Critique La Femme de mon frère (La femme de mon frère)

La Femme de mon frère
Dans La Femme de mon frère, Monia Chokri accumule les dialogues, les situations loufoques et les références ciblées. Le seul problème, c'est que toutes ces références tombent à plat lorsque leurs procédés sont ici utilisés.

Verdict Note : Maladroit sur de nombreux points. Maladroit sur de nombreux points.

Par David Speranski

Critique du Film

Monia Chokri, actrice révélée par Les Amours imaginaires de Xavier Dolan, a décidé de s'essayer à la réalisation. Son film lui ressemble, comédienne pleine de bagout et de pétulance, même si elle ne va pas, contrairement à certains autres acteurs-réalisateurs, jusqu'à jouer dans son premier film. Elle a délégué cette tâche à son alter ego Anne-Elisabeth Bossé, sorte de mélange incongru entre Bécassine et Rossy De Palma. Malheureusement son film déborde d'influences mal digérées ou utilisées, se référant avant tout à son film-phare, Les Amours imaginaires, mais aussi aux œuvres de Godard, Woody Allen, Almodovar, etc.  En résumant, on pourrait dire que le principal intérêt de La Femme de mon frère réside dans le fait de faire passer Les Amours imaginaires pour un chef-d'oeuvre, et de redonner surtout envie de voir les films de Godard, Woody Allen, Almodovar...

Dans La Femme de mon frère, Monia Chokri accumule les dialogues, les situations loufoques et les références ciblées. Le seul problème, c'est que toutes ces références tombent à plat lorsque leurs procédés sont ici utilisés.

Sophia, jeune diplômée sans emploi, vit chez son frère Karim. Elle va très mal supporter que son frère s'éprenne de sa gynécologue. Ce qui va l'éclairer sur la relation fusionnelle qui l'unit à son frère. 

Dans La Femme de mon frère, Monia Chokri accumule les dialogues, les situations loufoques et les références ciblées. Les dialogues précipités et les rires saccadés viennent de Xavier Dolan ; les faux raccords et les fonds colorés de Godard ; le sens comique de Woody Allen ; et la direction artistique particulièrement soignée, de Pedro Almodovar. Le seul problème, c'est que toutes ces références tombent à plat lorsque leurs procédés sont ici utilisés. Monia Chokri tourne moins pop que Dolan, moins moderne que Godard, de façon moins drôle que Woody Allen et moins élégamment que notre cher Pedro. Un seul exemple suffira, une scène où les deux personnages principaux parlent dans un café où le bruit d'un orchestre-fanfare rend presque inaudible leur dialogue. Alors que ce type de scènes fonctionnent chez Godard, de manière ludique, on n'arrête pas de se demander pour quelle raison Chokri, hormis faire une citation gratuite, a voulu utiliser ce procédé et en quoi il sert ses personnages. Par moments, le film de Chokri ressemble surtout à une caricature d'un film de Dolan, tant sont repris les procédés qui l'ont fait connaître en particulier dans Les Amours imaginaires : des scènes de danse pop, des monologues face caméra, des bandes originales composées de chansons françaises désuètes, etc. 

L'immense problème du film, c'est qu'il n'est pas drôle, en dépit de tous les efforts de la réalisatrice et de l'actrice, ce qui s'avère assez gênant pour une comédie. Quand les plans s'accélèrent et se succèdent au sein d'une scène dialoguée, on déplore une mise en scène clipesque qui ne laisse aucunement ses plans respirer et ses personnages exister. Car on aurait pu trouver le personnage de Sophia assez émouvant en jeune femme décalée qui ne sait pas vivre en harmonie avec les autres. Or le cabotinage incessant d'Anne-Elisabeth Bossé empêche toute possibilité d'empathie avec son personnage. De plus, trop de style(s) nuit au style. 

Pourtant tout n'est pas complètement raté dans ce projet. Quelques séquences émergent malgré tout : la consultation chez la gynéco (excellente Evelyne Brochu, déjà vue dans Orphan Black), la pénultième séquence de fête ainsi que l'utilisation récurrente de la Pavane de Gabriel Fauré, en particulier dans la séquence finale sur le lac. Si elle parvient à accentuer ces quelques scènes, Monia Chokri deviendra peut-être une cinéaste. 

Informations

Détails du Film La Femme de mon frère (La femme de mon frère)
Origine Canada Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie
Version Cinéma Durée 117 '
Sortie 26/06/2019 Reprise -
Réalisateur Monia Chokri Compositeur
Casting Anne-Elisabeth Bossé - Evelyne Brochu - Patrick Hivon
Synopsis Montréal. Sophia, jeune et brillante diplômée sans emploi, vit chez son frère Karim. Leur relation fusionnelle est mise à l’épreuve lorsque Karim, séducteur invétéré, tombe éperdument amoureux d’Eloïse, la gynécologue de Sophia…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques