Critique La Castagne (Slap Shot)

La Castagne
Critique du film, La castagnettes, réalisé par George Roy Hill en 1977 avec Paul Newman.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

En ce début mai 2017, Elephant Films a pris l'initiative de faire plaisir à ces fidèles cinéphiles et à un public large avec trois sorties sous l'égide de la star, Paul Newman. Le 2 mai seront disponibles Virages, Le Clan des Irréductibles et celui qui nous intéresse pour cette critique, La Castagne de George Roy Hill.

La Castagne, ou en VO Slap Shot, est sorti en 1977. Le film marque la troisième collaboration entre George Roy Hill et Paul Newman après Butch Cassidy & le Kid et L'Arnaque. Il ne manque plus ici que Robert Redford pour que le trio gagnant soit de nouveau réuni, mais pour La Castagne, on se passera de l'ange blond. C'est Paul Newman qui porte seul le film après 7 semaines d'entraînements intensifs pour être crédible sur la glace. L'acteur aux yeux persans éclate de tout son charisme chaque séquence d'une comédie sportive sur fond de drame sociétal.
La Castagne se déroule à Charleston, petite ville minière américaine où l'équipe de hockey est l'attraction des travailleurs pour le week-end. Évoluant dans une ligue mineure comme il en existait beaucoup à l'époque, Paul Newman interprète Reggie Dunlop, l'entraineur/joueur des Chiefs, une équipe qui n'enregistre plus que des défaites, ce qui ternit son prestige ; l'usine qui sponsorisait les Chiefs va fermer ; son meilleur joueur - Ned Braden - ne s'entend plus avec sa femme, Dunlop lui-même ne parvient pas à reconquérir son épouse Francine, dont il est séparé. Enfin, les trois frères Hanson, dernières recrues de Joe McGrath, l'agent de l'équipe, sont de dangereuses brutes adeptes d'un hockey "musclé".

Devenu culte avec le temps, un divertissement calibrant le genre « sportif » pour les 30 prochaines années.

Le film commence par cette introduction hilarante avec l'entrée en jeu des Chiefs sur la glace. Fier et déterminé, chaque joueur se présente sous les huées et les insultes d'un public les détestant. Clairement, les Chiefs est une mauvaise équipe qui établit un record de défaites. Aucun joueur ne peut les épargner et l'équipe va être vendue en même temps que la fermeture de l'usine. La première partie du film se focalise sur ce triste point. Derrière la comédie lourde et impertinente, George Roy Hill s’intéresse à la chute industrielle de l'Amérique profonde. Le décor de Charleston renvoie à la ville dépeinte par Michael Cimino dans Voyage au Bout de l'enfer. Paul Newman arpente les alentours de l'usine minière avec son manteau en fourrure telle une fausse star sportive. 10 000 hommes au chômage au cœur d'une ville entendant son poumon économique s'arrêter. La ville tombe en désuétude à l'image de leur équipe de Hockey. Mais Dunlop relève la tête trouvant des subterfuges pour garder l'équipe vivante. À son âge, l'entraineur/joueur voit la roue tournée. Personne ne le reprendra dans une nouvelle équipe et ce n'est pas sa casquette d'entraineur qui arrangera les choses par son travail médiocre avec les Chiefs. Il va se montrer alors roublard se jouant de chacun pour retourner la situation à son avantage et celle de l'équipe.

Si le film joue sur le drame d'une ville, il dérive vite sur la situation de chaque joueur. George Roy Hill synthétise en quelque sorte l'usine au cœur de cette équipe médiocre. Sur un ton irrévérencieux constant, l'équipe va mener un combat au sens propre pour sa survie. Bien aidée par les frères Hanson, des gamins brutaux voyant la glace comme un terrain de lutte, l'équipe va relever la tête. Le grand moment comique de La Castagne étant le match où Dunlop lâche les trois frères avec comme conséquence un massacre organisé. La séquence est hilarante, le reflet d'un humour rentre-dedans typique des années 70.

Premier essai sur le hockey avant une longue liste (YoungBlood  ;Les Petits Champions  ; Fight Games  ; Mystery Alaska), La Castagne est une vraie réussite irrévérencieuse où Paul Newman apporte sa classe pour mieux se jouer de nous en homme en plein cœur d'un tournant existentiel. La Castagne interpelle de plus par le fait d'être scénarisé par une femme, Nancy Dowd, dont le film tire en partie de la vie de son frère, hockeyeur dans une ligue mineure. Un point apportant la crédibilité dans la légèreté ravageuse de ce film devenu culte avec le temps, un divertissement calibrant le genre « sportif » pour les 30 prochaines années.

Informations

Détails du Film La Castagne (Slap Shot)
Origine Etats Unis Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Comédie - Drame
Version Cinéma Durée 122 '
Sortie 24/08/1977 Reprise 02/05/2017
Réalisateur George Roy Hill Compositeur Elmer Bernstein
Casting Paul Newman - Michael Ontkean - Strother Martin - Jennifer Warren - Lindsay Crouse
Synopsis Un entraîneur de hockey tente de redresser son équipe en difficulté.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques