CRITIQUE : Revenge


Revenge

Critique du Film

Atypiques premiers pas que ceux de la réalisatrice Coralie Fargeat qui inaugure avec un véritable film de genre sa carrière cinématographique. Peu représenté dans le paysage du cinéma français, le "rape and revenge" est une catégorie du film d'horreur. Souvent accusé de voyeurisme, ce sous-genre met en scène une héroïne qui après avoir été abusée par des hommes, se venge généralement de manière sanglante. Cependant, il serait dommage de ranger Revenge uniquement dans la case du simple cinéma de genre car ce dernier est principalement là comme un vecteur : Coralie Fargeat exploite en effet énormément le symbolisme dans son œuvre au profit d'un actuel discours féministe. Un récit volontairement outrancier où le réel se confond dans les gros contours de la fiction, efficacement brutal.

Avec un fond engagé et déjà une réelle maîtrise de la réalisation, Coralie Forgeat gâte en ce début d'année le paysage cinématographique français en proposant un (sanglant) vent de fraicheur. Une réalisatrice à suivre.

Tomber pour mieux se relever, c'est au final ce que l'héroïne de Revenge met en pratique. Le scénario du film, découpé en deux parties, ne sert qu'à créer un contexte suffisamment puissant pour évoquer la renaissance de Jen. Une jeune femme qui vit dans le besoin de reconnaissance, à la fragilité évidente et au charme exploité comme une arme pour exister. Face à elle des hommes lubriques, dégoulinant d'envies, qui ne perçoivent en elle qu'un bon moment à passer. Dans ce zoo humain dépouillé, le récit se limitant à la villa et au désert qui l'entoure, se joue une partie de chasse inversée. Là où la Lolita était initialement dans la première partie du film la victime, une métamorphose s'effectue lors du décès de son insouciance sur cet arbre mort dans le désert marocain : une symbolique évidente, pour une réincarnation en héroïne vengeresse d'un mal profond. De nombreux messages jonchent l’œuvre au travers d'images fortes, avec toujours comme objectif celui de la progression de son personnage. Avec une teinte féministe, abordant notamment la difficulté pour une femme d'être face à une société parfois écrasante, le fond du film transpire d'actualité.

Une simplification générale des traits, qui passe autant par le lieu que la psychologie des personnages, qui permet de favoriser l'efficacité du récit dans le genre qu'il emprunte : en réduisant son univers à un assemblage de comportements clichés, d'actions improbables, on navigue dans un registre bien particulier. Une rude balade qui respire clairement le jusqu'au-boutisme, comme pour rendre plus visible son propos. C'est surtout la seconde partie du film, lors de la chasse à l'homme, que l'on débarque dans le cœur du cinéma de genre, avec ses qualités et défauts. Jen (incarnée par l'excellente Matilda Lutz) subit, mais fait surtout subir : comme excusée de ses actions, elle se venge sans concession. Une violence graphique prononcée, mais toujours de manière décomplexée. Au fur et à mesure, la surenchère visuelle évolue pour atteindre un véritable climax lors du final, avec une scène qui a quelque chose de surréaliste. C'est justement ce côté grotesque qui apporte une touche d'humour au film, qui n'en manque d'ailleurs pas avec des plans étonnants (la scène de la mastication). Concernant justement cet aspect, Revenge bénéficie d'une réalisation très réussie avec une image léchée et stylisée, saupoudrée de cohérentes sonorités électroniques.

Première œuvre de la française Coralie Forgeat, Revenge est un pari osé. En empruntant la voie de la série B pour débuter sa carrière derrière la caméra, la réalisatrice mettait les pieds dans des sables assurément mouvants, mais c'était sans compter une réelle vision artistique et politique dans son projet. Si on regrette une tension un peu molle et quelques défauts aussi bien inhérents au genre qu'aux premiers pas de la cinéaste dans ce domaine, on reste dans l'ensemble surpris de cet efficace film de genre. Avec un fond engagé et déjà une réelle maîtrise de la réalisation, Coralie Forgeat gâte en ce début d'année le paysage cinématographique français en proposant un (sanglant) vent de fraicheur. Une réalisatrice à suivre.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Informations

Détails du Film Revenge
Origine France Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Thriller
Version Cinéma Durée 108 '
Sortie 07/02/2018 Reprise -
Réalisateur Coralie Fargeat Compositeur
Casting Kevin Janssens - Matilda Lutz
Synopsis Alors que Jen est laissée pour morte dans le désert, la jeune femme trouve la force de traquer ses trois agresseurs : débute alors une terrible et sanglante vengeance.

Par Pierre LARVOL

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques