CRITIQUE Le Grand Méchant Renard Et Autres Contes

Le Grand Méchant Renard Et Autres Contes

Critique du Film d'Animation

Le Grand Méchant Renard et autres contes. Spectateurs, vous voilà informés. Le titre est clair et révélateur, il s’agit d’un retour à un genre trop oublié aujourd’hui, le conte et son objectif en tant que tel. Le conte en lui-même a beaucoup changé depuis son origine, mais depuis longtemps il a comme procédé d’être relativement simple et compréhensible, au même titre qu’une fable, et est éducateur de certaines problématiques sociales. Le genre du conte étant souvent relegué à un public très jeune, les réalisateurs Benjamin Renner et Patrick Imbert semblent avoir pris ici le pari de clairement orienter leur travail pour plaire à de jeunes enfants.

Au-delà de la simplicité de narration et l’aspect enfantin des dessins, ce qui est particulièrement bien vu c’est tout l’univers créé et sa mise en scène. Le conte au cinéma est une problématique récurrente des sujets de master en cinéma, et parfois même des intitulés de leurs cours. Cependant, ces adaptations se perdent bien souvent dans une similarité très triste et oublient quelques éléments essentiels. Plus les techniques de cinéma s’améliorent, plus les contes deviennent épiques, lorgnant alors vers l’heroïc fantasy et quittant leur aspect de simple conte. D’autre part, le conte était avant tout oral, car l’on conte une histoire, la phrase emblématique « Il était une fois » en est un rappel constant qui a parfois perdu de sa signification. C’est là que le film d’animation réussit un certain tour de force en mettant en scène ces histoires comme une pièce de théâtre à part entière. D’autres films l’ont fait maintes et maintes fois, et certainement même des films d’animation, mais c’est tout le contexte qui est à saluer ici. Le style graphique jure totalement avec la qualité visuelle en CGI des films d’animation de ces 15 dernières années comme une preuve de la volonté de revenir à quelque chose d’un peu plus traditionnel en terme de visuel. Un véritable dessin (manuel) animé.

Véritable petite pépite de mise en scène qui offre un retour aux sources des contes en proposant l'histoire comme une pièce de théâtre enchanteresse et attendrissante qui s'adresse aux petits et aux grands

Par ailleurs le conte est intimement lié au côté théâtral dans la nature même de ses personnages. Il y a un côté très Fables de La Fontaine avec des personnages animaux qui ont des caractères très dictés. C’est en cela que tout s’imbrique parfaitement. Le côté conte, à la fois enfantin et attendrissant avec des personnages hauts en couleurs et très joyeux, avec le côté pièce de théâtre qui allège grandement les enjeux de l’histoire mais la rend beaucoup plus intéressante, comme si on pouvait s’attendre à ce qu’il y ait une autre histoire en dehors de celle des contes en question. Car l’univers créé est très simple, c’est une ferme, le cadre est défini, on sait qu’il n’évoluera pas. Pourtant ce qu’il s’y passe offre une certaine liberté de ton, cela s’adresse à un public jeune c’est assumé, pour autant ce n’est pas immature, c’est même très intelligemment fait. L’histoire peut donc convenir à tout le monde grâce à son aspect enchanteur et bienveillant. On ne regrettera que 2 choses. En premier lieu sa durée vraiment très courte, mais c’est peut-être aussi ce qui permet au long métrage d’avoir plus d’impact. Le fait d’être diffusé comme une pastille d’une heure environ permet également d’intensifier l’entrée dans ce nouvel univers. En second lieu son léger manque de poésie par rapport à Ernest et Célestine qui offrait une sérieuse bouffée d’air frais.

En fin de compte, Le Grand Méchant Renard et autres contes finit de convaincre que son créateur, Benjamin Renner, possède un véritable univers et un style bien défini. Cette volonté de faire des films d’animation, dont le style est totalement différent de ce qu’on a l’habitude de voir, donne également plus d’impact aux histoires. Inutile de se le cacher, vos séances seront remplies d’enfants, mais l’adulte que vous êtes saura se laisser convaincre par l’enfant qui sommeille en vous.

Note : Un très bon moment en perspective. Verdict : Un très bon moment en perspective.

Aymeric DUGENIE

Laissez un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous afin de laisser un commentaire.