CRITIQUE Les Gardiens de la galaxie Vol.2 (Guardians of the galaxy 2)

Les Gardiens de la galaxie Vol.2

Critique du Film

En 2014, James Gunn et Marvel avaient créé la surprise avec Les Gardiens de la Galaxie mettant en scène des personnages que peu de gens connaissaient, surtout en France. Cool, décomplexé et fun, le film s’était vite imposé comme l’un des meilleurs du MCU, space-opera original qui n’avait pas besoin d’autres films pour exister et qui mettaient en scène des anti-héros comme on les aime. Trois ans plus tard, voici donc l’un des films les plus attendus du Marvel Cinematic Universe (après le pétard mouillé qu’était Civil War et en attendant Infinity Wars, on ne sait jamais) : Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 !

Si certains avaient encore des doutes au début du film, ils risquent fort d’être balayés durant le génial générique d’ouverture (avec ELO et son titre Mr. Blue Sky en fond musical, histoire de bien se mettre dans l’ambiance) qui remet en scène nos héros, désormais unis sous le nom des Gardiens de la Galaxie mais pas vraiment changés : toujours forts en gueule, disposés à se taper dessus et à laisser leur égoïsme prendre le dessus. Jusqu’au jour où Ego (Kurt Russell, barbe saillante à l’appui), le père de Peter Quill fait son apparition. Pour le héros qui n’a jamais connu son père, c’est un choc. Alors que notre cher Star-Lord en apprend plus sur ses origines, les Gardiens se retrouvent traqués et contraints de se séparer…

En tant que suite, ce Vol. 2 accomplit son travail à merveille. Maintenant que les personnages sont posés, James Gunn n’a qu’à les développer, offrant à chacun d’entre eux un arc narratif bien précis qui les rend attachants malgré leurs défauts. En cela, il faut bien reconnaître que ces Gardiens sont les personnages les mieux écrits et les plus réussis d’un MCU qui s’affadit de plus en plus, rendant ses personnages ineptes ou prévisibles à l’image d’un Tony Stark qui a clairement perdu de son intérêt avec les années. Restant centrée sur une intrigue parcourant tout le film sans faire de liens avec d’autres œuvres du MCU (à part le premier Gardiens de la Galaxie, évidemment), cette suite ne fait pas dans le teasing éhonté et reste cohérente de bout en bout, se suffisant à elle-même.

Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 est un pur plaisir de cinéma fun, réjouissant et coloré qui n'oublie pas pour autant de soigner ses spectateurs aussi bien que ses personnages, anti-héros forts en gueule auxquels on s'attache de plus en plus.

Si le film souffre, à l’image du premier opus, d’un coup de mou dans sa deuxième partie et que son climax dure un poil trop longtemps, James Gunn ayant visiblement eu envie de faire durer le plaisir, on ne peut que saluer la qualité de l’ensemble qui s’avère d’autant plus réussi que le méchant est très charismatique (une vraie bouffée d’air frais comparé à la fadeur de Ronan l’Accusateur). Brassant des thèmes intéressants comme la paternité ou la famille (celle que l’on se choisit, récurrence de nombreux films dernièrement), le développant pour chacun de ses personnages sans oublier l’humour et l’émotion, James Gunn maîtrise d’autant plus son sujet qu’il est dans une démarche sincère. Conscient des clichés, le réalisateur tâche de les éviter du mieux qu’il peut ou il les désamorce à la première occasion par une bonne blague (parfois un peu trop souvent). Mais tout autant trublion qu’il est, maîtrisant l’humour comme personne (le film est assez hilarant, il faut bien le reconnaître), Gunn sait verser dans l’émotion pure quand il le faut, offrant de beaux moments et de belles fêlures à ses personnages malgré quelques manques de subtilité çà et là.

Encore une fois, saluons le fait que Les Gardiens de la Galaxie Vol.2 ne repose pas uniquement sur ses spectaculaires scènes d’actions mais sur ses personnages, anti-héros râleurs, égocentriques et attachants. Star-Lord, au cœur de l’intrigue principale, se fait d’ailleurs voler la vedette par ses comparses. Si l’on apprécie toujours autant Gamora et que la nouvelle venue Mantis est vite sympathique, c'est une poignée de seconds rôles qui retient l'attention : Drax et son humour ravageur, Rocket et sa grande gueule cachant ses blessures, Yondu dont le rôle prend de l’importance et puis l’irrésistible Baby Groot dont l’adorable bouille va vite remplir les caisses de Disney grâce à un merchandising d’ores et déjà annoncé.

Toujours aussi coloré et inventif, toujours rythmé par une bande-original d’enfer (qui va de Fleetwood Mac à Cat Stevens en passant par Sam Cooke) et franchement bien réalisé, ce Vol. 2 n’a pas grand-chose d’indéfendable si ce n’est quelques défauts éparpillés de façon suffisamment éparse pour qu’on n’en prenne pas ombrage. Ici, le plaisir et le fun passent avant tout mais jamais au détriment des personnages et des spectateurs, toujours considérés avec bienveillance par James Gunn. Que du bonheur, on vous dit !

Note : Un très bon moment en perspective. Verdict : Un très bon moment en perspective.

Alexandre Coudray

Laissez un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous afin de laisser un commentaire.