Critique L'Enfance d'un maître

L'Enfance d'un maître
L’Enfance d’un maître convainc surtout par son témoignage : celui d’un jeune maître tibétain, retraçant le fil de son existence. Une vie partagée entre la responsabilité d’un titre et la recherche de sa propre personnalité.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Pierre LARVOL

Critique du Film

Documentaire unique, L’Enfance d’un maître de Bruno Vienne et Jeanne Mascolo de Filippis est une véritable plongée dans le parcours atypique d’un maître tibétain en devenir : de son plus jeune âge à aujourd’hui. Un tournage égrené dans le temps, où durant près de 25 ans les deux réalisateurs ont pu assister aux grands moments de la jeunesse de celui que l’on nomme Kalou Rinpoché. Un témoignage actuel, à l’heure des réseaux sociaux et de la technologie, qui permet de découvrir le portrait d’un jeune maître à la croisée des temps, entre tradition et modernité.

Né en 1990 à Darjeeling sous le nom de Ratak Phuntsok, Kalou Rimpoché est ce que l’on appelle un « Tulkou », la réincarnation d’un maître tibétain. Une nouvelle incarnation reconnue par le dalaï-lama. La continuité de la conscience est une composante essentielle du bouddhisme tibétain. Le jeune maître, avant même d’en avoir justement conscience, se voit donc attribuer la responsabilité de perpétuer un enseignement et de venir en aide aux autres. Snafu Wowkonowicz, disciple du précédent Kalou Rinpoché, s’est rapproché des parents du jeune maître pour capter, dès l’âge de 18 mois, la vie de l’enfant. C’est ainsi que Jeanne Mascolo de Filippis et Bruno Viennes, réalisateurs de documentaires, ont pu débuter ce tournage, qui s’échelonnera sur 25 ans : un travail de long terme, fait de coupures et d’aléas, pour donner à voir la transmission d’un savoir et d’un idéal bouddhiste. Parsemé de témoignages de proches de Kalou Rimpoché, le film surprend avant tout par les paroles du principal concerné : celle d’un enfant aujourd’hui adulte, au regard profondément critique sur son parcours. L’incompréhension des débuts, la lourdeur des usages, le poids des responsabilités, c’est ce qu’il a finalement porté durant sa jeunesse. Un destin imposé, celui d’être différent.

Une vie marquée par les décès, celui d’abord de son père et ensuite de son mentor, Bokar Rinpoché. En 2005, alors adolescent, Kalou part en « retraite », une méditation plus ou moins recluse de trois ans. C’est aussi cet aspect qui surprend dans le documentaire, l’étrange équilibre qu’arrive à trouver le jeune maître entre la spiritualité, les traditions et la modernité de son temps : on le découvrir ainsi autant dans sa posture de maître spirituel, que citoyen, avec sa personnalité et ses passions. Une représentation atypique, qui ouvre la perception de ce que peut être un maître tibétain aujourd’hui. Ce n’est, par exemple, pas tous les jours que l’on peut voir un maître spirituel jouer au jeu Call of Duty, tout en s’amusant avec philosophie de la réincarnation de son personnage vidéoludique.

Projet ambitieux, L’Enfance d’un maître convainc surtout par son témoignage : celui d’un jeune maître tibétain, retraçant le fil de son existence. Une vie partagée entre la responsabilité d’un titre et la recherche de sa propre personnalité. Plus que le portrait de Kalou Rinpoché, c’est également la découverte de la philosophie bouddhiste, portée sur la connaissance de soi. Si on regrette une durée un peu courte, évacuant certains points, et une réalisation à la fois classique et datée, cela n’enlève heureusement pas l’intérêt que l’on peut porter à cet intéressant documentaire.

Informations

Détails du Film L'Enfance d'un maître
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Tranche de Vie
Version Cinéma Durée 77 '
Sortie 21/11/2018 Reprise -
Réalisateur Compositeur
Casting
Synopsis Ce film documentaire raconte l’extraordinaire destin d’un jeune maître tibétain d’aujourd’hui Kalou Rinpoché. Né en 1990 à Darjeeling en Inde, il est ce qu’on appelle un Tulkou, la jeune réincarnation reconnue par le Dalaï-lama d‘un grand maître tibétain décédé en 1989, et dont il porte désormais le nom. Filmé dès l’âge de ses 18 mois, voici le parcours inédit d’un futur maître spirituel, un témoignage des 25 premières années de sa vie, avec ses questions, ses doutes et son cheminement, entre tradition et modernité.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques