Critique Pacific Rim Uprising

Pacific Rim Uprising
Pacific Rim Uprising, en se focalisant de façon bourrine sur les combats entre Kaijus et Jaegers et en évacuant tout approfondissement des personnages, ravira sans doute ceux qui se contenteront d'un plaisir régressif ne nécessitant pas plus de 5...

Verdict Note : A louper sans aucun regret. A louper sans aucun regret.

Par David Speranski

Critique du Film

La suite de Pacific Rim n'allait pas de soi, le premier film, blockbuster d'auteur, n'ayant pas tenu ses promesses de recettes (415 millions de dollars au lieu des 600 millions prévus). Néanmoins, en dépit des critiques assassines de l'époque, le film de Guillermo Del Toro s'est bâti progressivement une réputation d'œuvre culte, réussissant un véritable carton en vidéo. Cette suite signée Steven S. DeKnight débarque donc sur les écrans cinq ans après le premier volet. Tient-elle ses promesses pour assurer une certaine pérennité à cette franchise? 

Pacific Rim Uprising, en se focalisant de façon bourrine sur les combats entre Kaijus et Jaegers et en évacuant tout approfondissement des personnages, ravira sans doute ceux qui se contenteront d'un plaisir régressif ne nécessitant pas plus de 5 de Q.I. et s'impose donc désormais comme la référence absolue du blockbuster sans âme.

Il faut tout d'abord jeter un sort à l'affirmation gratuite selon laquelle Guillermo Del Toro ne serait pas passionné par les suites. Hellboy existe déjà pour prouver le contraire. De plus, en 2014-2015, Del Toro a non seulement écrit le scénario de la suite de Pacific Rim et a essayé de mettre le film en pré-production, sans succès face aux tergiversations entre Legendary Pictures, Warner et Universal. Si ces compagnies ne lui avaient pas mis divers bâtons dans les roues, il ne fait aucun doute que Pacific Rim 2 aurait été le successeur de Crimson Peak dans la filmographie du Mexicain rondouillard. Cela n'a pas été le cas ; Del Toro s'est par conséquent lancé avec le succès que l'on sait dans La Forme de l'eau, projet plus personnel et a priori moins commercial. 

Le scénario de Del Toro est apparemment tombé dans les oubliettes de l'Histoire. Charlie Hunnam, figure de proue du premier film, a annoncé son retrait du projet. Steven S. De Knight avait donc à rénover la franchise. Il le fait en faisant le contraire absolu de ce qu'a réalisé Guillermo Del Toro. Pacific Rim, en dépit de ses airs un peu bourrins, avait une âme représentée par le trauma de Mako, prétexte à l'une des plus belles scènes du film, le flash-back où la petite Japonaise s'enfuit alors qu'un Kaiju a exterminé toute sa famille. Tout le film servait à montrer comment des personnes pouvaient s'en sortir lorsque les membres les plus importants de leur famille (le frère de Raleigh, pour le personnage de Charlie Hunnam) les ont abandonnées. Cette exploration des traumas psychologiques et de la résilience nécessaire pour survivre faisait tout le prix de Pacific Rim. Del Toro y avait insufflé un cœur. De plus, côté mise en scène, il avait eu l'idée fantastique de faire se dérouler les combats dans la brume ou une semi-obscurité, rendant plus effrayants les monstres. Deux ou trois séquences de combats se sont donc avérées anthologiques et valent largement le déplacement ou le revisionnage. 

Rien de cela n'est présent dans Pacific Rim Uprising et il faut être bien mauvais critique pour accorder le moindre crédit à ce blockbuster désincarné. Globalement on assiste ici à un curieux mélange des films Marvel, de la franchise Transformers et des derniers Star Wars, sans aucune des qualités de ces trois filons. Ce n'est pourtant pas faute d'essayer, de la part de Steven S. De Knight. Il tente de parsemer son film d'humour marvelisant mais ces tentatives tombent presque toutes à plat, sans même mentionner le rôle dévolu au Docteur Newton, amusant dans le premier volet, et devenu horripilant dans le second. Comme dans Transformers, les combats mettent l'accent sur les robots en plein soleil alors que l'intérêt de Del Toro consistait à rendre hommage aux films de monstres d'Ishiro Honda et Ray Harryhausen. Enfin, le duo Jake Pentecost/Amara semble rejouer en moins bien le duo Finn/Rey de Star Wars VII.  

Car l'évident problème de Pacific Rim Uprising, ce sont les personnages dont Steven S. DeKnight n'a à l'évidence rien à faire. Passons vite sur Scott Eastwood inexpressif et transparent qui ne parvient pas à donner la moindre consistance à son personnage. Après tout, traînant dans des films d'action et des westerns sans intérêt, son père a mis une bonne dizaine d'années avant de s'améliorer et de percer dans les films de Sergio Leone. Espérons le même sort à son fils Scott. En revanche, John Boyega et Cailee Spaeny héritent sur le papier de véritables personnages souffrant de traumas importants (l'un essayant de se mettre à la hauteur de son père, interprété dans le premier volet par Idris Elba, l'autre ayant vu toute sa famille éliminée par des Kaijus). Mais DeKnight mentionne ces faits sans en faire le cœur de son film, contrairement à ce qu'avait saisi Del Toro. C'est d'autant plus dommage que John Boyega produit une prestation solide mais que surtout Cailee Spaeny, dans son premier rôle important, montre un enthousiasme, une fraîcheur et une vivacité à toute épreuve. On souhaite la revoir dans de bien meilleurs films. Pacific Rim Uprising, en se focalisant de façon bourrine sur les combats entre Kaijus et Jaegers et en évacuant tout approfondissement des personnages, ravira sans doute ceux qui se contenteront d'un plaisir régressif ne nécessitant pas plus de 5 de Q.I. et s'impose donc désormais comme la référence absolue du blockbuster sans âme. Il est possible de s'abstenir et de préférer revisionner le premier. 

Informations

Détails du Film Pacific Rim Uprising
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Aventure - Science - Fiction
Version Cinéma Durée 111 '
Sortie 21/03/2018 Reprise -
Réalisateur Steven S. DeKnight Compositeur John Paesano
Casting Scott Eastwood - John Boyega - Cailee Spaeny
Synopsis Le conflit planétaire qui oppose les Kaiju, créatures extraterrestres, aux Jaegers, robots géants pilotés par des humains, n’était que la première vague d’une attaque massive contre l’Humanité. Jake Pentecost, un jeune pilote de Jaeger prometteur dont le célèbre père a sacrifié sa vie pour sauver l’Humanité des monstrueux Kaiju a depuis abandonné son entraînement et s’est retrouvé pris dans l’engrenage du milieu criminel. Mais lorsqu’une menace, encore plus irrésistible que la précédente, se répand dans les villes et met le monde à feu et à sang, Jake obtient une dernière chance de perpétuer la légende de son père aux côtés de sa sœur, Mako Mori – qui guide une courageuse génération de pilotes ayant grandi dans l’ombre de la guerre. Alors qu’ils sont en quête de justice pour leurs camarades tombés au combat, leur unique espoir est de s’allier dans un soulèvement général contre la menace des Kaiju. Jake est rejoint par son rival, le talentueux pilote Lambert et par Amara, une hackeuse de Jaeger âgée de 15 ans, les héros du Corps de Défense du Pan Pacific devenant la seule famille qui lui reste. S’alliant pour devenir la plus grande force de défense que la Terre n’ait jamais connue, ils vont paver un chemin vers une extraordinaire nouvelle aventure.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques