Critique Blackkklansman

Blackkklansman
En trouvant un adversaire et parce que l'heure est grave, Spike Lee retrouve tout son talent d'artiste et touche infiniment juste. De son côté, du point de vue artistique, il ne pouvait pas y avoir de meilleure nouvelle.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par David Speranski

Critique du Film

Spike Lee revient du passé. On n'avait plus entendu parler de lui depuis environ douze ans (Inside Man, 2006) et il faut remonter à encore plus loin pour ses derniers films vraiment marquants (Summer of Sam, en 1999, soit le siècle dernier) et surtout le très beau La Vingt-Cinquième heure avec Edward Norton, où il était le premier à filmer l'Amérique déboussolée après l'attaque des Twin Towers. La sélection officielle à Cannes cette année représente une véritable surprise qui ne pouvait que se confirmer que par une authentique réussite artistique. Spike Lee signe en effet son meilleur film depuis La Vingt-cinquième heure, une totale réussite jouissive, de par la virtuosité de sa mise en scène exempte de temps mort et d'une direction d'acteurs absolument parfaite. Mais pourquoi est-il donc revenu à un tel niveau?

En trouvant un adversaire et parce que l'heure est grave, Spike Lee retrouve tout son talent d'artiste et touche infiniment juste. De son côté, du point de vue artistique, il ne pouvait pas y avoir de meilleure nouvelle.

Blackkklansman est tiré d'une histoire vraie (et plus que vraie, man, comme il est savoureusement précisé au générique) : au début des années 70, à l'époque des mouvements civiques, Ron Stallworth devient le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department et va tenter de faire bouger les lignes, en infiltrant le Ku Klux Klan, organisation blanche raciste et antisémite. 

Le film commence par une séquence d'Autant en emporte le vent, suivie d'une diatribe du Docteur Beauregard (Alec Baldwin) s'en prenant violemment aux Noirs et aux comploteurs juifs. Ce qui est particulièrement intéressant dans Blackkklansman, c'est le jeu avec les divers niveaux de discours. Ron Stallworth bluffe ses interlocuteurs du Ku Klux Klan au téléphone en tenant un discours raciste dont il ne croit pas un mot. Idem pour son double et collègue flic, Filip Zimmerman, qui l'incarne de visu face aux mêmes interlocuteurs et doit lancer des saillies anti-noirs et juifs alors qu'il est lui-même juif. Blackkklansman représente donc l'un des meilleurs exemples de film dont le point de vue du metteur en scène ne se confond absolument pas avec le discours qui est majoritairement tenu par les personnages. 

Ces quiproquos incessants donnent ainsi lieu à des scènes absolument hilarantes de pure comédie où Spike Lee fait la démonstration d'un sens du tempo sans faille. Les géniaux John David Washington et Adam Driver font des étincelles à chaque réplique mais toute la distribution mériterait d'être citée. On retrouve chez Spike Lee, le sens exceptionnel de filmage des dialogues, le sens de la tchatche, équivalent à celui d'un Scorsese. 

Mais pourquoi un tel réveil artistique d'un cinéaste dont on n'attendait plus grand'chose qui nous livre ainsi un film drôle, excitant, stimulant? Car Spike Lee ne fonctionne jamais mieux qu'en face d'un antagoniste. Or cet adversaire, il l'a enfin (re)trouvé, il se nomme Donald Trump. Le scénario est rédigé comme une charge anti-Trump et résonne ainsi d'une actualité brûlante (les membres du Ku Klux Klan parlaient déjà de "America First" et de rendre sa grandeur à l'Amérique). Dans l'épilogue de son film, Spike Lee va même jusqu'à utiliser de vraies images d'archives des événements de Charlottesville mettant en cause des militants d'extrême-droite, et de déclarations ignominieuses de Donald Trump. En trouvant un adversaire et parce que l'heure est grave, Spike Lee retrouve tout son talent d'artiste et touche infiniment juste. De son côté, du point de vue artistique, il ne pouvait pas y avoir de meilleure nouvelle. 

Informations

Détails du Film Blackkklansman
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie - Policier - Biopic
Version Cinéma Durée 128 '
Sortie 22/08/2018 Reprise -
Réalisateur Spike Lee Compositeur Terence Blanchard
Casting Adam Driver
Synopsis Au début des années 70, au plus fort de la lutte pour les droits civiques, plusieurs émeutes raciales éclatent dans les grandes villes des États-Unis. Ron Stallworth devient le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department, mais son arrivée est accueillie avec scepticisme, voire avec une franche hostilité, par les agents les moins gradés du commissariat. Prenant son courage à deux mains, Stallworth va tenter de faire bouger les lignes et, peut-être, de laisser une trace dans l'histoire. Il se fixe alors une mission des plus périlleuses : infiltrer le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques