Critique La Caméra de Claire (KEUL-LE-EO-UI KA-ME-LA)

La cémara de Claire
C'est donc toute la vertu de ce film de révéler, après quelques rares autres (essentiellement Marc Fitoussi dans Copa Cabana) la nature plus désinvolte d'une Isabelle Huppert totalement décomplexée et jouant en anglais. C'est peu mais cela ne dure...

Verdict Note : Moyen. Moyen.

Par David Speranski

Critique du Film

On connaît désormais la productivité intense de Hong Sang-soo: parfois deux ou trois films dans la même année. Woody Allen a incontestablement trouvé son maître : il est sud-coréen. Mais productivité ne rime pas forcément avec qualité. Comme chez Woody Allen, le fait de tourner beaucoup implique de délivrer parfois des opus mineurs sans conséquence. La Caméra de Claire en fait incontestablement partie, loin d'être déshonorant mais mineur et donc dispensable, à moins d'être absolument fanatique du style du maître zen coréen ou de l'immarcescible Isabelle Huppert.

C'est donc toute la vertu de ce film de révéler, après quelques rares autres (essentiellement Marc Fitoussi dans Copa Cabana) la nature plus désinvolte d'une Isabelle Huppert totalement décomplexée et jouant en anglais. C'est peu mais cela ne dure pas longtemps et possède beaucoup de charme, à défaut d'être fondamental.

L'intrigue ressemble à un conte. Claire, touriste en goguette, accompagne une amie productrice ou réalisatrice à Cannes. Elle ne cesse de prendre des photos avec son Polaroid dans les rues de la ville. Elle va faire la connaissance successive de trois Coréens, une assistante qui vient de se faire licencier par sa patronne, la patronne sous le coup d'un accès de jalousie, le réalisateur, sosie de Hong Sang-soo qui se partage les faveurs des deux belles. Grâce à son appareil photo, Claire va révéler à chacun les motifs secrets de leurs actes ainsi que ceux des autres.

Très minimaliste, l'histoire semble servir de prétexte à Hong Sang-soo pour déambuler à Cannes avec ses actrices préférées, Isabelle Huppert qu'on ne présente plus, déjà présente dans In another country et Kim Min-hee, la superbe jeune actrice de Mademoiselle, devenue sa muse depuis quatre ou cinq films. Le minimalisme est certes un style chez Hong Sang-soo mais il s'en sert parfois en brouillant les pistes par une complexité narrative. Cette fois-ci, cela paraît un peu trop limpide et simple, versant directement dans l'anecdotique, contrairement à Ha ha ha ou Matins calmes à Séoul où la structure parallèle des intrigues ou la répétition des actions parvient à maintenir un intérêt évanescent.

Le film, tourné en six jours et durant à peine plus d'une heure, a du mal à se sortir du conventionnel et du banal, alors que Hong Sang-soo réussit dans bon nombre de ses films à élever ses films vers un aspect philosophique qui oblige le spectateur à interroger sa propre existence et sa conception des valeurs. On ne trouvera ici qu'une banale histoire d'adultère et de jalousie, très loin du niveau du précédent film de Hong Sang-soo, Seule sur la plage la nuit, et se rapprochant plutôt des Amours d'Oki, soit la veine mineure et superficielle de son cinéma. Dire le contraire ne serait pas rendre service au cinéaste qui a tout à fait le droit de s'accorder des moments de relâchement dans son œuvre.

La Caméra de Claire constitue le quatrième chapitre des films de Hong Sang-soo tournés avec Kim Min-hee. Le cinéaste et l'actrice ne se quittent décidément plus, puisqu'un cinquième film, Grass, présenté à Berlin, a déjà été tourné. Ce quatrième chapitre est bien plus léger et dénué d'enjeux que les poignants Jour d'après ou Seule sur une plage la nuit, ce qui, en soi, n'est pas forcément une mauvaise nouvelle, en tout cas pour leur couple. De plus, après In another country, Hong Sang-soo persiste et signe: en dépit de tous ses rôles dramatiques, Isabelle Huppert est essentiellement pour lui une actrice comique et légère. C'est donc toute la vertu de ce film de révéler, après quelques rares autres (essentiellement Marc Fitoussi dans Copa Cabana) la nature plus désinvolte d'une Isabelle Huppert totalement décomplexée et jouant en anglais.  C'est peu mais cela ne dure pas longtemps et possède beaucoup de charme, à défaut d'être fondamental.  

Informations

Détails du Film La Caméra de Claire (KEUL-LE-EO-UI KA-ME-LA)
Origine Corée du Sud Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie Dramatique
Version Cinéma Durée 69 '
Sortie 07/03/2018 Reprise -
Réalisateur Hong Sang-soo Compositeur
Casting Isabelle Huppert - Kim Min-Hee
Synopsis Lors d’un voyage d’affaires au Festival de Cannes, Manhee est accusée de malhonnêteté par sa patronne, et licenciée. Claire se balade dans la ville pour prendre des photos avec son Polaroïd. Elle fait la rencontre de Manhee, sympathise avec elle, la prend en photo. Claire semble capable de voir le passé et le futur de Manhee, grâce au pouvoir mystérieux du tunnel de la plage. Désormais Claire décide d’accompagner Manhee au café où elle a été licenciée. C’est le moment de découvrir le pouvoir de Claire à l’œuvre…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques