CRITIQUE : Lucky


Lucky

Critique du Film

Lucky est un peu un film post-mortem dans le sens où il sort après la mort de Harry Dean Stanton, un acteur cher à nos cœurs depuis tant d'années. Il a été conçu pour lui et autour de lui, comme un hommage à sa personne chaleureuse en dépit des apparences, alors qu'il se savait déjà atteint du cancer qui allait l'emporter quelques mois plus tard. Il faut donc le voir ainsi, comme un chant du cygne, beau et funèbre, un dernier tour de piste pour l'une des silhouettes les plus familières du cinéma américain.

On retrouve dans Lucky la même atmosphère lente et contemplative, que dans Une Histoire vraie, film méconnu mais superbe de David Lynch, ainsi que le même attachement dénué de pitié ou de condescendance. mais empli de respect envers les personnes d'un certain âge.

Une silhouette longiligne s'avance dans un paysage désertique. On se croirait presque dans Paris, Texas. Mais on s'aperçoit de plus près que le bonhomme affiche trente ans de plus au compteur. C'est un clin d'œil parfaitement assumé de la part de John Carroll Lynch, acteur réalisant pour l'occasion son premier film, en rendant hommage à son ami Harry Dean Stanton. John Carroll Lynch s'était fait remarquer auparavant pour ses seconds rôles dans Gran Torino de Clint Eastwood ou surtout Zodiac où il incarne de façon terrifiante le plus probable présumé coupable de l'affaire.  Contrairement à ce que son nom laisse croire, John Carroll Lynch ne possède aucun lien de parenté avec David Lynch et n'a d'ailleurs jamais tourné avec lui. Cela ne l'a pas empêché d'engager David Lynch dans son film, pour tenir compagnie à Harry Dean Stanton, en compagnon de bar, qui vit avec sa tortue. Cela ne l'a pas empêché non plus de s'inspirer assez fortement pour Lucky d'Une Histoire vraie, l'un des films les plus méconnus du grand David. On y retrouve en effet la même atmosphère lente et contemplative, ainsi que le même attachement dénué de pitié ou de condescendance. mais empli de respect envers les personnes d'un certain âge.

Lucky avance un peu comme la tortue du film, doucement mais sûrement. Ce film ne possède pas à proprement parler d'intrigue dramatique. Il s'agit d'une chronique de la vie d'un homme d'un certain âge, au quotidien, une sorte de Jour sans fin, sans les rebondissements comiques. Il faut bien préciser "homme d'un certain âge" et non pas "vieux" car Harry Dean Stanton, en dépit de ses 90 ans, n'a jamais été vieux.

Toujours capable de s'étonner, de s'émouvoir ou de s'indigner, l'acteur nous convie à partager un moment de sa vie, en se mettant quasiment à nu. En excellente forme physique, malgré ses paquets de tabac, Lucky fait sa gym quotidienne, sa promenade, passe à sa cafétaria préférée, termine sa journée au bar. C'est la routine d'une vie tranquille, sans passion ni souci, jusqu'à ce qu'une chute le confronte à la possibilité de sa mortalité. Il ne changera pas pour autant sa manière de vivre (de toute façon, le médecin lui dit qu'arrêter de fumer lui ferait sans doute plus de mal que de bien) mais profitera peut-être un peu plus de ses moments privilégiés, en chantant, par exemple, lors d'une invitation à une soirée dans une famille mexicaine (passage très émouvant).

Lucky sait la différence entre être seul et se sentir seul et que rien ne changera jamais rien, en fin de compte. C'est ainsi avec une certaine sérénité qu'il se souvient de tout, d'un amour qui a échoué, ou de faits d'armes pendant la guerre. C'est ainsi que Lucky-Harry confiera son dernier sourire à la caméra lors d'un ultime plan déchirant. Rien de plus à dire, tout est dit, sans même le secours des mots. Le cow-boy n'a plus qu'à disparaître dans le lointain. Adieu Harry, repose en paix.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Informations

Détails du Film Lucky
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 88 '
Sortie 13/12/2017 Reprise -
Réalisateur John Carroll Lynch Compositeur
Casting Tom Skerritt - Harry Dean Stanton - David Lynch
Synopsis Lucky est un vieux cow-boy solitaire. Il fume, fait des mots croisés et déambule dans une petite ville perdue au milieu du désert. Il passe ses journées à refaire le monde avec les habitants du coin. Il se rebelle contre tout et surtout contre le temps qui passe. Ses 90 ans passés l'entraînent dans une véritable quête spirituelle et poétique.

Par David Speranski