Critique La Belle et La Bête

La Belle et La Bête
Christophe Gans est un metteur en scène bien trop discret. Huit ans après Silent Hill et 4 projets abandonnés (Onimusha, Fantômas, Rahan et Bob Morane), le français revient enfin avec un projet concrétisé. Et pas des moindres, car rien de plus...

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

Christophe Gans est un metteur en scène bien trop discret. Huit ans après Silent Hill et 4 projets abandonnés (Onimusha, Fantômas, Rahan et Bob Morane), le français revient enfin avec un projet concrétisé. Et pas des moindres, car rien de plus qu'une nouvelle adaptation de La belle et la bête.

Cette nouvelle transposition n'est en aucun cas un remake du film de Jean Cocteau ou une envie opportuniste de surfer sur la vague des films Hollywoodiens prenant leurs sources dans les divers contes de Fées. Loin des Blanche-Neige et le chasseur ou Jack contre les Géants, le long-métrage de Gans est belle et bien une mouture nouvelle basée sur le roman publié en 1740 par Madame de Villeneuve.

Un film ambitieux, aux moyens démesurés.

Neuvième adaptation du conte au cinéma, la pari est plutôt risqué dans le fait de s'attacher au plus près de la matière d'origine. En effet, dans La belle et la bête, il ne sera jamais question d'un nouvel univers dépouillé, ne correspondant à plus grand chose de l'outil adapté. Ici, le metteur en scène s'attache aux valeurs du roman d'origine, le transposant dans un film ambitieux, aux moyens démesurés.

En tant que cinéphile et professionnel du cinéma, on peine de ne pas rester insensible face à l'ambition de Christophe Gans. La passion habite chaque plans majestueux du film. Le réalisateur du Pacte des loups illustre son adaptation par des images 3D grandioses. Le film est un conte coloré s'adressant à toute la famille. S’inspirant de la poésie simple des décors de Cocteau et de Disney, il tire son blockbuster vers une imagerie plus "fantasy", une vision ouverte, magique et considérable de l'oeuvre. Chaque parcelle d'images et de décors renvoient à l'imagerie particulière du cinéma d'Hayao Miyazaki, dont Christophe Gans voue une passion sans faille.

La Belle et la Bête version 2014 est un grand spectacle pour toute la famille.

Empreint d'une touche fantastique et féérique, l'ensemble n'est pas si parfait qu'il n'y paraît. Car si le réalisateur français soigne ses plans à la perfection, dignes des plus beaux tableaux de l’ère romantique, le scénario et la trame narrative accuse un manque de souffle épique. Car le film pâtit dès ces premiers instants d'un artifice narratif lourd symbolisé par cette voix off mièvre et naïve (un personnage soit disant mystérieux raconte l'histoire, tourne les pages sur des dessins devenant des plans du film). Les dialogues sont consternant de théâtralités, empêchant la moindre empathie envers les personnages. L'effet prince et princesse est réussit mais les tirades superficielles et sans envergures se succèdent au fil du métrage, décimant toute allure aux comédiens. Une mention spéciale à André Dussolier rarement vu aussi mauvais dans le rôle du Marchand.

De plus, certains personnages, marquant l’intérêt du film pour les enfants, se verront inutile à l'avancée de l'histoire. En effet, les petites bestioles suivant Belle dans l'ombre, se verront être de pâles copies des minions de Gruc. Constamment dans l'ombre, ils créeront plus la frustration que l'amusement, leurs potentiels pourtant palpables, n'étant jamais exploités.

Un grand divertissement à couper le souffle - les images, véritables tableaux détaillés, transporteront les petits et grands dans un rêve éveillé.

La Belle et la Bête version 2014 reste un grand spectacle pour toute la famille. Les décors sont à couper le souffle et les images, véritables tableaux détaillés, transporteront les petits et grands dans un rêve éveillé. Christophe Gans offre enfin au cinéma français une œuvre démesurée. Un grand divertissement qui, on l'espère, marquera un nouveau tournant pour une industrie cinématographique bien morne.

Informations

Détails du Film La Belle et La Bête
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Fantastique
Version Cinéma Durée 112 '
Sortie 12/02/2014 Reprise -
Réalisateur Christophe Gans Compositeur Pierre Adenot
Casting Vincent Cassel - André Dussollier - Eduardo Noriega - Léa Seydoux - Audrey Lamy
Synopsis 1810. Après le naufrage de ses navires, un marchand ruiné doit s’exiler à la campagne avec ses six enfants. Parmi eux se trouve Belle, la plus jeune de ses filles, joyeuse et pleine de grâce. Lors d’un éprouvant voyage, le Marchand découvre le domaine magique de la Bête qui le condamne à mort pour lui avoir volé une rose. Se sentant responsable du terrible sort qui s’abat sur sa famille, Belle décide de se sacrifier à la place de son père. Au château de la Bête, ce n’est pas la mort qui attend Belle, mais une vie étrange, où se mêlent les instants de féerie, d’allégresse et de mélancolie. Chaque soir, à l’heure du dîner, Belle et la Bête se retrouvent. Ils apprennent à se découvrir, à se dompter comme deux étrangers que tout oppose. Alors qu’elle doit repousser ses élans amoureux, Belle tente de percer les mystères de la Bête et de son domaine. Une fois la nuit tombée, des rêves lui révèlent par bribes le passé de la Bête. Une histoire tragique, qui lui apprend que cet être solitaire et féroce fut un jour un Prince majestueux. Armée de son courage, luttant contre tous les dangers, ouvrant son coeur, Belle va parvenir à libérer la Bête de sa malédiction. Et se faisant, découvrir le véritable amour.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire
Commentaires sur " La Belle et La Bête "
  • ceka

    ceka le 30/06/2014 à 22:48

    [size= small]Visuellement magnifique, ce film est un enchantement pour nos petites mirettes.
    [/size]


    [size= small]L'histoire bien que connu réussi à apporter de la cohérance dans le déroulement du récit, et ce grace à des flashback révélateurs[/size].

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques