Critique Le Grand Bain

Le Grand Bain
Le Grand Bain demeure un feel-good movie qui remplit bien son office, ce qu'on était loin d'attendre d'un Gilles Lellouche qui peut donc envisager une nouvelle carrière, peut-être au moins aussi intéressante que celle d'acteur.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par David Speranski

Critique du Film

La rumeur a commencé au Festival de Cannes 2018 lorsque certains critiques s'étaient risqué à aller aux projections du Grand Bain de Gilles Lellouche et en étaient revenus plutôt joyeux et rassérénés en proclamant "c'est bien mieux que ce que l'on aurait cru, bien mieux que le film de Wenders sur le Pape François". La comparaison est certes injuste, -il est difficile de comparer fiction et documentaire -, soi-disant justifiée par la programmation des deux films le même jour, mais suffisamment éloquente pour piquer notre curiosité et notre intérêt. Gilles Lellouche était connu jusque-là pour être un comédien sympathique, légèrement sous-exploité mais guère transcendant ; sa dernière prestation assez insignifiante dans L'Amour est une fête de Cédric Anger en apporte une nouvelle preuve. Ses états de service en tant que metteur en scène faisaient craindre le pire. Il a en effet co-dirigé avec Jean Dujardin Les Infidèles, film à sketches inégal et franchouillard sur les maris trompeurs et les femmes trompées. Comment pouvait-il réussir un bon film avec Le Grand Bain et sa distribution remplie à ras bord de vedettes tous terrains, mélangeant allégrement le film d'auteur (Mathieu Amalric), le comique (Poelvoorde) et le film justement populaire, voire franchouillard (Les Petits mouchoirs signé Guillaume Canet)? Comment pouvait-il s'en sortir?

Le Grand Bain demeure un feel-good movie qui remplit bien son office, ce qu'on était loin d'attendre d'un Gilles Lellouche qui peut donc envisager une nouvelle carrière, peut-être au moins aussi intéressante que celle d'acteur.

C'est pourtant le cas. Contre toute attente, Le Grand Bain est, avouons-le, une comédie réussie  car elle prend pour prétexte  narratif le quotidien morne et médiocre de sept quadra-quinquagénaires un peu perdus et dépassés par l'existence. Comme Chaplin ou Lubitsch nous l'ont appris, le ressort d'une très bonne comédie tient parfois dans le quotidien poisseux et sombre où elle prend naissance. Pour paraphraser Schopenhauer, la vie est une tragédie en plan large alors qu'elle devient une comédie en gros plan, figure de style que Lellouche ne se prive pas d'utiliser. A la manière des sept nains, nous faisons ainsi la connaissance du chômeur dépressif (Amalric), du directeur grognon (Canet), du gardien loufoque (Philippe Katerine), etc. Ils vont se donner un objectif : participer et si possible, gagner le championnat du monde de natation synchronisée masculine.  Peu importe qu'ils remportent ou non le triomphe, du moment où ils se réconcilient avec eux-mêmes, les autres et la vie. Dès lors, il est impossible de ne pas penser à The Full Monty mais ce qui s'avère surprenant, c'est que la comparaison n'apparaît pas en défaveur du film de Gilles Lellouche.

En fait, Lellouche parvient à doser parfaitement ses effets, grâce à un casting hors pair (mentions spéciales à Benoît Poelvoorde et surtout Philippe Katerine qui feront pleurer de rire bien des spectateurs). Scénaristiquement, le film ressemble à une Bible inversée, puisque l'équipe sera d'abord prise en charge par une monitrice cultivée et conciliante, digne du Nouveau Testament (Virginie Efira) puis par une autre, nettement plus tranchante et impitoyable, tel le Dieu de l'Ancien Testament (Leila Bekhti qui trouve peut-être ici son meilleur rôle). En revanche, ce qui empêche un peu le film d'accéder au niveau des meilleures comédies, c'est malheureusement un manque d'inventivité dans la mise en scène qui se contente assez souvent de gros plans trop télévisuels, calculés pour un passage en première partie de soirée, après un début pourtant prometteur dans le style de Jean-Pierre Jeunet. Par conséquent, précisons que Le Grand Bain n'est pas un chef-d'oeuvre, - il n'atteint pas par exemple le degré de folie et d'inventivité d'En Liberté ! -, mais il demeure un feel-good movie qui remplit bien son office, ce qu'on était loin d'attendre d'un Gilles Lellouche qui peut donc envisager une nouvelle carrière, peut-être au moins aussi intéressante que celle d'acteur. 

Informations

Détails du Film Le Grand Bain
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie
Version Cinéma Durée 122 '
Sortie 24/10/2018 Reprise -
Réalisateur Gilles Lellouche Compositeur Jon Brion
Casting Leila Bekhti - Marina Foïs - Mathieu Amalric - Benoît Poelvoorde - Guillaume Canet - Virginie Efira - Philippe Katerine
Synopsis C’est dans les couloirs de leur piscine municipale que Bertrand, Marcus, Simon, Laurent, Thierry et les autres s’entraînent sous l’autorité toute relative de Delphine, ancienne gloire des bassins. Ensemble, ils se sentent libres et utiles. Ils vont mettre toute leur énergie dans une discipline jusque-là propriété de la gent féminine : la natation synchronisée. Alors, oui c’est une idée plutôt bizarre, mais ce défi leur permettra de trouver un sens à leur vie...

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques