CRITIQUE : M


#Chef

Critique du Film

M n'est pas le remake de M le Maudit de Fritz Lang (Joseph Losey s'en est déjà chargé) ni le biopic de Matthieu Chédid (cela reste à faire). Ses amis ou proches ont sans doute prévenu Sara Forestier de la confusion possible mais elle n'en a fait qu'à sa tête avec le courage et la belle inconscience qui la caractérisent. Disons-le, elle a eu absolument raison d'appeler son film comme elle le ressentait, c'est-à-dire en référence à l'initiale du prénom de son protagoniste masculin Mo et surtout en clin d'œil à l'amour, thématique principale de son premier long métrage. Car est un cri d'amour envers les délaissés de la vie, ceux qui souffrent de handicaps, ceux que certains négligent et laissent parfois de côté car ils n'ont pas eu de chance, ceux qui, malgré tout, ont droit à leur part, même minuscule, de lumière et de bonheur.   

M ressemble à son auteur, Sara Forestier, d'une sincérité incommensurable, d'une générosité immense, avec un cœur gros comme le monde entier. Si vous l'aimez, il y a de fortes chances que vous aimerez son film.

M raconte en effet la rencontre entre deux déclassés, Lila une jeune lycéenne bègue qui doit passer son bac de français, interprétée avec beaucoup d'honnêteté et de pudeur par Sara Forestier elle-même (qui a toujours incroyablement le physique d'une ado), et Mo, un beau parleur, amateur de courses de voiture clandestines, qui cache un douloureux secret: il est illettré.

De ce synopsis assez improbable, il eût été facile d'en faire un film assez imbuvable et caricatural. Pour son premier film, Sara Forestier ne tombe pas dans ce piège grossier et par une belle attention aux autres, rend humains et crédibles ses personnages. Bien qu'elle joue dans son film le rôle féminin principal, on ne ressent pas une seule seconde l'impression qu'elle tire la couverture à elle ; elle aurait même plutôt tendance à jouer profil bas et à laisser l'espace à son partenaire masculin, Redouanne Harjane. Sara Forestier est pourtant dans M absolument merveilleuse, bluffante et magnifique en gros plan, parfaite dans ses déplacements et ses intonations, sans jamais pour autant donner libre cours à une performance à la Dustin Hoffman qui, dans ce contexte, semblerait de mauvais goût.

Pour le style, Sara Forestier a pas mal emprunté à son mentor Abdellatif Kéchiche: on retrouve en effet le goût des gros plans, la caméra portée et le côté brut de l'image. Néanmoins, étant donné le sujet, Sara Forestier réalisatrice se montre beaucoup plus drôle et sentimentale que Kéchiche. L'humour permet ainsi de faire passer bien des scènes (la scène du resto, la scène d'apprentissage de la lecture avec la formidable Liv Arden, à qui, d'une certaine manière, Sara passe le flambeau. Pourtant on pourra aussi déceler dans son premier long métrage une étrange influence de la Nouvelle Vague. En effet, que ce soit par les intertitres poétiques très godardiens ou la présence de Jean-Pierre Léaud (dans un rôle diamétralement opposé à celui de ses débuts) ou la thématique de l'analphabétisme (cf. L'Enfant sauvage de Truffaut), Sara Forestier semble rendre hommage également à deux pères fondateurs de la Nouvelle Vague, se désignant comme héritière du cinéma français tout entier, dans ses tendances les plus opposées, le côté littéraire et le naturalisme.

Bien sûr, M, en tant que premier coup d'essai, est aussi un peu imparfait, -certaines séquences tournant un peu en rond et étant peut-être trop brutes de décoffrage-, mais d'une imperfection sympathique et crânement assumée. M ressemble à son auteur, Sara Forestier, d'une sincérité incommensurable, d'une générosité immense, avec un cœur gros comme le monde entier. Si vous l'aimez, il y a de fortes chances que vous aimerez son film.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Informations

Détails du Film M
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 98 '
Sortie 15/11/2017 Reprise -
Réalisateur Sara Forestier Compositeur
Casting Sara Forestier - Jean-Pierre Léaud - Redouanne Harjane - Liv Andren
Synopsis Mo est beau, charismatique, et a le goût de l'adrénaline. Il fait des courses clandestines. Lorsqu'il rencontre Lila, jeune fille bègue et timide, c'est le coup de foudre. Il va immédiatement la prendre sous son aile. Mais Lila est loin d'imaginer que Mo porte un secret : il ne sait pas lire.

Par David Speranski