Critique De toutes mes forces

De toutes mes forces
Film réalisé par Chad Chenouga avec Yolande Moreau, Jisca Kalvandy et Khaled Alouach.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Aymeric DUGENIE

Critique du Film

De toutes mes forces est un film dramatique réalisé par Chad Chenouga mettant en scène Khaled Alouach dans le rôle principal qu’est Nassim, Yolande Moreau dans le rôle de madame Cousin, l’éducatrice et responsable de l’établissement d’accueil, ainsi que Jisca Kalvanda, que nous avons pu découvrir récemment dans Divines incarnant ici l’étudiante Zawady. L’histoire raconte la vie du jeune adolescent Nassim dont la mère, très protectrice, décède des suites d’une maladie. N’ayant pour seul parent son oncle qu’il ne souhaite pas rencontrer et étant trop jeune pour subvenir lui-même à ses besoins, il est placé en maison d’accueil. Sa vie change radicalement en passant d’un quotidien bourgeois et sans soucis à une vie restrictive et oppressante. On y suit donc ses déboires amoureux et scolaires tout en constatant l’affect que cela produit sur son caractère.

La narration insiste énormément sur les doutes, les hésitations, les réflexions psychologiques du protagoniste, les résultats qui en découlent et l’acheminement qui y a conduit.

D’une certaine manière, ce film est un peu l’opposé de Neuilly sa mère. Le cadre est inversé ainsi que le genre de la production. Au lieu d’être un jeune de banlieue qui se retrouve dans une famille riche, c’est un jeune riche qui sombre dans un milieu qui lui est tout à fait inconnu. Là où le long métrage se démarque des autres du même genre tient à son réalisme. La vie est dure et injuste, ce n’est pas nouveau, mais par chance elle n’est pas inéluctablement défaitiste. Bien souvent, la misère du monde accable complètement les personnages de ce genre d’histoires au point qu’ils se transformeraient littéralement en zombie si le film durait 2 minutes de plus, alors que dans le même temps l’histoire se termine au mieux dans le meilleur des mondes. Question crédibilité, ça se pose là… Les faits sont ici plus nuancés. Les réactions des différents protagonistes restent cohérentes dans leur globalité. Les hésitations, les agissements hasardeux et autres mauvaises décision du héros sont compréhensibles et humains par rapport aux événements qu’il subit. La première réaction du spectateur lambda bien assis dans son siège est souvent de crier à l’incohérence à la première occasion. En se mettant à la place du personnage principal, certains écarts à la logique trouvent leur raison d’être. La narration insiste énormément sur les doutes, les hésitations, les réflexions psychologiques du protagoniste, les résultats qui en découlent et l’acheminement qui y a conduit. Cette évolution très appuyée et détaillée renforce la crédibilité de l’histoire car on arrive à cerner le personnage et à s’investir de son histoire.

Pour autant, le récit ne s’encombre pas de scènes inutiles et de détails dont on peut se passer. L’histoire ne s’impose pas d’avoir une scène pour expliquer chaque point de rupture des relations. Certaines importent plus que d’autres et sont plus mises en avant, mais la vie suit son cours avec ses événements plus ou moins importants aux yeux de Nassim. On intègre donc la dimension temporelle du film avec une narration qui dure sur plusieurs mois sans pour autant subir une overdose de détails qui n’apporteraient finalement pas grand-chose à l’histoire. Par exemple, certains personnages prennent une place plus importante dans l’histoire à un certain moment, puis disparaissent pour laisser place à d’autres. Cela ne gêne nullement la compréhension du récit et les remplacements permettent justement de comprendre qu’une période s’est passée. C’est comme ça que certaines relations évoluent sans qu’on voie l’évolution à l’écran. C’est un procédé récurrent du cinéma mais il est surtout bienvenu car il permet de ne pas s’ennuyer et d’offrir un certain dynamisme à une histoire qui en a besoin pour captiver l’attention.

Malgré ses quelques scènes improbables et situations inattendues, on se surprend à suivre avec intérêt les événements de l’histoire.

La conclusion de cette histoire n’est par ailleurs pas toute noire ou toute rose. Elle est nuancée et un brin douce-amère. C’est également pour cela que le film tend à être crédible. La critique sociale de De toutes mes forces et sa moralité sont d’autant plus impactants. Des biens matériels ou sentimentaux, chaque génération et classes sociales peuvent perdre une valeur précieuse à leurs yeux. Les centres d’accueil sont des établissements bien spécifiques où des milliers de jeunes se retrouvent sans pour autant y alimenter une vie épanouie. Pourtant cette vie les forge et ils n’ont d’autre échappatoire que s’y résoudre. Le réalisateur termine sur une note positive à ce sujet tout en ayant au préalable développé une certaine réalité de la situation qui ne donne pas forcément envie.

En fin de compte c’est un film appréciable, qui maintient une dynamique correcte et intrigante tout au long de son récit. Les personnages et leurs situations sont suffisamment bien écrits et cohérents pour livrer une histoire crédible qui ne tombe jamais dans l’excès ou le pathos. Malgré ses quelques scènes improbables et situations inattendues, on se surprend à suivre avec intérêt les événements de l’histoire. On félicitera la plupart des acteurs qui s’en sortent extrêmement bien et livrent des performances, sinon exceptionnelles, au moins très bonnes. Pour ce qu’il s’agit de la photographie et de la mise en scène en revanche, rien de bien impressionnant, du classique dans le dramatique. Quoiqu’il en soit, De toutes mes forces est un film dramatique sans prétention, très appréciable qui dit beaucoup de chose sur les centres d’accueil et la différence qui sépare certaines classes sociales sans provocation ou mépris.

Informations

Détails du Film De toutes mes forces
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Indisponible
Version Cinéma Durée 98 '
Sortie 03/05/2017 Reprise -
Réalisateur Chad Chenouga Compositeur Thylacine
Casting Yolande Moreau - Jisca Kalvanda - Khaled Alouach
Synopsis Nassim est en première dans un grand lycée parisien et semble aussi insouciant que ses copains. Personne ne se doute qu’en réalité, il vient de perdre sa mère et rentre chaque soir dans un foyer. Malgré la bienveillance de la directrice, il refuse d’être assimilé aux jeunes de ce centre. Tel un funambule, Nassim navigue entre ses deux vies, qui ne doivent à aucun prix se rencontrer…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques