Critique Edmond

Edmond
Il aurait fallu à Alexis Michalik une véritable interrogation sur les raisons profondes de son désir de raconter cette histoire et les différentes interactions entre le théâtre et le cinéma, pour faire d'Edmond un film marquant, plutôt qu'un divertissement...

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par David Speranski

Critique du Film

Adapté par Alexis Michalik de sa propre pièce, Edmond, succès théâtral incontestable, ce film s'inscrit dans les productions de prestige dans lesquelles la Gaumont s'est spécialisée : précédemment Marguerite de Xavier Giannoli ou Au revoir là-haut de Dupontel, aujourd'hui Edmond. L'ironie du sort veut que Alexis Michalik ait d'abord considéré ce projet comme un film, avant de se tourner vers le théâtre, faute de financements. Etant donné le succès de la pièce, l'adaptation cinématographique allait donc désormais de soi. Mais allait-elle autant de soi que cela?

Il aurait fallu à Alexis Michalik une véritable interrogation sur les raisons profondes de son désir de raconter cette histoire et les différentes interactions entre le théâtre et le cinéma, pour faire d'Edmond un film marquant, plutôt qu'un divertissement sans conséquence.

En résumé, Edmond ne raconte pas la vie entière d'Edmond Rostand mais uniquement la création de Cyrano de Bergerac. Sans dévoiler outre mesure le principe de l'histoire, Rostand va s'inspirer de sa vie et de ce qui l'entoure pour créer le personnage et lui insuffler l'existence. On ne peut nier une certaine virtuosité technique à Alexis Michalik. Les mouvements de caméra sont somptueusement fluides et nous embarquent assez facilement dans l'aventure de cette pièce de théâtre. Les acteurs, Olivier Gourmet et Mathilde Seigner, sont souvent encouragés à cabotiner, ce qui ne s'avère pas forcément désagréable ni totalement déplacé dans le contexte. Les acteurs de théâtre de jadis jouaient de manière très (trop?) expressive. Les débutants, quant à eux, (Thomas Solivérés) passent avec un relatif succès l'épreuve du feu du cinéma. Le reste de la distribution est à l'avenant, ainsi que la brillante direction artistique émergeant entre mouvements de caméra virevoltants et costumes garantis d'époque. D'où vient pourtant ce léger sentiment d'insatisfaction qui provient tel un arrière-goût sur le palais?

Car si le film s'avère un honnête divertissement, (on rit assez, souvent aux mêmes endroits qu'à la pièce de théâtre), le bât blesse lorsqu'on se demande pourquoi cette histoire est en fait racontée. C'est là qu'on s'aperçoit qu'Edmond, très belle mécanique de mise en scène, tourne un peu à vide, sans cœur profond dans l'histoire, et qu'il n'en reste malheureusement peu de choses, une fois le film visionné. Alors que les rapports entre fiction et réalité auraient pu s'avérer passionnants, auteur et personnage, (Coups de feu à Broadway de Woody Allen en est un exemple brillant), ceux-ci sont quelque peu délaissés et pas assez mis en valeur. Jacques Rivette disait que le principal sujet du cinéma était le théâtre, ce qu'il a montré dans bon nombre de ses films. Il aurait fallu à Alexis Michalik une véritable interrogation sur les raisons profondes de son désir de raconter cette histoire et les différentes interactions entre le théâtre et le cinéma, pour faire d'Edmond un film marquant, plutôt qu'un divertissement sans conséquence.  Néanmoins, pour un premier film, la tentative est plutôt réussie, on attend avec intérêt la suite.    

Informations

Détails du Film Edmond
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie Dramatique
Version Cinéma Durée 110 '
Sortie 09/01/2019 Reprise -
Réalisateur Alexis Michalik Compositeur
Casting Olivier Gourmet - Mathilde Seigner
Synopsis Décembre 1897, Paris. Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Il n’a rien écrit depuis deux ans. En désespoir de cause, il propose au grand Constant Coquelin une pièce nouvelle, une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de cœur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit. Pour l’instant, il n’a que le titre : « Cyrano de Bergerac ».

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques