Critique Raoul Taburin

Raoul Taburin
Film discret et familial au rythme tranquille, Raoul Taburin existe à l'image d'une belle manière. Bien que souffrant de lacunes, l'adaptation de la bande-dessinée de Sempé par le réalisateur Pierre Godeau s'efforce de conserver la singularité de...

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Pierre LARVOL

Critique du Film

De Ghislain Lambert à Raoul Taburin, l'acteur belge Benoît Poelvoorde a finalement incarné dans sa généreuse carrière deux extrêmes facettes du cycliste : de l'ambitieux coureur à celui du dimanche. Adaptation éponyme de la bande-dessinée de Jean-Jacques Sempé, le troisième film du réalisateur Pierre Godeau conserve la tendresse du récit tout en creusant son propre sillon scénaristique et visuel. Une fable déséquilibrée, mais charmante.

Raoul Taburin a un secret : il ne sait pas faire de vélo. Rien de bien grave en soi, sauf que sa vie entière s'est batie sur cet unique mensonge. Dès le plus jeune âge il s'est trouvé faché avec la petite reine, l'équilibre lui faisant défaut. Pour éviter d'accompagner son père facteur ou de rejoindre ses amis, il devait faire preuve d'ingéniosité et trouver des excuses valables. Malgré cette difficulté, une légende s'est construite autour du jeune homme et de son nom : dans son village on appelle en effet un vélo, un Taburin. Un malentendu, une douleur pour l'homme qui est aujourd'hui réparateur de bicyclettes. L'arrivée d'un certain Hervé Figougne, photographe de profession, va cependant peut-être l'amener à dévoiler au grand jour sa vérité. Connu pour son travail auprès du cinéaste Jean-Pierre Jeunet, le scénariste Guillaume Laurant s'est occupé avec Pierre Godeau d'adapter la bande-dessinée de Jean-Jacques Sempé. Une première adaptation pour cette histoire parue initialement en 1995. Etoffé, le récit apporte des traits scénaristiques nécessaires pour faire vivre à l'image Raoul Taburin : ainsi le village voit apparaître des personnages et le réparateur de bicyclette un père. Un univers hors du temps, teinté d'une agréable nostalgie. Ne s'affranchissant jamais du secret et de l'inexorable lien qui existe entre son personnage clé et l'objet de son fardeau, le film fait des bonds dans le temps pour raconter, de la voix de Raoul, l'histoire d'une drôle d'enfance. Et là aussi, l'équilibre est en peine : la première partie consacrée au passé du réparateur manque de consistante. Il reste bien sûr des thèmes forts, celui notamment de l'acceptation de soi ou encore du regard extérieur, mais cela ne suffit pas à rendre plus palpitante cette longue et bavarde première partie. Heureusement la seconde, avec son humour léger, sa douleur souterraine et son irrésistible duo Poelvoorde/Baer, donne un réel regain d'intérêt.

Autre point essentiel d'une adaptation BD à l'image, la photographie évidemment. De ce côté, c'est à Claire Mathon (Comme un avion, Mon Roi) que l'on doit la transposition graphique. Si le dessin est globalement faible en couleurs, le film en revanche mise sur un univers lumineux, baigné dans une ambiance estivale. Le portrait d'une France bucolique, aussi douce que parfaitement désuète, à l'aspect convaincant. Tourné dans le département de la Drôme, le film profite de son emplacement pour jouer de la magie de ses décors, le tout saupoudré d'une poétique fantaisie. Un tableau complété par un beau travail sonore, contribuant à personnifier l'univers (le son des vélos).

Film discret et familial au rythme tranquille, Raoul Taburin existe à l'image d'une belle manière. Bien que souffrant de lacunes, l'adaptation de la bande-dessinée de Sempé par le réalisateur Pierre Godeau s'efforce de conserver la singularité de son univers, léger, humain et mélancolique. Une œuvre certes désuète, mais au charme certain : une douce parenthèse, tendre et fantaisiste. 

Informations

Détails du Film Raoul Taburin
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie
Version Cinéma Durée 90 '
Sortie 17/04/2019 Reprise -
Réalisateur Compositeur
Casting Benoît Poelvoorde - Edouard Baer
Synopsis Raoul Taburin, c’est l’histoire d’un petit garçon devenu grand sans savoir faire du vélo. L’histoire d’un immense malentendu vécu comme une malédiction. Un imposteur malgré lui.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques