CRITIQUE : Demain et tous les autres jours


Demain et tous les autres jours

Critique du Film

Absente depuis le succès de Camille redouble en 2011, Noémie Lvovsky revient à la réalisation avec son sixième long métrage, Demain et tous les autres jours, sorti demain (27 septembre 2017) et visible tous les autres jours. Ce dernier opus représente d'une certaine manière un éternel retour à l'enfance.

Demain et tous les autres jours est par conséquent un film réussissant une jolie et habile rupture dans la continuité au sein de l'œuvre lvovskienne, qui s'avère d'une grande cohérence. Un vrai bijou, à ne pas manquer.

Ce nouveau film est en effet l'histoire de Mathilde (Luce Rodriguez) qui habite seule avec sa mère (Noémie Lvovsky). Sa mère est atteinte d'un trouble de la personnalité qui l'empêche d'avoir pleinement conscience de ses responsabilités : elle est une adulte immature. Entre sa vie d'enfant, s'occuper de sa mère et de son père (Matthieu Amalric) qui n'est là virtuellement que par Skype, Mathilde a ainsi une vie très intense. Heureusement sa mère lui fait cadeau d'une chouette qui parle. Elle va devenir sa confidente, sa bouée de sauvetage.

La plus jeune des quinquagénaires du cinéma français nous surprend encore aujourd'hui avec un film dont le ton est inédit dans sa cinématographie. A la différence de son rôle dans Camille Redouble, la mère partage ici le rôle principal avec sa fille. Loin des conditions habituelles de mère et de fille, les deux personnages entretiennent une relation fusionnelle, une sorte d'amour sororal, puissant et réciproque. Lorsque l'on doit fêter Noël à deux et que maman n'est pas là, Mathilde prépare seule tout le repas, dresse le couvert et attend patiemment, discutant avec son partenaire ailé. Lorsque la SNCF l'appelle pour lui dire que sa “soeur” est perdue dans une gare de banlieue, Mathilde sait garder son sang-froid, mentir et dire qu'elle sera bien évidemment présente pour la réceptionner à la gare Saint-Lazare. Cette relation exceptionnelle, elle est permise grâce à un amour sans bornes et à un émerveillement perpétuel qui sont propres au cinéma de Noémie Lvovsky et qui permettent à ses personnages de rester en équilibre sur la frontière entre leur individualité et leur fonction sociale. Des personnages entre l'enfance et la maturité, entre la maternité et la fuite mais toujours dans l'écoute et l'amour du prochain.

A la manière de Yolande Moreau pour laquelle elle a une sympathie sans bornes, Noémie Lvovsky incarne un personnage hors norme, un personnage qui choque et dérange les autres parents, qui excède sa fille, sans jamais faire basculer le spectateur dans la tristesse et la pitiéUne personne attachante tout autant qu'elle est marginale. Elle emmène le spectateur dans un monde qui émerveille sans être Candide, un monde qui attriste sans apitoyer. Luce Rodriguez campe ainsi une Mathilde à la force combative incroyable, qui transcrit à merveille cet amour sauvage, voire destructeur qui la lie à sa mère. La figure du père n'arrive que tard dans le film, et il apparaît comme une conscience, un rappel à la réalité mais toujours dans la tendresse, sans jamais être moralisateur.

Saluons également la performance d'Anaïs Desmoustier qui, bien qu'elle ne fut pas prévue à l'écriture, a fait un travail incroyable d'appropriation du jeu de Luce, et donne au film un final poétique. Enfin, et comme à son habitude, Noémie Lvovsky invite dans son oeuvre de nombreuses figures émergentes du cinéma français: c'est ainsi que l'on voit Maxence Tual (Les Chiens de NavarreApnée de Jean Christophe Meurisse) en concierge fataliste et que l'on ne voit pas Micha Lescot, caché en voix off, puisqu'il interprète une chouette.

Demain et tous les autres jours est par conséquent un film réussissant une jolie et habile rupture dans la continuité au sein de l'œuvre lvovskienne, qui s'avère d'une grande cohérence. Un vrai bijou, à ne pas manquer.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Informations

Détails du Film Demain et tous les autres jours
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 91 '
Sortie 27/09/2017 Reprise -
Réalisateur Noémie Lvovsky Compositeur
Casting Mathieu Amalric - Noémie Lvovsky - Anaïs Demoustier - Micha Lescot
Synopsis Mathilde a 9 ans. Ses parents sont séparés. Elle vit seule avec sa mère, une personne fragile à la frontière de la folie. C'est l'histoire d'un amour unique entre une fille et sa mère que le film nous raconte.

Par Stéphane ODROBINSKI