CRITIQUE : Thelma


Thelma

Critique du Film

On ne doit pas confondre Joachim Trier, jeune cinéaste norvégien, avec Lars Von Trier, le grand maître danois. Pourtant ils pratiquent tous les deux un cinéma pour le moins intéressant, sinon passionnant. Après Nouvelle donne, passé inaperçu, le très remarqué Oslo 31 août et le plus mitigé et exposé Back home (avec Isabelle Huppert), Joachim Trier se risque courageusement au film de genre et cela lui réussit plutôt. Thelma est ainsi un film assez envoûtant sur une jeune fille possédée par un mal peu répertorié.

Au début du film, un père et sa petite fille chassent dans la forêt. Mais au moment de tirer sur sa proie, le père décide de cibler sa fille.  Ce prologue intrigant nous interroge sur les raisons de cette agressivité ou haine inattendue. Quelques années plus tard, on s'aperçoit que le père n'a pas tiré. Sa fille, Thelma, est étudiante à l'université et ressent ses premiers émois sensuels...

Pour décrire l'expérience cinématographique de ce film, ce serait comme si une héroïne de Bergman se transformait en Carrie chez Brian de Palma

A partir de là, Joachim Trier nous raconte une bien étrange histoire où l'on croit d'abord que Thelma souffre d'une éducation trop rigoriste, comme les enfants de Fanny et Alexandre, qui la conduit à éprouver de temps à autre ce qui semble être à première vue des crises d'épilepsie. On apprendra ensuite la différence entre des crises d'épilepsie et des crises psychogènes non épileptiques qui sont le véritable nom de Thelma, symptômes d'émotions qu'elle s'interdit et réprime à l'intérieur d'elle.  

Après un Back home en demi-teinte, intéressant mais trop confus, Joachim Trier renoue avec la réussite d'Oslo 31 août, en décrivant le quotidien d'une jeune femme solitaire qui ne trouve pas ses marques dans la société comme le protagoniste d'Oslo. Pour décrire l'expérience cinématographique de ce film, ce serait comme si une héroïne de Bergman se transformait en Carrie chez Brian de Palma. La réussite du film provient du fait que Joachim Trier se tient en équilibre sur un fil ténu entre horreur et mélancolie et parvient à ne pas tomber d'un côté ou de l'autre. Cela fait ainsi plaisir de voir le retour en forme d'un auteur intéressant qui s'inscrit dans le renouveau d'un cinéma nordique, dont The Square serait l'étendard. 

Verdict Note : Exceptionnel ! Exceptionnel !

Informations

Détails du Film Thelma
Origine Norvège Signalétique Sensibilité Spectateurs
Catégorie Film Genre Drame - Science - Fiction
Version Cinéma Durée 116 '
Sortie 22/11/2017 Reprise -
Réalisateur Joachim Trier Compositeur
Casting
Synopsis Thelma, une jeune et timide étudiante, vient de quitter la maison de ses très dévots parents, située sur la côte ouest de Norvège, pour aller étudier dans une université d'Oslo. Là, elle se sent irrésistiblement et secrètement attirée par la très belle Anja. Tout semble se passer plutôt bien mais elle fait un jour à la bibliothèque une crise d'épilepsie d'une violence inouïe. Peu à peu, Thelma se sent submergée par l'intensité de ses sentiments pour Anja, qu'elle n'ose avouer - pas même à elle-même, et devient la proie de crises de plus en plus fréquentes et paroxystiques. Il devient bientôt évident que ces attaques sont en réalité le symptôme de facultés surnaturelles et dangereuses. Thelma se retrouve alors confrontée à son passé, lourd des tragiques implications de ces pouvoirs...

Par David Speranski