister. Aimer et résister à une société liberticide, c'est finalement ce qui rapproche ces individus. Quand l'un flanche, comme porté par un courant trop puissant pour lui, l'autre se soulève et retrouve une humanité que l'on imaginait perdue à jamais. Le dénouement est prévisible, mais sa force intacte.

Préférant, à juste titre, suggérer par des images fortes le sort réservé à la femme dans ce régime machiste, le film joue comme espéré de la figure de l'hirondelle pour représenter la femme, enfermée dans une cage et rêvant derrière le tissu de sa burqa d'émancipation. Plus que son contexte, la puissance dramatique du film vient également de la poésie de ses dialogues, de son écriture soignée, mais aussi de sa magnifique réalisation. Suite réussie de tableaux partiellement animés, l'aspect graphique joue de ses lignes sans fins, comme une symbolique d'un pays à l'avenir incertain. A cela s'ajoute une bande son tantôt légère, tantôt massive, toujours en complément du récit. Tout ceci contribue à construire un pont vers l'émotion.

Puissante et judicieuse adaptation du livre éponyme, Les Hirondelles de Kaboul trouve un équilibre entre la gravité de son sujet et la légèreté de son graphisme. Profitant des traits réels de ses interprètes, le film offre à son casting une belle liberté de jeu, l'animation étant visiblement au service de ces derniers. Une œuvre à hauteur d'homme, simple et particulièrement forte, assurément dressée contre un système liberticide. Face à la violence d'un temps, l'éducation et l'ouverture d'esprit comme rempart : des idéaux comme des hirondelles en cage.

Informations

Détails du Film d'Animation Les Hirondelles de Kaboul (Les Hirondelles de Kaaboul)
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film d'Animation Genre Animation
Version Cinéma Durée 80 '
Sortie 04/09/2019 Reprise -
Réalisateur Zabou Breitman - Eléa Gobbé-Mévellec Compositeur
Casting Simon Abkarian - Zita Hanrot - Swann Arlaud
Synopsis Été 1998, Kaboul en ruines est occupée par les talibans. Mohsen et Zunaira sont jeunes, ils s’aiment profondément. En dépit de la violence et de la misère quotidienne, ils veulent croire en l’avenir. Un geste insensé de Mohsen va faire basculer leurs vies.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques