Critique Sur le chemin de la rédemption (First reformed)

Sur le chemin de la rédemption
Porté par une rumeur insistante, Sur le chemin de la rédemption a fini par récolter une moisson de prix, essentiellement pour l'interprétation d'Ethan Hawke et le scénario de Paul Schrader, se retrouvant progressivement dans les Tops 2018 des personnes...

Verdict Note : Exceptionnel ! Exceptionnel !

Par David Speranski

Critique du Film

Avouons-le, on n'attendait plus grand'chose de Paul Schrader. D'une carrière passée dans l'ombre des plus grands metteurs en scène américains (il a été le scénariste de Scorsese pour quatre de ses films les plus importants, Taxi Driver, Raging Bull, La Dernière Tentation du Christ et A Tombeau ouvert, celui de De Palma pour Obsession et celui non crédité de Spielberg pour Rencontres du Troisième Type), on retiendra surtout des films inégaux dont Hardcore, American Gigolo, La Féline, Mishima, Light Sleeper, Afflliction, qui faisaient la part belle à des obsessions charnelles et une spiritualité tourmentée, thématiques-phares de cet auteur. Or, depuis Affliction, polar neigeux adapté d'une roman de Russel Banks, donc une vingtaine d'années, Paul Schrader s'était plus ou moins fait oublier, en dépit de quelques films intéressants (Autofocus, The Canyons), où transparaissait sa fascination pour le sexe et surnageait une Lindsay Lohan étrangement fêlée pour son âge. 

Porté par une rumeur insistante, Sur le chemin de la rédemption a fini par récolter une moisson de prix, essentiellement pour l'interprétation d'Ethan Hawke et le scénario de Paul Schrader, se retrouvant progressivement dans les Tops 2018 des personnes de goût.

Invité surprise des tops de fin d'année, Sur le chemin de la rédemption consacre le grand retour de Paul Schrader. Présenté en catimini à la Mostra de Venise, il n'avait pourtant pas fait de bruit depuis, en sortant aux Etats-Unis en mai 2018 et en France le 25 septembre, de manière inexplicable et incompréhensible en DTV. Pourtant, porté par une rumeur insistante, il a fini par récolter une moisson de prix, essentiellement pour l'interprétation d'Ethan Hawke et le scénario de Paul Schrader, se retrouvant progressivement dans les Tops 2018 des personnes de goût. Soulignons aussi la jolie prestation d'Amanda Seyfried en épouse enceinte (elle l'était réellement sur le tournage), qui, après Twin Peaks the Return, semble vouloir jouer avec bonheur dans des films d'auteur. 

Avec Sur le chemin de la rédemption (First reformed, d'après le nom de la première Eglise réformée protestante), Paul Schrader nous convie à partager quelques semaines de la vie d'un pasteur de cette Eglise, Ernst Toller, définitivement meurtri par la mort de son fils en Irak. Sa femme l'a quitté et il tente de rassembler les morceaux épars de son existence brisée, en tenant quotidiennement un journal. Une rencontre avec un militant écologiste dépressif va bouleverser sa vie...

En réalisant Sur le chemin de la rédemption, Paul Schrader trouve enfin le sujet derrière lequel il a peut-être couru toute sa vie. On a rarement ainsi eu l'impression de voir un auteur synthétiser en un film ses thématiques et obsessions, en livrant un de ses meilleurs films, sinon son meilleur film. On y trouve un prêtre en recherche existentielle, souffrant de maux d'estomac et tenant un journal, comme dans Le Journal d'un Curé de campagne de Bresson, d'après Bernanos, ayant inspiré avec les Notes du souterrain de Dostoïevski, Taxi Driver de Scorsese. Des échos des Communiants de Bergman nous parviennent également, à travers cette représentation d'une assistance clairsemée et désolée lors des offices religieux. Un travelling circulaire final évoquera tout autant Obsession de De Palma que Vertigo d'Hitchcock. On  retrouve surtout dans ce film cette incertitude des personnages schraderiens qui ne savent pas exactement où ils vont, oscillant entre Charybde et Scylla, hésitant entre besoin d'amour et tentation de la violence. Du côté stylistique, Schrader a recherché l'épure et le dépouillement, ce que certains prendront pour de l'austérité ou pire, de la platitude. En fait, il ne fait qu'appliquer enfin ce qu'il a toujours préconisé dans son livre Transcendental style in film : Ozu, Bresson, Dreyer, trouvant la force d'éviter la facilité commerciale et de maintenir l'intégrité de son projet. 

Mais ces références ou autocitations ne seraient pas opérantes si elles ne s'inscrivaient pas dans un contexte porteur. Or Sur le chemin de la rédemption évoque le monde de folie et de désespoir dans lequel nous vivons : une planète peut-être déjà condamnée, l'extinction de la vie privée, le basculement dans le terrorisme, l'invasion de la pornographie, etc. Seul le thème du féminisme n'est pas réellement abordé mais Sur le chemin de la rédemption est sans doute l'un des rares films de 2018 à nous parler de notre actualité quotidienne avec pertinence et intensité. Face à ce monde en ébullition et en perdition, le pasteur interprété par Ethan Hawke (dans son plus beau rôle), ne trouve pas réellement de solution et ne peut que répéter, pour s'en convaincre lui-même : "la sagesse abrite deux vérités contradictoires, dans notre esprit, simultanément. L'espoir et le désespoir. Une vie sans désespoir est aussi sans espoir. " Paul Schrader a visé l'essentiel et l'atteint ici. 

Informations

Détails du Film Sur le chemin de la rédemption (First reformed)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Direct To Video Durée 113 '
Sortie 25/09/2018 Reprise -
Réalisateur Paul Schrader Compositeur
Casting Ethan Hawke - Amanda Seyfried
Synopsis Ernst Toller, un ancien aumônier militaire dont la vie est bouleversée par la mort de son fils, va se retrouver confronté aux nombreux secrets de son église, complice d'affaires louches avec des multinationales peu éthiques.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques