Critique Ayka

Ayka
10 ans apres son Prix Un certain regard au festival de Cannes, le russe revient avec un nouveau drame social.

Verdict Note : Moyen. Moyen.

Par Anne-soizic BOUENARD

Critique du Film

Ayka est l'un des films coup de poing de la compétition du festival de Cannes : Serguei Dvortsevoy nous fait suivre une refugiée kirghize dans une lutte acharnée pour sa survie.

Dès la scène d'ouverture, le ton du film est donné : Ayka s’enfuit de l’hôpital où elle vient d’accoucher en y laissant son bébé, pour reprendre le travail pour lequel elle attend d’être payée afin de régler sa dette aux mafieux qui, on l’apprendra plus tard, l’ont aidée à acheter une machine à coudre chez elle.

Alors que le moment de vie qui nous est montré semble être sans temporalité, c’est que les motifs de déception se succèdent, éloignant indéfiniment Ayka de la résolution de son problème.

Et si ce moment de vie d’Ayka semble sans fin, le réalisateur parsème pour autant son film d’éléments biographiques qui permettent petit à petit de faire connaissance avec Ayka et ainsi d’avoir une grande empathie envers la jeune femme que nous voyons se débattre avec son histoire.

Si les circonstances sont les mêmes, c’est Ayka et la perception de son environnement qui changent.

Pour la mise en scène de ce drame, le réalisateur de « Tulpan » utilise toutes les techniques possibles pour nous immerger dans le quotidien oppressant dans lequel la jeune femme est empêtrée : lumière sombre, longs plans-séquences qui ne se détachent pas d’elle et qui détaillent avec minutie la misère et l’animalité de sa condition (espace de vie, de travail, de cachette minimaliste, conditions sanitaires déplorables, …), plans serrés à des moments douloureux et plein d’émotions...

Mais alors que la scène finale nous permet de sortir dans un Moscou glacé qui ne nous enferme pas encore une fois avec Ayka, plutôt que d’être un dénouement à une histoire qui témoigne probablement de celles de tant d’autres aux prises de divers réseaux profitant de leur faiblesse, elle nous suggère deux choses. D’abord que si Ayka lutte, c’est qu’elle est en vie ; et à la fois que la vie est un combat pour beaucoup. Ensuite, la fin place Ayka dans un réconciliation avec son fils qu’elle a abandonné cinq jours plus tôt : une manière naturelle de se retrouver enfin, elle ?

Un film-choc dont l’interprète Samal Yeslyamova est sublimée.

Informations

Détails du Film Ayka
Origine Russie Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 100 '
Sortie Prochainement Reprise -
Réalisateur Sergey Dvortsevoy Compositeur
Casting
Synopsis Ayka vient d'accoucher. Elle ne peut pas se permettre d'avoir un enfant. Elle n'a pas de travail, trop de dettes à rembourser, même pas une chambre à elle. Mais c'est compter sans la nature, qui reprendra ses droits.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques