Critique Les étendues imaginaires (A land imagined)

Les étendues imaginaires
Un film poético-onirique sur fond de réalité sociale qui entraînera à n'en pas douter son spectateur sur la piste de territoires mentaux au charme envoûtant.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Sébastien LAMOTHE

Critique du Film

Deuxième long-métrage du réalisateur singapourien Siew Hua Yeo, Les Étendues imaginaires se présente comme un film poético-onirique qui s'inscrit dans un cadre réaliste à dimension sociale. L'inspecteur Lok enquête sur la disparition de l'ouvrier chinois d'un chantier naval, un certain Wang, évanoui sans laisser de trace. Mais tandis qu'il se met à interroger ses compagnons de chambrée, le fonctionnement étrange de la société de réaménagement du littoral pour laquelle il travaille attire son attention.

Les Etendues Imaginaires - Image 1Le film se divise en trois parties. Les première et dernière partie, consacrées à l'enquête, encadrent la partie centrale réservée au parcours de Wang, de son accident de travail qui l'oblige à changer de poste pour conduire la camionnette qui transporte les ouvriers à sa disparition énigmatique. Cheminement qui est celui du passage à une réalité parallèle elle-même étroitement reliée à la dimension onirique du film. Lok est insomniaque – que l'on voit prendre des somnifères –  tout comme Wang lui-même, indisposé par la chaleur étouffante du dortoir, qui délaisse son galetas pour se rendre au cybercafé de l'autre côté de la rue où il se lie d'amitié avec son employée, la séduisante Mindy au charme provocant. C'est ainsi que le monde de la réalité virtuelle instille insidieusement son "poison" à travers les veines du spectateur comme des personnages du film, soutenu par une musique aux accents étranges. Mondes parallèles qui tendent progressivement à se rejoindre à l'instar d'un film de David Lynch tant la porosité entre réalité et fantasme se manifeste au travers de l'intrigue comme de la mise en scène. Wang confie à Mindy que le sable de la plage sur laquelle ils se trouvent est en provenance de différents pays d'Asie, suggérant ainsi qu'il est possible de voyager sans se déplacer, immobile et figé dans l'espace. Le mouvement est interne, à l'image des émotions qui agitent l'âme de Wang lorsqu'il se mêle au groupe de danseurs bangladais compatriotes de son ami Ajit. Danse vécue comme une transe et un rite de passage vers une autre dimension – accès au monde des rêves et des dieux.

Telle une danse virevoltante justement l'intrigue se développe selon une progression spiralée qui emporte et envoute le spectateur avec elle puisque la dernière partie du film ne se contente pas de revenir à son point de départ mais inclut les éléments apportés par l'errance physique et mentale de Wang. Au même titre que l'inspecteur Lok qui rêvait enfant de paysages inconnus traversés ensuite par lui à l'âge adulte, Wang voit en rêve l'inspecteur Lok qu'il ne connaît pas partir à sa recherche tandis que l'image reste neutre et ne nous montre rien laissant à la voix off le soin d'entretenir une ambiguïté propice au fantastique dans lequel baigne le film. C'est ainsi à un état de transe quasi chamanique que les personnages, et le spectateur avec eux, se laissent aller, l'inspecteur Lok donnant plutôt l'impression de se livrer à une errance libre de toute attache que d'enquêter à la manière rationnelle d'un détective professionnel. Et le gamer avec lequel Wang était en contact avant sa disparition apparaît plus comme une voix désincarnée – ou incarnée par un personnage quelconque – disparaissant des radars du cadre comme il ne fait qu'en franchir furtivement les limites – plutôt que comme un personnage clé de l'intrigue.

Telle une danse virevoltante justement l'intrigue se développe selon une progression spiralée qui emporte et envoute le spectateur avec elle

Les Etendues Imaginaires - Image 2

Cette dernière laisse libre cours à l'imagination du spectateur comme elle traduit les fantasmes des personnages à tel point que nous ne savons plus si ce que nous voyons est la réalité ou bien le fruit de l'imagination – qui se manifesterait en caméra subjective – de Wang ou de l'inspecteur Lok, si ce n'est du réalisateur lui-même. Le monde du chantier naval avec son fonctionnement trouble fait de faux semblants lui-même se prête à ce jeu de dupes. Fausse piste ou vrai complot ourdi contre Ajit dont Wang retrouve le passeport tandis que son ami est censé avoir quitté le port? Tant il est vrai que les ouvriers sont soumis à un régime autoritaire draconien – leur passeport confisqué et mis sous clé, leur salaire réduit de moitié en cas d'accident sans autre forme de procès. Wang trouve-t-il là un moyen de fuir la dureté de ses conditions de travail en usant de ses facultés imaginatives ou est-il pris dans le tourbillon d'un rêve qui ne lui appartient pas. L'ancien port de pêche –  recouvert par les gravats du port en pleine expansion –  disparu comme un paysage dont plus personne bientôt ne se souviendra, représente lui-même un no man's land propice à la disparition/apparition d'un monde qui n'existe plus que dans l'imagination du souvenir de l'homme et/ou que comme la projection fictionnelle d'un autre qui n'existerait pas encore. Les personnages semblent dépossédés d'eux-mêmes tant leur identité brouillée semble interchangeable comme l'est celle des deux hommes: Wang comme Lok sont insomniaques, ils sympathisent et se laissent séduire tous deux par Mindy, se laissent entraîner par la danse et anticipent dans leurs rêves ce qui va arriver.

Le film nous laisse libre précisément d'imaginer et de reconstruire à notre guise la réalité à moins que nous préférions nous laisser entraîner par le flux de son rythme nonchalant, nous laissant inonder par le trouble de sa circularité enivrante. Un film fascinant comme un rêve qui perdure longtemps après son générique de fin. Et un talent prometteur que nous attendons impatiemment de revoir à l'œuvre en la personne de son réalisateur.

Informations

Détails du Film Les étendues imaginaires (A land imagined)
Origine Singapour Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Thriller - Drame - Policier
Version Cinéma Durée 95 '
Sortie 06/03/2019 Reprise -
Réalisateur Siew Hua Yeo Compositeur Wei Yong Teo
Casting Peter Yu - Xiaoyi Liu - Yue Guo - Jack Tan - Ishtiaque Zico
Synopsis Dans un chantier d’aménagement du littoral, l’inspecteur de police Lok enquête sur la disparition d’un ouvrier chinois, Wang. Toutes les pistes semblent le ramener dans un mystérieux cybercafé nocturne tenu par la séduisante Mindy.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques