CRITIQUE : Le Couteau dans l'Eau (Noz w wodzie)


Le Couteau dans l'Eau

Critique du Film

En plein cœur de la tornade cannoise en ce mois de mai 2017, Carlotta décide de ressortir en version restaurée les trois premiers films de Roman Polanski : Le Couteau dans l'eau ; Répulsion ; Cul-de-Sac.

Roman Polanski a 29 ans quand en 1962 il réalise son premier long-métrage, Le Couteau dans L'eau. Seul véritable long-métrage réalisé en Pologne par Roman Polanski, on peut le considérer comme étant déjà un coup de maître. Sans véritable budget et sortant tout juste de l'école de cinéma de Lodz, Roman Polanski met en scène un film minimaliste. Un trio de comédiens, une seule unité de lieu et une histoire se déroulant sur deux jours. Le film va se reposer essentiellement sur ses comédiens. Là, va être la grande réussite du néo-réalisateur, tant la tension qu'il va orchestrer pendant tout le film va nous happer dans une dualité masculine tendue.

Le film présente un couple en voiture engagé sur la route pour un week-end de croisière sur leur voilier. Le mari manque de renverser un jeune auto-stoppeur placé au milieu de la route pour obliger la voiture à s’arrêter. La discussion s’amorce puis l’auto-stoppeur entre finalement dans la voiture. Il finit même par accompagner le couple sur le bateau…

Accompagné au scénario par son ami étudiant Jerzy Skolimowski (Deep End), Roman Polanski se joue de bien des facilités pour amorcer son récit. Qui aurait invité un auto-stoppeur inconnu à passer le week-end sur son voilier avec sa femme ? Réellement personne. Il faut dire que les tensions débutent assez tôt dans le film avec l'épouse au volant. Andrejz, le mari, s'impatiente de sa conduite et reprend le volant. Dès les premiers instants, Andrzej a besoin d’affirmer son autorité. Pire, il se montre condescendant après avoir manqué de renverser le jeune auto-stoppeur au milieu de la route en remarquant ce qui aurait pu arriver si son épouse avait encore été au volant. Avant d'inviter le jeune homme sur le bateau, le combat commence dans la voiture. Le mari se joue de ce jeune homme. Il se rassure face à tant de liberté.

Un premier essai minimaliste où l'étudiant Polanski explore l'instruction apprise à Lodz. Il y étale surtout tout son cinéma, sa vision, ses perturbations, son questionnement.

À l'arrivée sur le ponton de la rivière, il met au défi le jeune homme. Andrejz refuse de le laisser partir se rassurant d'être le mâle dominant. Le mari est l'image d'un pays communiste se rassurant d'être fort par rapport à l'Europe et le reste du monde épris d'une certaine liberté. Il faut dire que Roman Polanski sort régulièrement de cette Pologne pour rejoindre sa sœur à Paris. Il passe ses séjours enfermés dans les salles obscures de la cinémathèque d'Henri Langlois. Il y rattrape les films qui ne sortent pas en Pologne, se nourrit d'une autre culture, d'un autre monde.

Le rapport de force s'installant entre Andrejz et l'auto-stoppeur est cette même représentation. Ce n'est pas pour rien que Le Couteau dans l'Eau sera le seul film polonais de Roman Polanski. Répulsion, son deuxième effort, sera une production française avec Catherine Deneuve tournée à Londres.
Le Couteau dans l'Eau sera très mal reçu en Pologne lors de sa sortie. Polanski ira chercher la reconnaissance ailleurs. Le film remporte le Prix FIPRESCI de la critique internationale lors de la Mostra de Venise en 1962. Il est aussi nommé dans la catégorie du meilleur film étranger lors de la cérémonie des Oscars en 1964. L'homme est contesté par ses multiples voyages et le tournage du film a été pénible. Le réalisateur fut confronté à la Police puis dut encore faire face à la sortie du film, outre les mauvaises critiques, au divorce avec sa première épouse, l’actrice Barbara Kwiatkowska. Une première expérience douloureuse qui va lui donner cette envie de changer d'air. Cette instabilité se fera ressentir tout le long de sa carrière. Des films en France, en Angleterre et aux États-Unis, il est un véritable globe-trotter piochant l'inspiration où il le peut.

Mais découvrir Le Couteau dans l'Eau aujourd'hui permet d'y voir dès les premiers instants que Polanski déploie dans le film les motifs qui se répéteront tout au long de sa carrière  : tension sexuelle palpable, construction narrative en boucle, jeu de l'espace hors du commun... On vous renvoie pour ce dernier à La Jeune Fille et la Mort et Carnage.

Le Couteau dans l'Eau est la (re)découverte du cinéma de Roman Polanski, une occasion en or de pouvoir (re)voir les classiques d'un jeune homme avant l'explosion via Le Bal des Vampires. Le Couteau dans l'Eau est un premier essai minimaliste où l'étudiant Polanski explore l'instruction apprise à Lodz. Il y étale surtout tout son cinéma, sa vision, ses perturbations, son questionnement. Il y a au cœur de ce Couteau dans l'Eau, un savoir-faire, un œil et un sens du cadre. Les plans sont sublimement orchestrés, une manière chirurgicale d'opérer le cadre comme il le répétera au fur et à mesure de sa longue filmographie. On pense notamment à Répulsion, mais aussi au Locataire.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Informations

Détails du Film Le Couteau dans l'Eau (Noz w wodzie)
Origine Pologne Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Suspens
Version Cinéma Durée 94 '
Sortie 26/04/1963 Reprise 24/05/2017
Réalisateur Roman Polanski Compositeur Krzysztof Komeda
Casting Leon Niemczyk - Jolanta Umecka - Zygmunt Malanowicz
Synopsis Andrejz et Christine, un couple fortuné, décident de partir en croisière. Sur leur chemin, ils font la rencontre d'un jeune homme sur le bord de la route à qui ils proposent de les suivre à bord de leur yacht. Malgré leur bonne entente de départ, la différence sociale entre le couple et leur invité va provoquer quelques frictions.

Par Mathieu Le Berre