Critique Seule sur la plage la nuit (Bamui haebyun-eoseo honja)

Seule sur la plage la nuit
Est-on "qualifié pour l'amour?" Cette interrogation résonne profondément en chacun de nous et c'est ce qui fait de Seule sur la plage la nuit, le plus beau film de cette semaine et surtout le plus beau film de Hong Sang-soo.

Verdict Note : Exceptionnel ! Exceptionnel !

Par David Speranski

Critique du Film

Il s'est passé quelque chose dans le cinéma de Hong Sang-soo. On pensait le connaître avec ses infinies variations sur le cinéma, le couple et le désir, ses plans-séquences qui s'éternisent volontairement dans un café ou un restaurant, ses recadrages ou zooms brutaux. Depuis environ une vingtaine de films, il refait plus ou moins le même film, en pratiquant des modifications infinitésimales, et grâce à son économie de tournage réduite à l'essentiel, tourne parfois deux ou trois films par an. Seule sur la plage la nuit est pourtant peut-être son plus beau film. Que s'est-il donc passé? 

"Est-on qualifié pour l'amour?" Cette interrogation résonne profondément en chacun de nous et c'est ce qui fait de Seule sur la plage la nuit, le plus beau film de cette semaine et surtout le plus beau film de Hong Sang-soo.

"Cela paraît simple mais si on y prête attention, cela apparaît beaucoup plus complexe". Cette réplique pourrait servir d'art poétique au cinéma de Hong Sang-soo, apparemment limpide mais beaucoup plus retors qu'il n'y paraît dans les niveaux de réalité et les ellipses. Seule sur la plage la nuit est un film coupé en deux comme Mulholland Drive, Lost Highway ou encore les films d'Apichatpong Weerasethakul. Dans la première partie, Younghee, jeune et belle comédienne, (Kim Min-hee, lumineuse, Prix d'interprétation féminine au Festival de Berlin 2017), a tout quitté pour se retrouver quelque part en Europe du Nord (Hambourg en Allemagne), attendant un réalisateur-amant qu'elle a quitté, errant dans les parcs et les espaces publics et s'interrogeant sur la signification de l'amour. Elle cherche à avoir "une vie qui lui ressemble". Le réalisateur dont ne cesse de parler Younghee, nous ne le verrons jamais. Existe-t-il en réalité? Mystère. De même, nous voyons un homme en noir qui apparaît plusieurs fois à l'image de manière intrigante et insistante, en particulier en laveur de carreaux, qu'aucun personnage ne remarque. Qui peut-il bien être? Dans la deuxième partie, dans une ville balnéaire en Corée du Sud, elle retrouve d'anciens amants ou amis, plus ou moins en couple, et finit par échouer sur une plage où elle s'endort. 

La première partie est-elle un rêve? Ou le passé? Ou un film puisqu'on retrouvera Younghee dans un cinéma, regardant une œuvre qui ne nous sera pas montrée. Lorsqu'elle s'endort sur la plage, son rêve englobe-t-il uniquement la partie où elle retrouve un réalisateur avec lequel elle a déjà travaillé? Ou remonte-t-il beaucoup plus haut, englobant la quasi-totalité de l'histoire? Hong Sang-soo ne nous le dira pas, se réfugiant derrière l'opacité de ses ellipses. On pourrait aussi décider que la deuxième partie est intégralement un rêve et réinterpréter tout le film à l'aune de cette lecture et le film fonctionnerait encore. 

Car l'essentiel n'est pas là. Si le film convainc plus que les autres films de Hong Sang-soo, c'est qu'il est tiré d'une expérience personnelle. Hong Sang-soo a quitté sa femme et ses enfants pour se lancer dans une aventure avec Kim Min-hee, la jeune et très belle comédienne de Mademoiselle, provoquant un vrai scandale dans le cinéma de Corée du Sud. Toutes proportions gardées, à l'échelle de Hong Sang-soo, cela rappelle le scandale du couple formé par Ingrid Bergman et Roberto Rossellini, les deux quittant leurs ménages respectifs pour former un autre foyer. Plus récemment, cela peut évoquer aussi Jennifer Lawrence rejoignant Darren Aronofsky, dans le style jeune actrice formant un couple avec un metteur en scène aguerri. Hong Sang-soo ne se prive d'ailleurs d'évoquer son histoire personnelle dans ce film, en stigmatisant les lâches et hypocrites qui ont essayé de détruire son couple nouvellement formé. Mais il laisse surtout son amoureuse plaider sa cause en enchaînant les séquences mémorables, en particulier dans la seconde partie du film: rêveuse, pendant que la bande-son nous fait écouter les merveilleuses notes du Quintette en Ut majeur de Schubert, déjà magnifiquement utilisé dans Nocturne indien d'Alain Corneau, pour exprimer des états intérieurs ; chantant une bouleversante ritournelle mélancolique ; ou se disputant lors de séquences de dîner ou de restaurant d'anthologie, se demandant si elle est en fait "qualifiée pour l'amour". Cette interrogation résonne profondément en chacun de nous et c'est ce qui fait de Seule sur la plage la nuit, le plus beau film de cette semaine et surtout le plus beau film de Hong Sang-soo.  

Informations

Détails du Film Seule sur la plage la nuit (Bamui haebyun-eoseo honja)
Origine Corée du Sud Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 101 '
Sortie 10/01/2018 Reprise -
Réalisateur Hong Sang-soo Compositeur
Casting Jae-yeong Jeong - Kim Min-Hee - Anh Seo-Hyun
Synopsis Quelque part en Europe. Younghee a tout laissé derrière elle : son travail, ses amis et son histoire d'amour avec un homme marié. Seule sur la plage, elle pense à lui : elle se demande s'il la rejoindra. Gangneung, Corée du Sud. Quelques amis trinquent : ils s'amusent de Younghee qui, ivre, se montre cruelle à leur égard. Seule sur la plage, son coeur divague : elle se demande combien l'amour peut compter dans une vie.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques