Critique The Villainess

The Villainess
Entraînée depuis l’enfance aux techniques de combat les plus violentes par une agence de renseignement après l’assassinat de son père, Sook-hee est une arme redoutable. Afin de gagner sa liberté, elle est engagée comme agent dormant. Mais un...

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Sébastien LAMOTHE

Critique du Film

Pour venger la mort de son époux, Suki se livre à un véritable massacre du gang ennemi. Arrêtée par la police, elle est enrégimentée de force au sein d'une agence d'Etat dont les recrues exclusivement féminines sont destinées à accomplir des missions très spéciales. Avec son deuxième long-métrage Byung-gil Jung s'engouffre dans la brèche du thriller d'action ouverte par ses devanciers (Kim Jee-woon, Park Chan-Wook,…) qu'il décline après un premier opus plutôt réussi (Confession of Murder; 2012). Si The Villainess ne brille ni par l'originalité de son scénario ni par sa construction artificiellement alambiquée – un revenge movie à tiroirs dont chaque histoire pourrait se raconter indépendamment des autres – il en donnera pour son argent aux amateurs d'action pure. Encore que la course à la virtuosité technique de faux-plans séquence parfois raccordés à la va-vite et montés sur un rythme effréné – la caméra comme directeur de ballet, comme c'est la tradition du cinéma asiatique –  épuise la patience du spectateur qui finit par ne plus reconnaître les protagonistes les uns des autres, sans pour autant atteindre au sublime de la forme lyrique révélée par ses maîtres (on pense plus particulièrement à A Bittersweet life de Kim Jee-woon). 

l'action nous dévoile les faiblesses d'une héroïne qui se retrouve successivement sous la coupe de divers personnages [...] dont l'identité modelée de l'extérieur ne trouve à s'exprimer librement  [...] Instrument de mort, Suki semble ne pas avoir d'existence propre

Il faut dire que le réalisateur pousse le curseur à l'extrême en ne reculant devant rien (ou presque), et ce dès la première séquence qui emprunte au monde du jeu vidéo son dispositif en 3D immersive, le spectateur étant plongé dans l'environnement subjectif du personnage dont il ne voit que les mains armées de sabres se mouvoir et ses ennemis se faire découper en petits morceaux les uns après les autres, voire en même temps. Jusqu'à l'improbable frisant le ridicule lorsque Suki saute sur le capot de sa voiture lancée à toute allure tout en conduisant d'une main, plantant de l'autre son pic sur l'autobus qui se trouve devant elle afin de s'y accrocher pour l'investir. Effets gore garantis: le sang gicle sur la caméra. Autant dire que The Villainess ne fait pas dans la dentelle, qu'elle soit de Calais ou de Douvres, sur ce point. Tout en montage parallèle faisant se renvoyer en écho le passé de Suki à sa nouvelle situation, l'action nous dévoile les faiblesses d'une héroïne qui se retrouve successivement sous la coupe de divers personnages (du gangster qui la recueille après la mort de son père à la directrice de l'agence en passant par son mentor de mari, figure paternelle de substitution, de loin la plus ambiguë mais aussi la plus intéressante du film), dont l'identité modelée de l'extérieur ne trouve à s'exprimer librement qu'à travers son expérience libératoire du théâtre. Instrument de mort, Suki semble ne pas avoir d'existence propre, ce que traduisent les bribes de souvenirs éparpillées de son enfance qui resurgissent épisodiquement en lien avec l'action. Son remariage avec Hyun-soo venant encore souligner cet aspect essentiel à la compréhension du personnage – pour des raisons que nous laisserons le spectateur découvrir par lui-même – justifiant son caractère suicidaire et prêt à tout. Si ce n'est que la naissance de son enfant et sa romance sentimentale paraissent pour un temps changer la donne.

The Villainess offre tous les éléments – ou devrait-on dire: les ingrédients – d'un genre sur la vague duquel Byung-gil Jung surfe allègrement, d'autant que la production du film n'a pas lésiné sur les moyens: on aura donc compris que pour l'originalité et le style on repassera. Un agréable moment à passer cependant que ce soit pour les amateurs du genre ou les autres.

 

Informations

Détails du Film The Villainess
Origine Corée du Sud Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Thriller
Version Cinéma Durée 129 '
Sortie 21/05/2017 Reprise -
Réalisateur Byung-Gil Jung Compositeur Ja wan Koo
Casting Kim Ok-Bin - Shin Ha-Kyun - Bang Sung-Jun - Kim Seo-hyung
Synopsis Entraînée depuis l’enfance aux techniques de combat les plus violentes par une agence de renseignement après l’assassinat de son père, Sook-hee est une arme redoutable. Afin de gagner sa liberté, elle est engagée comme agent dormant. Mais un jour, elle va découvrir la vérité sur le meurtre de son père.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques