CRITIQUE : Scary Mother


Scary Mother

Critique du Film

Production nous arrivant de la Georgie, petite république faisant le lien entre la Russie et la Turquie, Scary Mother est le premier long métrage de la jeune réalisatrice Ana Urushadze. Après avoir réalisé deux courts métrages (Ideas et One Man Loved Me), c’est accompagnée de l’actrice Nato Murvanidze que la réalisatrice nous embarque dans un créatif drame psychologique, où la place de la femme dans la société géorgienne contemporaine est notamment questionnée. Une oeuvre forte et passionnante pour une réalisatrice assurément à suivre.

Manana est l’incarnation de ces femmes qui subissent un noyau familial où elles doivent vivre par procuration, le choix personnel étant écarté pour éviter d'abîmer les apparences.

Agée de 50 ans, Manana est une mère de famille qui ne vit que pour les autres. Dans cet univers envahissant, où son mari, notamment, se montre pointilleux et assujetti aux apparences, Manana a bien une échappatoire : l’écriture. Une absorbante passion peu comprise par son entourage, qui va marquer le déclin de sa famille. Nukri, le papetier du coin, souhaite absolument faire éditer le livre de Manana, qui cherche d’ailleurs toujours une fin à son histoire. Ayant peur de la réaction de son mari et de ses enfants, la mère de famille peine à trouver le bon moment pour dévoiler les pages de son roman. Le destin s'emballe car son ami Nukri arrive un jour à l’appartement de Manana, décidé à lire son histoire : s’ensuit le début d’une nouvelle page pour l’écrivaine.

Le foisonnant scénario de Scary Mother, écrit par la réalisatrice du film, aborde le destin d’une femme qui souhaite s’émanciper de son milieu social écrasant. Cantonnée dans un rôle par ses proches, elle doit faire bonne figure, quitte à en souffrir. Irradiée par sa famille nucléaire, Manana est l’incarnation de ces femmes qui subissent un noyau familial où elles doivent vivre par procuration, le choix personnel étant écarté pour éviter d'abîmer les apparences. Un noyau familial qu’Ana Urushadze s’amuse à déconstruire avec le personnage incarné par la brillante actrice Nato Murvanidze : elle met en exergue, au travers de l’écriture, le fruit d’une telle pression sociale et intellectuelle. Manana éclaire avec sa plume, tout en se défendant d’écrire sur elle, sur les névroses, les angoisses qu’elle rencontre dans son quotidien et la manière dont elle se perçoit elle-même (en monstre mythologique), à la croisée des chemins entre la réalité et la fiction. Et c’est évidemment cette rencontre avec ce qui est écrit qui cause la rupture avec sa famille : où, dans son roman, se trouve le vrai du faux (la thématique de la création est importante)? Le film brouille, tout du long, les pistes avant un final réellement éclatant. Une dernière scène peut-être un peu bavarde, mais qui à le mérite de donner quelques nécessaires clés pour lire l’histoire.

Scary Mother est ainsi une oeuvre calmement filmée, avec une magnifique photographie au ton froid et austère qui achève de donner au film un climat singulier, malgré un côté un peu formel. Plongé dans un univers post-soviétique, aux bâtiments rappelant une autre ère encore douloureuse, l’image prolonge la psychologie des personnages au travers de ses différents points de vues. De même, le film n’hésite pas à jouer avec une forme de mysticisme avec par exemple la chambre rouge de Manana (qui n’est pas sans rappeler celle, onirique, de Twin Peaks) ou encore les bruits que l’on peut entendre.

Pour son généreux premier long métrage, Ana Urushadze propose un étonnant récit qui parle autant de la place de la femme dans la société géorgienne (et de son émancipation) que celle de l’artiste, face à la création. Une générosité que l’on aurait apprécié parfois plus réservée, pour gagner surtout en efficacité. Reste un drame intellectuel singulier qui joue timidement avec le fantastique, à l'esthétique réussie et au propos intéressant.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Informations

Détails du Film Scary Mother
Origine Indisponible Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 107 '
Sortie Prochainement Reprise -
Réalisateur Ana Urushadze Compositeur
Casting Nato Murvanidze
Synopsis Manana est une mère de famille qui ne vit que pour les autres. Dans cet univers envahissant, où son mari notamment se montre pointilleux et assujetti aux apparences, Manana à bien un échappatoire : l’écriture. Une absorbante passion peu comprise, qui va marquer le déclin de sa famille.

Par Pierre LARVOL