Critique Jigsaw

Jigsaw
Nous étions en droit d’espérer un peu de renouveau dans la saga Saw avec cet opus.

Verdict Note : A louper sans aucun regret. A louper sans aucun regret.

Par Thomas ARTEMNIAK

Critique du Film

Alors qu’une nouvelle série de victimes portant la marque du tueur au puzzle fait son apparition, l’inspecteur Halloran et le légiste Logan Nelson décident de réouvrir l’affaire Kramer.

Un nouveau jeu vient de commencer. Jigsaw est-il revenu d’entre les morts pour punir à nouveau ?

Nous étions en droit d’espérer un peu de renouveau dans la saga Saw avec cet opus. 

Le changement de titre (on revient aux sources avec le surnom du tueur) et le fait de ne pas y accoler de numéro partait d’une volonté de nous faire croire que les choses allaient être différentes, que l’on allait, peut-être, retrouver l’âme du premier ?

Malheureusement, ce n’est pas le cas.

Le scénario essaie de se la jouer malin, mais il s’agit du 8ème volet et pour peu que l’on ait vu les 7 films précédents, il ne risque pas d’y avoir de grandes surprises.

Alors oui, on retrouve tous les éléments habituels qui font le cahier des charges d’un Saw: un scénario comportant un twist final (attendu), des pièges tous plus diaboliques et pervers les uns que les autres, des morts brutales et très graphiques. Ça tâche, comme toujours avec John Kramer, tueur en série condamné par le cancer, qui cherche à « éduquer » les autres, à les mettre de force devant leurs pêchés. 

Le film est plutôt complaisant à l’égard du tueur, beaucoup moins en ce qui concerne le reste de la population. Nous sommes tous coupables de quelque chose, à un moment donné de notre vie, nous avons tous dérapé, de façon plus ou moins importante. Voilà le concept même du film. Personne n’est innocent et Kramer se pose comme une sorte d’objecteur de conscience.

ce sont les producteurs qui ont dérapé quand ils ont décidé de donner une suite à l’excellent premier film

Mais en ce qui concerne la saga Saw, ce sont les producteurs qui ont dérapé quand ils ont décidé de donner une suite à l’excellent premier film. Ce dernier se suffisait à lui-même, à l’époque c’était un choc, c’était original et le retournement final était devenu immédiatement culte. Mais la loi du dollar l’emporte toujours et ce film à budget modeste avait beaucoup rapporté. Ils ont donc, bien entendu, décidé de produire des suites.

Les scénaristes de la franchise sont très forts eux aussi, car ils ont réussi à atteindre le score très honorable de 8 films, alors que le tueur est mort depuis le début du 3ème. Si ça, ce n’est pas un tour de force ! On dit que Hollywood manque cruellement d’imagination, mais elle est tout de même capable d’étirer le concept d’un seul film sur plus d’une décennie.

Les réalisateurs, Michael et Peter Spierig, ne sont pas en reste non plus. Et oui ils ont dû se mettre à deux pour essayer de relever le niveau. Ils font leur travail, mais sans réelle imagination. A aucun moment le spectateur ne sursautera de peur ou bien sera pris d’empathie pour l’un des personnages. On traverse le film sans vraiment leur prêter attention, leur destin nous indiffère totalement. La seule chose qui semble importer est la prochaine torture: quel mécanisme ingénieux sera mis en place, quelle forme prendra la mort atroce de la victime. Le plaisir semble résider là.

Jigsaw nous place en position de voyeur et cela renvoie une image bien négative de notre société, car cela marche (aux USA, le film a atteint la barre symbolique des 100 millions de dollars de recette, qui encourage habituellement les producteurs à mettre en chantier une suite).

Il a donc le mérite, même si ce n’est pas voulu, de nous amener à nous questionner, nous analyser, nous regarder dans un miroir. Or ce que l’on risque d’y voir a de fortes chances de nous déplaire.

Nous pouvons donc nous interroger sur la bonté de l’âme humaine, l’altruisme, le courage et la générosité des uns envers les autres.

La vision de la société que nous offre les réalisateurs  est déprimante et pessimiste, mais leur film semble leur donner raison, car il trouve le moyen de rameuter du public sur la seule promesse d’un spectacle sanglant. 

De ce fait, le parallèle avec les événements récents qui ont eu lieu à la station Châtelet (où les voyageurs, plutôt que de porter secours à un homme se vidant de son sang car poignardé, ont préféré filmer le « spectacle » et l’ont ainsi laissé mourir) paraît assez facile et pourtant…

Il s’agit-là de comportements humains et d’une situation critique qui auraient mis John Kramer dans une colère noire et l’aurait certainement poussé à « commencer un jeu… ».

Comme quoi la réalité peut être, parfois, bien plus moche que ce que nous en donne à voir le cinéma.

Informations

Détails du Film Jigsaw
Origine Etats Unis - Canada Signalétique Interdit aux moins de 16 ans
Catégorie Film Genre Horreur - Gore
Version Cinéma Durée 92 '
Sortie 01/11/2017 Reprise -
Réalisateur Michael Spierig - Peter Spierig Compositeur Charlie Clouser
Casting Tobin Bell - Callum Keith Rennie - Matt Passmore - Hannah Emily Anderson
Synopsis Après une série de meurtres qui ressemblent étrangement à ceux de Jigsaw, le tueur au puzzle, la police se lance à la poursuite d'un homme mort depuis plus de dix ans. Un nouveau jeu vient de commencer... John Kramer est-il revenu d'entre les morts pour rappeler au monde qu'il faut sans cesse célébrer la vie, ou bien s'agit-il d'un piège tendu par un assassin qui poursuit d'autres ambitions ?

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques