Critique Les Griffes de la Nuit (A Nightmare on Elm Street)

Les Griffes de la Nuit
Les Griffes de la Nuit de Wes Craven est un film culte par l’univers qu’il développe, le légendaire tueur qu’il crée et son inévitable thème qui lui colle à la peau. Pur produit d’une quintessence horrifique made in 80’s, il n’en reste...

Verdict Note : Exceptionnel ! Exceptionnel !

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

1984 est l’année de la consécration pour ce maître de l’horreur qu’est Wes Craven. Après avoir connu un succès relativement mitigé avec La Dernière Maison Sur La Gauche et La Colline A Des Yeux tous deux sortis respectivement en 1972 et 1977, il s’attaque au projet le plus ambitieux de sa carrière jusqu’alors.

Les Griffes de la Nuit est un condensé de deux genres de films d’horreur qui inspirent fortement Craven.

Les Griffes de la Nuit est un condensé de deux genres de films d’horreur qui inspirent fortement Craven. Le slasher en premier lieu, d’ailleurs il rendra hommage à Halloween de John Carpenter en instaurant le fameux morceau Don’t Fear (The Reaper) discrètement dans son film, qui n’aura tellement plus de secret pour lui qu’il décidera d’en faire l’apologie de son propre mal dans son désormais célèbre Scream en 1996. Le second genre qui inspire Wes Craven lorsqu’il décide de mettre en chantier Les Griffes de la Nuit c’est le film de monstres (on notera d’ailleurs une référence à Evil Dead de Sam Raimi). Les Griffes de la Nuit est l’exemple parfait du film qui possède toutes les qualités pour magnifier l’industrie du cinéma. Il a permis à Wes Craven de se faire un nom, a sauvé New Line Cinema de la faillite et nous a offert l’un des tueurs les plus légendaires de toute l’histoire du cinéma.

Freddy Krueger est un mix de toutes les phobies de son auteur.

Freddy Krueger est un mix de toutes les phobies de son auteur. Il est vicieux, malsain, blagueur. Loin de l’image de guignol que les suites lui donneront, il dispose d’un humour noir aussi tranchant que ses lames. Tout ce qui fait et fera l’attrait de la saga se retrouve dans ce film. Les meurtres sont inventifs. Les situations peu redondantes et même si le procédé ne change pas foncièrement (dormir = mourir), on se régale des mises en scènes soignées des péripéties machiavéliques que subissent les victimes. Robert Englund excelle dans l’art de torturer psychologiquement ses proies. Sous la peau brûlée de son personnage, il se régale et nous offre une prestation à part dans la mythologie des tueurs en séries au cinéma. Quatre ans avant l’arrivée de Chucky, Freddy est probablement le premier psychopathe du septième art où la peur qu’il suscite n’est pas renfermée dans son mutisme. Là où des personnages comme Michael Myers ou Jason Voorhees imposent dans la froideur de leur carrure gigantesque et tuent de sang-froid, Freddy Krueger est un véritable gosse qui joue à arracher les ailes d’une mouche sans aucune concession. Il y a bien eu le tueur à la voix de canard dans l’Eventreur de New-York de Lucio Fulci en 1982 qui osait le machiavélisme de la parole en plus des gestes malsains mais, et malgré le rendu plus que qualitatif de l’œuvre, la mémoire collective a jeté son dévolu sur l’homme au chapeau et au pull rayé pour le retenir comme le premier slasher scandaleusement outrancier.

Le reste du casting, comme dans tout classique du genre, importe peu. On sait pertinemment qu’ils sont tous voués à mourir dans d’atroces souffrances et l’on s’attache donc peu à leur personnalité. L’héroïne, campée par Heather Langenkamp, attire le capital sympathie du public par un jeu nettement plus étoffé que ses camarades à l’écran. Amoureux de la femme forte, Craven a toujours su faire de ses héroïnes de vrais Rambo en jupette (Scream, Red Eye, Un Vampire à Brooklyn) et ce sera d’ailleurs le point commun à (presque) tous les autres films de la saga : Freddy s’en mordra toujours les doigts devant la gent féminine.

Freddy s’en mordra toujours les doigts devant la gent féminine.

A noter, la première apparition à l’écran de Johnny Depp avec sa jolie coupe de mulet de l’époque 21 Jump Street, qui s’offre une mort qui, en plus d’être la plus spectaculaire du film, a de quoi faire jubiler tous les détracteurs du beau gosse. Les situations abracadabrantesques dans lesquelles s’enferment les personnages jouent parfaitement sur la dimension fantastique qu’instaure Wes Craven à son histoire. L’incohérence type qui revient sans cesse dans ces sagas horrifiques amène toujours la question : comment peut-il être encore vivant au bout de tant de film ? En choisissant de placer son tueur comme un être fantasmagorique et surnaturel, Craven évite tous les pièges de ses consorts d’une main de maître.

Les Griffes de la Nuit est un film culte par l’univers qu’il développe, le légendaire tueur qu’il crée et son inévitable thème qui lui colle à la peau. Pur produit d’une quintessence horrifique made in 80’s, il n’en reste pas moins un film fort, drôle et extrêmement intelligent. Culte et indémodable !

Informations

Détails du Film Les Griffes de la Nuit (A Nightmare on Elm Street)
Origine Etats Unis Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Horreur - Epouvante
Version Cinéma Durée 91 '
Sortie 06/03/1985 Reprise -
Réalisateur Wes Craven Compositeur Charles Bernstein
Casting Johnny Depp - John Saxon - Lin Shaye - Robert Englund - Heather Langenkamp - Ronee Blakley
Synopsis Nancy est une jeune adolescente qui fait régulièrement des cauchemars sur un homme au visage brûlé, avec un vieux pull déchiré et cinq lames tranchantes à la place des doigts. Elle constate d'ailleurs que parmi ses amis, elle n'est pas la seule à faire ces mauvais rêves. Mais bientôt, l'un d'entre eux est sauvagement assassiné pendant son sommeil. C'est ainsi que le groupe fait la connaissance de l'ignoble Freddy Krueger, qui se sert des cauchemars pour assassiner les gens qui rêvent de lui. Nancy comprend qu'elle n'a plus qu'une seule solution : si elle veut rester en vie, elle doit rester éveillée.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques