Critique Leave no trace

Leave no trace
Dans une mise en scène épurée, en sons naturels, presque sans musique, Debra Granik laisse ses plans respirer au rythme de ses personnages et signe un très beau film sur la compassion et la volonté de s'intégrer.

Verdict Note : Exceptionnel ! Exceptionnel !

Par David Speranski

Critique du Film

C'était l'un de nos films préférés à Cannes cette année. Leave no trace n'a obtenu aucun prix car il n'était pas en compétition en Sélection Officielle mais reste un très beau film qui illuminera ses spectateurs à sa sortie. Avec ce film, Debra Granik prouve que Winter's bone n'était pas un simple coup de chance. Elle en reprend quelques caractéristiques (une jeune fille devant se débrouiller dans un milieu forestier) mais l'enrichit notablement par un admirable lien filial tissé entre un père et une fille et le point de vue très rousseauiste sur le rapport entre nature et civilisation.   

Dans une mise en scène épurée, en sons naturels, presque sans musique, Debra Granik laisse ses plans respirer au rythme de ses personnages et signe un très beau film sur la compassion et la volonté de s'intégrer.

Un ancien soldat, Will et sa fille Tom, 15 ans, habitent clandestinement dans la forêt qui borde Portland, Oregon. Expulsés de leur cachette, ils doivent se réhabituer à une vie ordinaire, faite de travail et de rapports sociaux. Victime de traumas profonds, Will a du mal à s'acclimater tandis que sa fille se fait bien davantage à cette nouvelle vie...

On ne saura rien de leur passé, seulement que Will a été soldat et ne s'en est sans doute pas remis. En revanche, jamais le nom de la mère de Tom ne sera prononcé ni même lointainement évoqué. Leave no trace se vit donc complètement au présent. Le film est complètement immergé dans le présent. On pourrait qualifier cela de tranches de vie, si cela ne dénaturait pas par une appellation triviale la beauté des moments vécus dans la nature par le père et la fille, dans une communion fusionnelle. 

Derrière un sujet assez proche de Captain Fantastic, en plus grave et nettement moins satirique, le véritable thème de Leave no trace est en fait comment s'entendre avec l'autre, comment établir un lien et ne pas s'isoler. Dans une très belle scène, Tom montre à son père comment elle a réussi à se familiariser avec une nuée d'abeilles a priori dangereuses et conclut " pas de quoi s'effrayer". Dans le rôle de Tom, la très jeune Tomasin Harcourt McKenzie se révèle totalement comme une actrice très prometteuse, à qui on souhaite un destin similaire à celui de Jennifer Lawrence, tandis que Ben Foster, fragile et tourmenté, confirme toutes ses capacités d'émotion. 

Dans une mise en scène épurée, en sons naturels, presque sans musique, Debra Granik laisse ses plans respirer au rythme de ses personnages et signe un très beau film sur la compassion et la volonté de s'intégrer. 

Informations

Détails du Film Leave no trace
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 108 '
Sortie 19/09/2018 Reprise -
Réalisateur Debra Granik Compositeur Dickon Hinchliffe
Casting Ben Foster - Thomasin Harcourt McKenzie
Synopsis Tom a 15 ans. Elle habite clandestinement avec son père dans la forêt qui borde Portland, Oregon. Limitant au maximum leurs contacts avec le monde moderne, ils forment une famille atypique et fusionnelle. Expulsés soudainement de leur refuge, les deux solitaires se voient offrir un toit, une scolarité et un travail. Alors que son père éprouve des difficultés à s'adapter, Tom découvre avec curiosité cette nouvelle vie. Le temps est-il venu pour elle de choisir entre l’amour filial et ce monde qui l'appelle ?

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques