CRITIQUE : Kingsman : Le Cercle d'or (Kingsman: The Golden Circle)


Kingsman : Le Cercle d'or

Critique du Film

Alors que Matthew Vaughn nous faisait redécouvrir le genre du film d’espionnage avec son survolté Kingsman en 2015, le réalisateur anglais nous propose cette année de poursuivre l’aventure des agents aux costumes trois-pièces avec une suite nommée Le cercle d’or. Si jusqu’ici le cinéaste se disait allergique aux suites, son expérience avec Kingsman l’a cependant convaincu d’outrepasser cette règle par plaisir de retrouver une nouvelle fois les personnages du film à l’écran. Un plaisir assurément partagé par les spectateurs, curieux de voir comment Matthew Vaughn pouvait prolonger l’efficace expérience du premier épisode. Le moment du verdict venu, difficile de ne pas cacher une certaine déception de la part de ce Cercle d’or qui, bien que divertissant, semble souffrir de lacunes l'empêchant d'être autre chose qu'une suite qui favorise très clairement la forme au fond.

Dans ce second épisode Eggsy "Galahad" et Merlin partent à la rencontre des Statesman, les homologues américains des Kingsman. Du costume au bourbon, les deux organismes forment depuis le pays de l'Oncle Sam la bataille à mener contre Poppy, la tête pensante d'un puissant cartel de la drogue qui menace la vie de très nombreux civils et qui a réduit en cendres les quartiers généraux de l'organisation Kingsman. Ce qu'il faut retenir du scénario de ce volet, c'est qu'il propose une mécanique très semblable à celle de l'opus précédent... la surprise malheureusement en moins. Les ficelles n'ont pas fondamentalement évolué, l'intrigue se contentant de reprendre les grandes heures de Kingsman, le tout saupoudré d'une virulente critique vis-à-vis de la politique américaine. Là où l'apport aurait pu être réel avec les nouvelles personnalités à l'écran, la pauvreté de l'écriture empêche la bonne exploitation de ces personnages que l'on aurait apprécié plus marqués. Déception d'autant plus grande que Julianne Moore en Némésis n'atteint pas la prestation autrement plus atypique et marquante de Samuel L. Jackson dans le premier épisode. Si on apprécie malgré tout sa douce cruauté, on retiendra plus facilement ses cerbères mécaniques ainsi que le caméo d'un célèbre chanteur qui l'accompagne dans son quartier général reculé. Finalement le salut de ce second épisode vient surtout de sa réalisation, le cinéaste proposant une expérience visuellement spectaculaire.

Les ficelles n'ont pas fondamentalement évolué, l'intrigue se contentant de reprendre les grandes heures de Kingsman, le tout saupoudré d'une virulente critique vis-à-vis de la politique américaine.

Dès les premières minutes du film, le ton est donné : les mirettes vont se régaler de scènes d'action sans concessions. Et de ce côté, la réussite est totale. Matthew Vaughn enchaîne à l'image les courses-poursuites, fusillades et autres cascades improbables avec une efficacité rare. Un travail complété par un univers visuel plus "cartoonesque" que par le passé, l'imagination ayant été clairement débridée aussi du côté des décors (la base de Poppy par exemple) que de l'arsenal des différentes organisations. De même, la bande-son du film soutient avec une grande énergie les scènes d'action. En ce qui concerne le casting, on retiendra notamment la prestation de Pedro Pascal en Statesman armé d'un étonnant lasso.

Ce deuxième épisode souffle au final le chaud et le froid : si l'expérience n'est évidemment pas désagréable dans l'ensemble, on constate avec regret que le cinéaste n'a pas su proposer autre chose qu'une réplique déséquilibrée de son modèle. Entre des ficelles scénaristiques déjà vues, des nouveaux personnages décevants et un humour moins brillant, difficile de ne pas regretter l'écriture superficielle du film. Restent une énergique réalisation, quelques appréciables idées et une réelle envie de divertir pour une suite qui, tout au plus, n'offre qu'un plaisir assurément coupable. 

Verdict Note : Moyen. Moyen.

Informations

Détails du Film Kingsman : Le Cercle d'or (Kingsman: The Golden Circle)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Action - Comédie
Version Cinéma Durée 141 '
Sortie 11/10/2017 Reprise -
Réalisateur Matthew Vaughn Compositeur Henry Jackman
Casting Mark Strong - Julianne Moore - Colin Firth - Channing Tatum - Taron Egerton
Synopsis Les Kingsman reprennent du service dans ce second épisode contre un nouvel ennemi nommé "Poppy". L'occasion de rencontrer les Statesman, l'homologue américain de l'organisation.

Par Pierre LARVOL