Critique Freddy Contre Jason (Freddy Vs. Jason)

Freddy Contre Jason
Freddy Contre Jason de Ronny Yu est un défouloir complètement assumé renouant avec les classiques des films d’horreur pour adolescents. Des meurtres à outrance sur fond de musique métal incluant deux piliers du cinéma de genre de ces dernières...

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

La confrontation ultime entre deux monstres classiques du cinéma horrifique des années 80 et 90. Un cadeau que tous les fans espéraient et redoutaient en même temps. Ronny Yu, réalisateur de La Fiancée de Chucky, avait entre les mains un projet sensible compte tenu de l’armée de fans sans pitié qui attendait fébrilement le résultat.

Freddy Contre Jason tient plus d’un film dans la mythologie Freddy que Vendredi 13 à proprement parlé.

Freddy Contre Jason tient plus d’un film dans la mythologie Nightmare on Elm Street que Vendredi 13 à proprement parlé. On y retrouve Freddy qui n’a plus de proies à se mettre sous les griffes après que tout Springwood ait oublié son existence. Il décide d’exhumer Jason de son camp de vacances afin de réinstaurer le chaos dans la fameuse rue Elm dans le but de s’assurer un retour flamboyant. Soyons clair immédiatement : c’est un film qu’on voit uniquement dans le but d’admirer ces deux tueurs emblématiques s’en mettre plein les dents. L’histoire importe peu dans cet immense défouloir. Cela dit, il faut bien concilier que les univers des deux personnages se complètent parfaitement. C’était un peu le pari osé que d’allier deux sagas cultes au sein du même métrage. Ronny Yu y a extrait tout ce qui faisait le charme de ces films pour en extirper le meilleur : du sexe à outrance, des adolescents écervelés et du gore exagéré. Le fait d’envoyer une vingtaine d’hectolitres de sang pour chaque membre arraché renvoie à l’âge d’or du gore instauré par Herschell Gordon Lewis dans les années 60.

Le parti pris minimaliste d’une telle mise en scène ne trouve sa place qu’auprès des amateurs du genre.

Le parti pris minimaliste d’une telle mise en scène ne trouve sa place qu’auprès des amateurs du genre. Nous concevons parfaitement les avis opposés concernant Freddy Contre Jason. Les adolescents qui ont grandi avec ces films étant devenu adultes lors de la sortie du métrage n’ont pas spécialement adhéré à cette déferlante de violence. Seulement, il ne s’éloigne absolument pas des buts premiers des Vendredi 13 (les Freddy ayant tout de même quelques exceptions tentant d’apporter une réflexion autre sur certains de ses films) d’autant plus qu’il redore largement l’image de Jason qui s’était perdu dans les méandres du nanar indigeste depuis deux films. Sans compter que nous n’avions pas pu admirer la performance de Robert Englund grimé en Freddy depuis près de dix ans. Et il faut bien avouer qu’il s’en donne à cœur joie. On ressent tout l’amour qu’il porte à son personnage et sa performance, même si elle est loin d’être aussi extraordinaire que lorsqu’il est dirigé par Wes Craven, est un vrai régal pour les yeux. Le reste du casting permet de découvrir notamment la sublime Katharine Isabelle de Ginger Snaps ou plus récemment, le terriblement efficace American Mary des sœurs Soska. A ses côtés, Kelly Rowland (oui oui la chanteuse des Destiny’s Child) étonne par son franc parlé malgré un rôle cliché qui l’étouffe dans sa créativité. La scène où elle tient tête à Freddy est à mourir de rire.

Qu’en est-il de l’affrontement Freddy vs Jason ? Le film tient-il ses promesses ? Oui et non. S’il nous sert sur un plateau d’argent un affrontement aussi jubilatoire que leurs lames sont tranchantes, il stoppe son combat au summum de l’apologie de son bain d’hémoglobine. Le fan d’horreur qui sommeille en nous ne sera décidément jamais rassasié. Cet affrontement sonne comme les meilleures scènes finales d’un Rocky. Un match au sommet qui ne manque pas de nous induire en son sein, chacun campant sur ses positions défendant son tueur préféré. Ils se coupent, se tranchent, s’insultent…ce sont deux enfants qui se battent pour savoir qui sera le plus digne d’occuper le terrain de jeu du coin.

Freddy Contre Jason est un défouloir complètement assumé renouant avec les classiques des films d’horreur pour adolescents. Des meurtres à outrance sur fond de musique métal incluant deux piliers du cinéma de genre de ces dernières années. On jubile devant ce plaisir coupable pas si coupable puisqu’il égale complètement ses modèles.

Informations

Détails du Film Freddy Contre Jason (Freddy Vs. Jason)
Origine Etats Unis Signalétique Interdit aux moins de 16 ans
Catégorie Film Genre Horreur - Epouvante
Version Cinéma Durée 96 '
Sortie 29/10/2003 Reprise -
Réalisateur Ronny Yu Compositeur Graeme Revell
Casting Evangeline Lilly - Robert Englund - Ken Kirzinger - Kelly Rowland - Jason Ritter - Katharine Isabelle - Monica Keena
Synopsis Voilà bien longtemps que Freddy ne hante plus les nuits des jeunes de Elm Street. Les drogues secrètement administrées aux adolescents par leurs parents empêchent tous les cauchemars et le condamnent à l'impuissance. Pourtant, non loin de là, l'instrument de sa vengeance attend. Jason, le tueur maniaque enterré, n'est pas tout à fait mort. Freddy le sait et décide de pénétrer son esprit. Il va faire de lui le bras armé de son terrifiant retour.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques