Critique Celle que vous croyez

Celle que vous croyez
En traitant ce sujet, Safy Nebbou entre directement dans la chair et le vif du contemporain, l'illusion du virtuel, la peur de l'âge qui guette les femmes en manque de désir et le spectre du mensonge qui envahit et empoisonne tout rapport humain.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par David Speranski

Critique du Film

"L'amour, c'est vivre dans l'imagination de quelqu'un", disait Michelangelo Antonioni. Cette phrase est citée à la page 70 du roman de Camille Laurens Celle que vous croyez, dont le film de Safy Nebbou est l'adaptation éponyme. A l'heure des réseaux sociaux, tout un chacun peut réinventer sa vie et corriger ses manques et ses imperfections. En traitant ce sujet, Safy Nebbou entre directement dans la chair et le vif du contemporain, l'illusion du virtuel, la peur de l'âge qui guette les femmes en manque de désir et le spectre du mensonge qui envahit et empoisonne tout rapport humain.

En traitant ce sujet, Safy Nebbou entre directement dans la chair et le vif du contemporain, l'illusion du virtuel, la peur de l'âge qui guette les femmes en manque de désir et le spectre du mensonge qui envahit et empoisonne tout rapport humain.

Claire, enseignante et agrégée de lettres de cinquante ans, s'est fait abandonner successivement par son mari et Ludo, son amant plus jeune qu'elle. Pour compenser cette profonde blessure narcissique et espionner son ex-amant, elle s'invente un profil Facebook, Clara Antunes, en y mettant une photo de jeune femme faisant la moitié de son âge. Ce faisant, elle tombe amoureuse d'Alex, un ami de Ludo, photographe, qui n'est pas insensible au charme de Clara, la jeune femme de 24 ans, apparaissant sur Facebook. Des relations virtuelles vont commencer entre Claire et Alex, entre échanges sur Messenger, puis par sms, et enfin par téléphone, jusqu'au jour où Alex souhaitera vraiment la rencontrer...

Le roman-gigogne de Camille Laurens était construit telle une énigme pirandellienne à la Rashômon, en quatre parties, où chaque protagoniste (Claire, le psy, le mari, l'écrivain elle-même) prenait à tour de rôle la parole et apportait son éclairage sur la vérité de cette histoire. Le film, sans reproduire exactement cette structure, s'en inspire en centrant l'histoire essentiellement sur deux parties, la réalité tout d'abord où le virtuel phagocyte les rapports humains lorsque Claire se fait passer pour Clara aux yeux d'Alex, puis la fiction où Claire réécrit ce qui aurait pu être leur histoire d'amour. Mais l'écheveau de la réalité est peut-être encore plus compliqué car on ne sait pas si tout ce qui a été raconté a réellement existé…

La narration du roman de Camille Laurens est l'une des grandes qualités dont le film Celle que vous croyez hérite. Par moments, devant un tel sujet et une telle construction narrative, on se retrouve presque devant une sorte de Mulholland Drive inversé. Le réel n'est pas celui que l'on croit. Safy Nebbou a toujours été obsédé par le thème du double et de l'emprunt d'identité, comme dans L'Empreinte de l'ange ou L'Autre Dumas, où les personnages se faisaient déjà passer pour d'autres et volaient des vies pour mieux accomplir la leur. Malheureusement, en dépit de très jolies idées visuelles, Celle que vous croyez s'arrête un peu au milieu du chemin, en respectant scrupuleusement les structures enchâssées du découpage. Il aurait fallu un David Fincher pour donner plus de vie aux échanges virtuels sur Facebook, prédominants dans la première partie. Il manquait un David Lynch pour tout déconstruire afin de mieux reconstruire, dans la deuxième partie. Néanmoins, tel quel, le film s'avère malgré tout plus qu'intéressant, voire même assez troublant, avec des scènes vaudevillesques plutôt drôles et des séquences assez tragiques, l'une héritée du cinéma de Sautet, où à un café, Alex et Claire se retrouvent face à leur propre vérité, et l'autre, inspirée de la fin de L'Histoire d'Adèle H. de François Truffaut, où Alex, de retour de voyage, croise plusieurs fois Claire, sans jamais la reconnaître, en dépit de son regard débordant d'amour. 

Car Celle que vous croyez est surtout un hymne à l'immense talent d'actrice de Juliette Binoche. Tour à tour rieuse puis déprimée, faisant plus que son âge avec son fardeau de cheveux gris et de rides, puis rajeunissant progressivement sous l'impulsion romantique de l'amour, ou inversement, Juliette Binoche affiche tous les états et toutes les apparences de la femme de cinquante ans, pas encore vieille, plus vraiment jeune de corps, toujours pétillante d'esprit. Beaucoup de femmes (voire d'hommes) du même âge se reconnaîtront dans ce portrait non dénué de cruauté ni d'empathie, dressé par une actrice hors du commun. Juliette Binoche est l'une des rares comédiennes françaises à édifier une œuvre d'actrice, film après film, tout comme Catherine Deneuve ou Isabelle Huppert. Celle que vous croyez s'inscrit ainsi dans une sorte de trilogie, où figurerait Elles de Małgorzata Szumowska et Un Beau soleil intérieur de Claire Denis. Dans ces trois films, elle incarne une bourgeoise d'âge mûr qui va redéfinir ses priorités en étant confrontée au monde extérieur, et va partir ailleurs, quelque part, dans une autre dimension de la vie. Quel que soit son âge ou son apparence, on suivrait bien Juliette Binoche jusqu'au bout du monde, tant cette femme-actrice est extraordinaire et exceptionnelle, au détour de chaque plan de ce film. 

Informations

Détails du Film Celle que vous croyez
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 101 '
Sortie 27/02/2019 Reprise -
Réalisateur Safy Nebbou Compositeur Ibrahim Maalouf
Casting Juliette Binoche - François Civil - Nicole Garcia
Synopsis Pour épier son amant Ludo, Claire Millaud, 50 ans, crée un faux profil sur les réseaux sociaux et devient Clara une magnifique jeune femme de 24 ans. Alex, l’ami de Ludo, est immédiatement séduit. Claire, prisonnière de son avatar, tombe éperdument amoureuse de lui. Si tout se joue dans le virtuel, les sentiments sont bien réels. Une histoire vertigineuse où réalité et mensonge se confondent.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques