Critique Moi Tonya (I Tonya)

Moi Tonya
bienvenue dans l'Amérique White Trash où les conflits se règlent à coups de baffe, où la culture n'existe pas et l'important réside dans la capacité de résilience. Moi Tonya est une sorte d'hommage satirique à cette capacité de vie qui ne s'épuise...

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par David Speranski

Critique du Film

C'est une drôle d'histoire que celle de Tonya Harding, drôle et aussi sordide et pathétique. Le nom de Tonya Harding est entré dans la mémoire collective comme celui de la méchante rivale qui s'en prend à une concurrente plus en vue. Dans son sport, le patinage artistique, il n'est pas indiqué d'avoir des origines prolétaires, de jurer comme un charretier et de ne pas savoir s'habiller. Oui, mais Tonya a la foi en son talent, une foi digne de soulever les montagnes. C'est ainsi à une étrange opération de réhabilitation que se livre Craig Gillespie: rendre justice à un personnage White Trash, à l'esprit bas du plafond, qui n'est pas forcément doué pour le sport qu'il a choisi, et qui continue à avancer, quoi qu'il arrive. 

Bienvenue dans l'Amérique White Trash où les conflits se règlent à coups de baffes, où la culture n'existe pas et l'important réside dans la capacité de résilience. Moi Tonya est une sorte d'hommage satirique à cette capacité de vie qui ne s'épuise pas malgré les échecs et les désillusions. 

Tonya Harding n'est pas gâtée: sa mère (incroyable Allison Janney en mère tortionnaire) la traite à la dure en lui donnant des gifles; l'autre personne qu'elle aimera, Jeff, son mari, reproduira le même schéma de relations. Elevée par une mère célibataire, serveuse qui ne vit que pour sa fille, elle se dévouera corps et âme à son sport mais ses goûts de prolétaire la déclassent vis-à-vis des juges qui la notent. Choisissant des musiques rock, se cousant elle-même ses propres costumes de compétition, la petite Tonya détonne parmi ses camarades. Craig Gillespie raconte cette histoire incroyable en adoptant le bon ton, entre satire grinçante et sens du pathétique. Il est en effet assez rare de consacrer tout un biopic à une personne aussi peu admirable que Tonya Harding. 

Pourtant, miracle du cinéma, on s'attache progressivement à son personnage à qui la vie n'a guère fait de cadeaux. Gillespie utilise pour raconter cette histoire vraie la technique du faux documentaire en brisant assez souvent le quatrième mur. Alors certes le film n'est pas recommandé aux amis de la poésie car son style (ou son absence de style) est parfaitement raccord avec son personnage. Il est ainsi recommandé pour un film de bouseux d'utiliser un style de bouseux. Gillespie est aidé dans son entreprise de réhabilitation par un scénario très fûté et retors, à multiples niveaux et témoignages parallèles, ainsi que par des interprètes fantastiques dont Margot Robbie qui, actrice et productrice, livre sa meilleure performance (le seul bémol étant qu'elle est peut-être un peu âgée pour le rôle) et Allison Janney qui demeure inoubliable dans son personnage de mère fouettarde.  

On ne saura sans doute jamais la part exacte de culpabilité de Tonya Harding dans l'agression qu'a subie sa rivale Nancy Kerrigan, même si le film plaide globalement pour son innocence. Il n'en demeure pas moins que ce film, inspiré par de véritables interviews de Tonya et de son ex-compagnon Jeff, surprend et tétanise par sa vérité : bienvenue dans l'Amérique White Trash où les conflits se règlent à coups de baffes, où la culture n'existe pas et l'important réside dans la capacité de résilience. Moi Tonya est une sorte d'hommage satirique à cette capacité de vie qui ne s'épuise pas malgré les échecs et les désillusions.  

Informations

Détails du Film Moi Tonya (I Tonya)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie - Drame - Biopic
Version Cinéma Durée 121 '
Sortie 21/02/2018 Reprise -
Réalisateur Craig Gillespie Compositeur
Casting Sebastian Stan - Margot Robbie - Julianne Nicholson - Allison Janney - Mckenna Grace
Synopsis En 1994, le milieu sportif est bouleversé en apprenant que Nancy Kerrigan, jeune patineuse artistique promise à un brillant avenir, est sauvagement attaquée. Plus choquant encore, la championne Tonya Harding et ses proches sont soupçonnés d'avoir planifié et mis à exécution l'agression…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques