CRITIQUE : Pour le réconfort


Pour le réconfort

Critique du Film

D'abord reconnu dans le milieu théâtral par ses mises en scène anticonformistes de grandes figures de la culture (Hamlet, l'Idiot de Dostoïevski), Vincent Macaigne est une sorte d'OVNI dans l'univers artistique français. Il trouve ainsi le moyen de jouer un rôle important dans la comédie-vedette française de l'année, Le Sens de la Fête, tout en sortant son premier film et en continuant son travail de metteur en scène de théâtre. Vincent Macaigne est ainsi partout, du centre à la marge, s'appropriant avec un bel appétit de vivre le cinéma populaire comme le cinéma d'auteur. Vivant, tel est en effet Pour le réconfort, son premier film, et cela fait du bien de voir un tel film après avoir accumulé dans les mirettes tant d'objets inanimés et formatés. Pour le réconfort est un cri existentiel qui interroge sur ce que toute une génération est devenue dans le marasme économico-libéral, un film vivant qui nous met en contact avec des personnes authentiques, ce qui, par les temps qui courent, n'a pas de prix.   

Chaleureusement vivant, Pour le réconfort ne ressemble à aucun autre film et pourra peut-être heurter les amateurs de sensations tièdes. Pour les autres, il s'agit d'une expérience riche de promesses qui résonne très profondément dans l'humain et c'est cela seul qui importe.

Lointainement adapté de La Cerisaie de Tchékhov, Pour le réconfort nous fait ainsi connaître Pauline et Pascal, deux bourgeois qui ont dilapidé leur héritage après des années de voyage et reviennent sur leurs terres à Orléans, alors qu'ils se retrouvent dans l'incapacité de payer les traites de leur domaine. Leurs amis d'enfance, Laurent et Laure, se sont occupés du domaine en leur absence tandis qu'Emmanuel souhaite le racheter pour y installer une maison de retraite. Pauline et Pascal ont du mal à accepter le caractère inéluctable de la vente de leur domaine familial.

Dans son premier film, après le moyen métrage, Ce qui restera de nous, Vincent Macaigne semble installer une sorte de conflit entre classes sociales, les bourgeois-bohèmes qui vont visiter la planète, citoyens d'un Nouvel Ordre Mondial et les pauvres restés en région, en quête d'enrichissement, peut-être futurs parvenus. Mais leur affrontement n'aura rien de réellement manichéen. Même s'il s'agit de faire la critique d'une certaine déshumanisation libérale du monde, Macaigne souhaite avant tout se concentrer sur l'humain et ses états d'âme. En effet, il s'agit davantage d'interroger la place de cette génération à laquelle il appartient qui ne se reconnaît plus forcément dans le monde où elle vit, ses espoirs enfuis, ses illusions perdues (un peu comme lorsque Rubempré revient dans sa région natale après s'être brûlé les ailes à Paris), ses souhaits de transmission, sa peur de ne pas avoir suffisamment vécu.  

Une mélancolie très russe plane ainsi sur ce long métrage, entrecoupée d'engueulades mémorables qui nous rappellent que lorsque certains s'engueulent parfois, c'est une étrange manière de rechercher l'estime de l'autre. Le film est également très drôle et regorge de séquences cultes comme lorsque ces amis parlent de Facebook ou se retrouvent à visiter une maison de retraite, en proclamant "la vieillesse c'est l'avenir! ". Techniquement, fait de bric et de broc, chaleureusement vivant, Pour le réconfort ne ressemble à aucun autre film et pourra peut-être heurter les amateurs de sensations tièdes. Pour les autres, il s'agit d'une expérience riche de promesses qui résonne très profondément dans l'humain et c'est cela seul qui importe.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Informations

Détails du Film Pour le réconfort
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 91 '
Sortie 25/10/2017 Reprise -
Réalisateur Vincent Macaigne Compositeur
Casting Joséphine de Meaux - Laure Calamy - Pascal Reneric - Emmanuel Matte - Pauline Lorillard - Laurent Papot
Synopsis Pascal et Pauline reviennent sur les terres de leurs parents après des années de voyage, et se retrouvent dans l'impossibilité de payer les traites du domaine. Ils se confrontent à leurs amis d'enfance qui eux, d'origine modeste, n'ont jamais quitté leur campagne. Et à Emmanuel surtout, qui veut racheter leur terrain au meilleur prix pour l'expansion de ses maisons de retraite. Entre les amitiés d'hier et les envies de demain, la guerre aura-t-elle lieu ?

Par David Speranski