Critique Mes vies de chien (A Dog's Purpose)

Mes vies de chien
Critique du film, Mes Vies de Chien, réalisé par Lasse Halstrom avec Dennis Quaid et Britt Robertson. En salles le 19 avril.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

Le chien tient une place particulière au cœur du cinéma américain. De toutes les décennies, de toutes les générations, on retient un classique du divertissement avec un chien en tant que héros ou partenaire particulier. Souvenez-vous d'Un Incroyable Voyage 1 & 2 produit par Disney au cœur des années 90, ou encore Benji la malice toujours chez Disney. Il y a eu pléthore de film où le chien tient le rôle principal d'un divertissement dédié à la famille. Disney en a produit des dizaines allant de 4 Bassets et un Danois, Les 101 Dalmatiens aux Chihuahuas de Beverly Hills. Les années 90 ont vu le genre canin revenir en force avec la série des Beethoven, Chien de Flic, The Mask ou même en France avec Hercule et Sherlock. Puis il faut se souvenir du carton du film Marley et Moi en 2009 avec Owen Wilson et Jennifer Anniston, dont Mes Vies de Chien reprend en partie une trame identique.

Qui a dit que les animaux n'avaient pas d'âme ? Sûrement pas le petit Ethan, 8 ans, qui en 1962 s'embarque dans une aventure hors du commun en recueillant un chiot nommé Bailey. Au fil des années, Ethan noue des liens très forts avec son chien, présent à chaque étape importante de sa vie. Jusqu'au jour où, dévasté, il doit se résoudre à laisser partir Bailey, âgé et malade. 
Et si le départ de l'animal n'était en fait qu'un commencement ? 
Réincarné tour à tour en berger allemand, golden retriever ou labrador, vivant des aventures palpitantes comme chien de sauvetage ou la destinée sereine d’un petit chien de compagnie, Bailey va se découvrir, existence après existence, un but : retrouver son maître Ethan coûte que coûte…

Mes Vies de Chien est un divertissement inoffensif qui ravira toute la famille.

Dans Mes Vies de Chien, Lasse Hallström laisse éclater toute la naïveté d'un conte animalier en direction de toute la famille pour un agréable moment. Avec ce long-métrage se découpant au fil des différentes réincarnations de Bailey, le spectateur est amené à vivre plusieurs aventures, courtes quand la fourrière le ramasse en tant que chien errant ou sur toute sa vie aux côtés d'Ethan, jeune garçon modeste des années 60. Mes Vies de Chien est un film doux sans véritable caractère autre que nous attendrir avec Bailey vivant fidèlement auprès de son maître. Via Bailey, on vit l'évolution d'un jeune garçon de 10 ans jusqu'à son départ à la Fac. Entre un père dépressif et alcoolique et sa rencontre avec Hannah à la foire, le spectateur est happé dans un gentil film sur la vie.

Mes Vies de Chien est de ces films candides et intemporels où l'on revient toujours lors d'un passage TV ou en VOD. De ceux qui nous reposent la tête en plein milieu d'une semaine harassante. Mes Vies de Chien se joint à tout le travail parfois mièvre de Lasse Hallström à Hollywood entre ses adaptations de Nicholas Sparks (Cher John / Un Havre de Paix) ou encore la transposition de la légende japonaise d'Hatchiko avec Richard Gere (Hatchi) en 2009. Déjà à l'époque, le réalisateur suédois se confrontait à un chien pour un drame profond sur la fidélité et la complicité d'un maître et son chien. On retrouve dans Mes Vies de Chien ce même rapport notamment dans la dernière partie avec Dennis Quaid ou dans la partie où Bailey est un chien flic new-yorkais dans la section K-9, partenaire d'un flic dépressif depuis le départ de sa femme. Une complicité qui naît doucement à la ville comme sur le terrain.

Un film doux sans véritable caractère autre que nous attendrir avec Bailey vivant fidèlement auprès de son maître.

Mes Vies de Chien ne manque jamais d'humour. La cible privilégiée du film étant les enfants, le point de vue de Bailey peut parfois prêter à sourire notamment avec l’interprétation des intentions des humains (la rencontre avec Hannah, l'incident à la foire ou encore le dîner avec le patron du père d'Ethan).

Mes Vies de Chien est un divertissement inoffensif qui ravira toute la famille. Un film léger permettant de s'aérer l'esprit pour un agréable moment de cinéma. D'une bonté rare, souvent trop naïf, le film de Lasse Hallström est de ses films insignifiants, mais dont on revient dès un moment propice : une diffusion TV, la disponibilité sur un service VOD ou en DVD d'occasion. Un film permettant l'essorage de tous vos soucis en deux heures de temps, un film de détente et d'évasion où la bonté et la candeur sont les remèdes d'une dure journée ou à des moments plus compliqués.

Informations

Détails du Film Mes vies de chien (A Dog's Purpose)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie - Drame - Famille
Version Cinéma Durée 101 '
Sortie 19/04/2017 Reprise -
Réalisateur Lasse Hallström Compositeur Rachel Portman
Casting Dennis Quaid - John Ortiz - Josh Gad - Britt Robertson - K.J. Apa - Peggy Lipton
Synopsis Qui a dit que les animaux n'avaient pas d'âme ? Sûrement pas le petit Ethan, 8 ans, qui en 1962 s'embarque dans une aventure hors du commun en recueillant un chiot nommé Bailey. Au fil des années, Ethan noue des liens très forts avec son chien, présent à chaque étape importante de sa vie. Jusqu'au jour où, dévasté, il doit se résoudre à laisser partir Bailey, âgé et malade. Et si le départ de l'animal n'était en fait qu'un commencement ? Réincarné tour à tour en berger allemand, golden retriever ou labrador, vivant des aventures palpitantes comme chien de sauvetage ou la destinée sereine d’un petit chien de compagnie, Bailey va se découvrir, existence après existence, un but : retrouver son maître Ethan coûte que coûte…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques