Critique Les Initiés

Les Initiés
Une plongée déroutante dans le monde à la fois brutal et poétique d'un homme contraint de taire son identité, tiraillé entre l'amour qu'il ressent pour un autre homme et son besoin de faire corps avec la société qui l'entoure.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Sébastien LAMOTHE

Critique du Film

Xolani, jeune ouvrier solitaire apparemment sans histoire, est sollicité par le père de Kwanda pour être l'initiateur de son fils au rite traditionnel de l'Ukwaluka qui rassemble une dizaine d'adolescents. A chacun d'entre eux est rattaché un khankatha, sorte de guide spirituel qui doit l'accompagner dans son passage à l'âge adulte. Il se déroule au milieu des montagnes du Cap oriental où les tentes sont plantées sous lesquelles chaque initié mange, boit et dort aux côtés de son mentor, et consiste essentiellement en une pratique rudimentaire de la circoncision à l'issue de laquelle les jeunes hommes encadrés par leurs aînés vivent une dizaine de jours sous le régime de la communauté.

En avoir ou pas

Les Initiés - Image 1Xolani, remarquablement interprété par Nakhane Touré (chanteur lui-même ouvertement homosexuel et appartenant à l'ethnie xhosa dont il joue l'un des membres dans le film) dont le regard (tour à tour craintif, amoureux ou farouche sous le coup de la menace) exprime avec peut être encore plus de vérité que la parole les sentiments et les intentions d'un personnage au verbe rare, est dès l'abord caractérisé par sa soumission et son sentiment de méfiance à l'égard des autres (on comprend bien pourquoi): yeux baissés, regard fuyant, épaules tombantes, il traverse l'entrepôt de la société pour laquelle il travaille. En proie aux moqueries et propos échangés sous cape qu'il doit endurer sans répondre, le secret de Xolani n'est pas si bien gardé qu'il y paraît. Peu importe, l'essentiel consistant bien plutôt dans le fait que "la chose" ne transparaisse pas au grand jour, sous peine de remettre en question les fondements archaïques d'une société où la sexualité est officiellement rattachée à sa fonction procréatrice, ce que confirme le discours transmis par les anciens à leurs jeunes initiés. Le délirant président du Zimbabwe lui-même, Robert Mugabe, n'affirme-t-il pas en réponse à son homologue Barack Obama, défenseur des droits des homosexuels, en 2013: "Nous avons besoin de perpétuer notre race, et cela vient de la femme, et non de l’homosexualité" (Washington Post, 25/07/2013; Max Fisher). Tradition menacée par le monde moderne, ses marchandises et sa technologie qui rompent la cohésion du groupe communautaire, introduisant l'inégalité et engendrant des rivalités en son sein. La double stigmatisation dont souffre Kwanda (homosexualité et origine urbaine) dont le rôle est tenu par Niza Jay, est en effet marquée dans les dialogues du sceau commun de la civilisation occidentale considérée comme source de maux multiples et plus particulièrement d'une féminisation de l'homme, préjugé universel de l'homophobie qui élargit le questionnement du film à celui de la masculinité d'un point de vue psychologique et social. Qu'est-ce qu'être un homme, et quelle doit être la place de l'homme (et donc en creux: de la femme) au sein de la société? Le film se garde bien heureusement d'y répondre.

Conflit de générations

De son côté, et tout en obéissant à la volonté de son père, Kwanda adopte un comportement systématiquement distant, voire ouvertement hostile, quelles que soient les circonstances, à l'encontre des autres membres de la communauté, incapable d'empathie réelle, ce qui a pour conséquence de créer par répercussion une distance entre lui et le spectateur, salutaire sur le plan de la neutralité du regard et de l'équilibre du jugement que le réalisateur entend porter sur chaque "camp" représenté par ses personnages, et sans doute ménagée en vue du dénouement de l'intrigue, qui pourrait avoir pour effet de nuire du moins en partie au processus d'identification opéré par le spectateur en rapport avec celui-ci, si son courage (et/ou son inconscience juvénile) n'était le révélateur de la mauvaise conscience de son instructeur. Car Xolani entretient une relation cachée avec Vija (Bongile Mantsai), l'un des guides du groupe, que Kwanda menace d'exposer au grand jour, mettant en péril la vie aux dehors respectables que ce dernier entend continuer parallèlement de mener auprès de son épouse et de ses enfants.

Jeu dangereux

Les Initiés - Image 2La bestialité des scènes de relations sexuelles (dont la crudité est atténuée par l'utilisation d'un montage aux intentions pudiques - lui-même symbolique de l'ombre à laquelle elles sont vouées - plans partiels des corps, contre-jour à la lumière de la lune) doit être associée à une volonté de domination et d'emprise exercées sur Xolani par Vija qui fait intuitivement écho pour le spectateur à la question de la force physique, corrélat culturel d'une représentation encadrée par les préjugés de la masculinité partagée par les sociétés archaïques autant que par celles, en apparence plus évoluées, qui l'ont gardée en dépôt au fond de leur inconscient collectif, et dont la civilisation occidentale est loin d'être exempte. En contrepoint, l'adaptation audacieuse au contexte particulier de l'intrigue du leitmotiv traditionnel dans la comédie du triangle amoureux permet de révéler en creux, sous les manigances tramées par Vija visant à éveiller la jalousie de Xolani, les sentiments enfouis qu'il éprouve pour lui. Leur expression physique au cours d'une séquence exposant l'intimité amoureuse et sexuelle qui existe entre les  deux hommes, empreinte d'une tendresse soulignée par le cadre idyllique de la nature et une lumière douce et chaude de serre mettant en valeur la sensualité des corps, que l'on est en droit d'interpréter allégoriquement comme une véritable mise à nu de l'âme, coïncide ainsi de manière significative avec le danger qu'il redoute le plus: celui de devoir reconnaître et accepter son désir, inséparablement relié au regard de l'autre avec lequel il se confond. Rôle moteur de l'intrigue auquel le personnage de Kwanda est d'ailleurs trop souvent réduit par le scénario. Impensable de l'amour entre deux hommes dont la caméra témoigne sous le couvert de la fiction mieux que ne pourrait le faire un long discours.

Cercles concentriques

Les Initiés - Image 3Ici, le décor ouvert sur la nature du film fonctionne paradoxalement comme un lieu clos, refermé sur lui-même, Eden figé dans un temps suspendu, régi par des lois éternelles (celles de la tribu, du clan, des dieux), où l'on ne goûte à la conscience-du-désir (fruit défendu) qu'au risque de s'en voir définitivement chassé: Eden sans retour. Issue fatale qui donne tout son sens tragique au film. Quoi qu'il décide, de s'assurer de façon irrémédiable que le secret de sa relation avec Vija reste bien gardé, ou qu'il laisse les évènements agir d'eux-mêmes, Xolani est condamné à briser le cercle sacré de la communauté en perdant dans les deux cas son honneur. Ainsi Kwanda a été remis par son père sous sa garde en tant que son instructeur particulier et Xolani a promis d'accomplir la mission qui lui a été personnellement confiée jusqu'au bout. Mais l'amour doit s'en mêler qui ne reconnaît d'autre maître que lui-même. Dilemme qui constitue à son tour un cercle, abstrait et qui englobe l'autre, d'autant plus infernal que le jeune homme en est l'initiateur et, plus encore, le porteur: on n'échappe pas à soi-même. Les lignes à haute tension (filmées en contre-plongée) qui entourent le camp et en constituent la frontière, semblent d'ailleurs appeler à rompre un équilibre rendu précaire, remis en question par l'irruption de signes se référant à la civilisation moderne (les chaussures de tennis portées par Kwanda). Les traditions peuvent-elles éternellement tourner le dos à la modernité, sous ses aspects aussi bien matériels que sociaux? La question est précautionneusement posée; l'avenir seul semble à même d'y répondre. Autre Eden (considéré comme tel par l'adolescent) que symbolise la ville de Johannesburg d'où vient Kwanda et où Xolani rêve de fuir quand bien même il s'annonce d'ores et déjà comme une nouvelle source de désillusion.

Informations

Détails du Film Les Initiés
Origine Afrique du Sud Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 88 '
Sortie 19/04/2017 Reprise -
Réalisateur John Trengove Compositeur Joao Orecchia
Casting Nakhane Toure - Bongile Mantsai - Niza Jay Ncoyini
Synopsis Afrique du sud, montagnes du Cap Oriental. Comme tous les ans, Xolani, ouvrier solitaire, participe avec d’autres hommes de sa communauté aux cérémonies rituelles d’initiation d’une dizaine d’adolescents. L’un d'eux, venu de Johannesburg, découvre un secret précieusement gardé… Toute l’existence de Xolani menace alors de basculer.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques