CRITIQUE : Yo-Kai Watch


Yo-Kai Watch

Critique du Film d'Animation

Voici arrivé Yo-Kai Watch, le nouveau Pokémon des cours de récré et série particulièrement appréciée des plus jeunes. Cette fois ce ne sont plus des « Pocket Monster » mais des « Pockets Cats ». C'est une nouvelle série et pourtant elle n'a rien d'innovant puisqu'elle repompe très exactement les mêmes codes avec des petites créatures que l'on invoque pour se battre à notre place afin d'essayer de rétablir l'ordre et la justice dans un monde continuellement la cible de toutes les entités maléfiques existantes. Et ce quel que soit l'univers de l'histoire. Concept universel mais manifestement toujours aussi efficace.

Yo-Kai Watch ne présente aucun intérêt puisqu'il vise juste à faire vendre les futurs jouets tirés de la licence et se place comme un leader dans le nivellement vers le bas de l'intérêt de faire des films d'animation.

Mais finalement, d'où ça sort Yo-Kai Watch? Comment une nouvelle licence comme celle-ci est parvenue à s'immiscer dans l'esprit des jeunes enfants comme l'a fait Pokemon à sa grande époque ou tant d'autres animés par la suite? Pour être franc, ils ont tout misé sur le merchandising et les produits dérivés, d'une manière si exacerbée que ça en devient indigeste. Yo-Kai Watch n'est qu'un pur produit marketing, d'où le titre "Yo-Kai Watch 'le film'" qui sous-entend effectivement qu'ici, c'est le film le produit dérivé. Si Pokémon avait au moins l'originalité de créer un objet tout nouveau qui deviendrait un jouet, à savoir la Pokéball, et Beyblade a finement relancé l'attrait des toupies chez les jeunes, Yo-Kai Watch.... se contente d'une simple montre.
Avant on avait :
« POKEBALL GO ! »
« HYPER VITEEEEEEEEESSE »
Désormais on aura :
« Excusez-moi monsieur, quelle heure est-il ? »
« YO-KAIIIIIIIII »
...

Pourtant l'histoire est dotée de quelques habiletés intéressantes. Malgré un remplissage de blagues et d'humour particulièrement pauvre, vraiment prévu pour des enfants de moins de 6 ans environ, le message de fond est très important. Il met en avant la cohésion sociale, l'entraide, l'union, des notions de vie, aujourd'hui bien trop souvent mises de côté. Pour cela, le film répond très bien au public visé en inculquant l'une des notions de vie les plus importantes à de très jeunes enfants. Les messages sont très simples, voire clairement énoncés, et parviennent à s'immiscer dans l'esprit du spectateur au travers de héros assez charismatiques tout de même pour leur âge. Par ailleurs, c'est une histoire qui ose se baser sur le voyage temporel. Certes cela reste expliqué très sommairement, mais c'est un sujet assez compliqué initialement et difficile à raconter à des enfants en conservant un minimum de cohérence. D'autre part, et cela dépendra totalement de la réception des spectateurs plus adultes, mais Yo-Kai Watch use énormément de références populaires et en grande majorité à Star Wars, jusqu'à certains personnages parfaitement inspirés de ceux d'origine, tel Maître Niada qui mixe à la fois le Yoda de la trilogie originale à celui de la prélogie, pour ne citer qu'un clin d'oeil parmi tant d'autres..

La licence n'existe donc que sur le merchandising et les clins d'oeils, ce qui est assez pauvre et assez peu intéressant. Elle inondera les cours de récré quelques mois, peut-être un an, mais tombera rapidement dans l'oubli contrairement à Pokémon qui a durablement su impacter plusieurs générations d'adolescents et de pré-adolescents. Aujourd'hui les dessins-animés (ou les films d'animation en règle générale) semblent toujours plus s'orienter vers un public de plus en plus jeune car il y est totalement réceptif et les parents ne font même pas attention à ce qu'ils font voir à leur enfants. Comme en témoigne le nombre d'enfants ahurissant devant Lego Movie qui sont ressortis sans avoir strictement rien compris (et ne parlons pas de Sausage Party qui s'est pris son lot de pétitions...). C'est dommage car cela dénature le véritable intérêt du film d'animation qui n'est, non seulement pas exclusif aux jeunes enfants, mais qui en plus fait preuve de moins en moins de satire sur la société comme l'ont fait nombre de dessins animés à l'époque de la Seconde Guerre Mondiale par exemple. Quoiqu'il en soit, même si le public visé est très jeune, Yo-Kai Watch ne présente aucun intérêt puisqu'il vise juste à faire vendre les futurs jouets tirés de la licence et se place comme un leader dans le nivellement vers le bas de l'intérêt de faire des films d'animation. 

Verdict Note : Maladroit sur de nombreux points. Maladroit sur de nombreux points.

Informations

Détails du Film d'Animation Yo-Kai Watch
Origine Japon Signalétique Tous Publics
Catégorie Film d'Animation Genre Comédie - Dessins Animés - Animation - Manga
Version Cinéma Durée 95 '
Sortie 09/08/2017 Reprise -
Réalisateur Shigeharu Takahashi - Shinji Ushiro Compositeur
Casting
Synopsis YO-KAI WATCH suit les mésaventures hilarantes de Nathan, un jeune garçon tout à fait normal qui découvre les facétieux Yo-kai qui l’entourent, des êtres invisibles responsables des petits tracas quotidiens. Notre jeune héro se voit offrir une montre spéciale, lui permettant de découvrir et d’invoquer de mystérieux Yo-kai, de s’en faire des amis et ensuite, de travailler ensemble pour résoudre les problèmes quotidiens… problèmes souvent causés par des Yo-kai trouble-fête ! Les deux fidèles compagnons qui accompagnent Nathan, les Yo-kai Whisper et Jibanyan sont une adaptation moderne de figures de la mythologie japonaise.

Par Aymeric DUGENIE