Critique Sauvage

Sauvage
Sauvage est donc un film sur l'animalité, sur la vie sauvage qu'on serait forcé de mener, si l'on était privé de famille, d'attaches, de travail. Pourtant si l'on creuse un peu, Sauvage est bien plus qu'un film sur l'animalité, un film sur la profonde...

Verdict Note : Exceptionnel ! Exceptionnel !

Par David Speranski

Critique du Film

Il existe des films qui sont portés par une nécessité intérieure, une urgence vitale. Sauvage fait partie de ceux-là. En faisant le portrait d'un prostitué homosexuel de 22 ans, sujet qui pourrait paraître repoussoir pour beaucoup, Camille Vidal-Naquet effectue une entrée fracassante dans le cinéma français, se coltinant la difficulté de filmer les corps, l'acte sexuel, ainsi que la résilience au travail. La performance étourdissante de Félix Maritaud dans le rôle de Léo y est pour beaucoup mais ne doit pas faire oublier le magnifique tempérament de cinéaste qui éclot ici dans le premier film de Camille Vidal-Naquet, un nom qu'il faut sans doute sérieusement noter pour les années à venir.

Sauvage est donc un film sur l'animalité, sur la vie sauvage qu'on serait forcé de mener, si l'on était privé de famille, d'attaches, de travail. Pourtant si l'on creuse un peu, Sauvage est bien plus qu'un film sur l'animalité, un film sur la profonde humanité qui subsiste derrière tout comportement de survie.

Filmé à l'arrache, en caméra portée, comme les passes furtives accomplies par Léo, Sauvage porte bien son titre.  Il s'agit de filmer un jeune homme qui débarque un peu de nulle part, comme L'Enfant sauvage de Truffaut. Soumis à la nécessité de survivre dans un monde hostile et d'assurer un minimum sa subsistance, Léo, sans formation ni études, n'a d'autre choix que de se servir de son corps de manière dépassionnée, comme d'un instrument de travail. Tout va mal dans sa vie, et tout autour de lui et pourtant il conserve un rayonnement solaire dans son sourire, ses gestes et ses actes. Son corps n'est malgré tout guère à l'abri de séquelles, il tousse régulièrement mais ne semble pas très pressé de savoir ce que cela recouvre...

Sauvage est donc un film sur l'animalité, sur la vie sauvage qu'on serait forcé de mener, si l'on était privé de famille, d'attaches, de travail. Néanmoins, il ne s'attarde pas sur cet aspect brut et animal, même si le film ne sera pas conseillé à des âmes sensibles. En effet, Sauvage alterne entre des scènes de drogue (le crack surtout) et de sexe, à ne pas laisser devant tous les yeux. Camille Vidal-Naquet évite pourtant l'écueil du voyeurisme gratuit et sordide, en ne filmant que le strict nécessaire pour faire comprendre le défi quotidien relevé par Léo, se rendre désirable et accueillir en lui une multitude de corps étrangers au sien et plus ou moins désirables.

Pourtant si l'on creuse un peu, Sauvage est bien plus qu'un film sur l'animalité, un film sur la profonde humanité qui subsiste derrière tout comportement de survie. A un moment, Léo partage la couche de son collègue de prostitution, Ahd, à qui le lie une étrange amitié amoureuse. Il ne peut s'empêcher de satisfaire une pulsion sexuelle solitaire, devant laquelle Ahd proteste. Ce dernier propose à Léo de s'endormir dans ses bras, mais sans relation sexuelle, et conclut "on n'est quand même pas des animaux", ce qui résume en fait toute l'essence du film, maintenir une profonde humanité, une réelle bienveillance envers les êtres, en dépit de la répétition mécanique de l'acte sexuel à laquelle se contraint Léo pour un peu d'argent. Contrairement à ses collègues qui l'accomplissent sans état d'âme, Léo y met au contraire tout son cœur car il ne peut s'empêcher de se donner entièrement. Contrairement au personnage de Manuel Blanc dans J'embrasse pas d'André Téchiné, Léo embrasse car dans l'acte sexuel, cela lui semble aller de soi, être tout à fait naturel. Il se trouve dans le don alors que les autres ne se projettent que dans le gain.

L'une des plus belles scènes du film - et sans doute l'une des meilleures vues à Cannes cette année- le montre bien. Face à une femme médecin, Léo ne peut s'empêcher de l'étreindre. Mais il ne s'agit pas d'une demande sexuelle ou d'une tentative d'agression. En l'enlaçant, Léo recherche simplement l'affection, le réconfort et la bienveillance, toutes choses qui se sont progressivement évanouies de notre monde. Le plus extraordinaire, c'est que la femme médecin comprend instantanément cette demande et ne le repousse pas. Elle l'étreint aussi, outrepassant le cadre strict de sa mission médicale, ce qui constitue l'un des plus beaux moments d'émotion vus récemment sur un écran de cinéma. Ce geste, magnifiquement mis en scène, représente l'aide minimale qu'un humain peut apporter à un autre humain. Beaucoup l'ont oublié. Sauvage se permet de nous le rappeler. 

Informations

Détails du Film Sauvage
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 97 '
Sortie 22/08/2018 Reprise -
Réalisateur Camille Vidal-Naquet Compositeur
Casting Félix Maritaud
Synopsis Léo, 22 ans, se vend dans la rue pour un peu d’argent. Les hommes défilent. Lui reste là, en quête d’amour. Il ignore de quoi demain sera fait. Il s’élance dans les rues. Son cœur bat fort.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques